Politique, Société

L’hécatombe des routes : trois responsables, JJ BOUYA, Oscar OTOKA et Jean Didier ELONGO

Par :  #SASSOUFIT

 

Jean Jacques BOUYA et Oscar OTOKA deux criminels en col blancs doivent être interpellés impérativement. Sassou Nguesso le ‘’chef de gang’’ de cet Etat voyou …Repentez-vous.
Lors de la fameuse ‘’municipalisation accélérée de Brazzaville’’ entre autres projets figuraient l’aménagement des trois sorties Nord de Brazzaville.

#Première sortie par le cimetière Itatolo et Makabandilou…Depuis elle est presque coupée.
#Deuxième sortie par Ngamakosso Depuis ce 07/01/2018 coupée.
#Troisième sortie par le fameux viaduc viaduc en passe d’être ensevelie par les coulées de boue et de sable. (235 milliards de CFA).

En effet plusieurs voies bitumées sont décapées, alors qu’elles sont récemment construites. La capitale congolaise a bénéficié de trois éditions successives du processus de municipalisation accélérée, en 2008, en 2009 et en 2010 la bagatelle de plus de 1000 milliards de CFA engloutis.
Cette artère, encore appelée route de Ngamakosso, n’a jamais été inaugurée, malgré le lancement officiel de ses travaux en 2007 Sassou N’Guesso, a fait savoir un riverain. Un geste jusqu’alors incompris par les populations de cette partie de la ville. « C’est peut-être parce que Sassou N’Guesso n’était pas satisfait de la qualité de l’ouvrage réalisé », a supputé un habitant de Ngamakosso. Ouverte à la circulation à partir de 2010, la deuxième sortie Nord, une route de 18 km construite pour désengorger la route nationale n°1, et desservir les quartiers Petit Chose, Maman Mboualé et Ngamakosso, dans le 6ème arrondissement Talangaï, s’est dégradée spectaculairement à plusieurs endroits, avec de nombreux nids de poule. Les travaux, réalisés par la société Socofran à partir de 2007, ont coûté la bagatelle de 23 milliards de francs CFA au trésor public.
Le 18 décembre 2013, un appel d’offres, pour des «travaux de réaménagement de la deuxième sortie Nord». Encore des milliards de francs CFA devront sortir du trésor public pour un ouvrage d’à peine trois ans d’existence.
Cette troisième sortie Nord est aujourd’hui coupée. Des familles entières (on parle d’une cinquantaine) ont vu leurs maisons englouties. En effet, face à l’aggravation et à l’ampleur de ce ravin, d’environ 200 m de longueur et 20 m de profondeur, les habitants de ce quartier, notamment ceux qui se trouvent dans la zone front de l’érosion, s’inquiètent et s’interrogent surtout sur l’absence et le manque d’une action concertée et adéquate capable d’arrêter ce désastre. Car, il a commencé depuis 2015 et devient aujourd’hui un danger public et un grand problème pour l’Etat.

Par ailleurs, pour les habitants du quartier, cette érosion s’est aggravée à cause de la lenteur et de l’arrêt des travaux réalisés par la Société panafricaine de construction, adjudicataire de ce marché qui consistait à réhabiliter le collecteur destiné à évacuer les eaux de pluie vers le fleuve Congo.

Trois hommes portent une responsabilité dans cette tragédie : Jean Jacques BOUYA, Oscar OTOKA et Jean-Didier ELONGO

#OSCAR #OTOKA : Lui c’est Oscar Otoka, un richissime commis de l’Etat du « Chemin d’Avenir », Coordonnateur Technique à la Délégation Générale des Grands Travaux (DGGT). Son poids financier serait proportionnel au 80% du budget d’investissement que gère la Délégation Générale des Grands travaux. Il sert d’interface entre les différentes sociétés et multinationales qui contractent avec la DGGT. Il n’y a qu’a circulé dans les différents arrondissements de la ville capitale pour se voir désignés d’immenses bâtisses, propriétés de monsieur Oscar Otoka, preuve irréfutable de son immense patrimoine immobilier. L’homme défraie souvent la chronique des gazettes ou des rumeurs au sujet des vols et autres rackets, de fortes sommes d’argent, perpétrés parfois dans ses multiples résidences à l’intérieur du pays, parfois victime des faussaires utilisant sa signature en contrepartie d’éventuels marchés publics.

#Jean #Didier #ELONGO : directeur général du contrôle des marchés publics. C’est lui qui donne le quitus pour des marchés bidons avec des sociétés bidons moyennant 10%. Il est devenu propriétaire d’un impressionnant patrimoine immobilier. Il est surnommé ‘’Coin Ti Coin’’ avec cette réputation d’acheter tout un bloc dans les quartiers.
Les trois forment le groupe de Tchikapika et l’une des écuries du SASSOULAND.

#SASSOUFIT

 

5 commentaires

  1. Le connard de ngakala attend quoi pour les interpeller,ça c’est pas une atteinte à la sureté de l’etat?

  2. Dommage qu on écrit les mêmes choses chaque fois et sans preuves lorsque on a envie d insulter. Enquêtez sur les affaires d ‘rosions vous allez savoir que les trois cités ne sont pour rien.

  3. Les érosions sont une calamité naturelle. Les techniciens des grands travaux eux sont ceux qui ont toujours insisté auprès des autorités de la ville d éviter d occuper anarchiquement les hauteurs a cause des érosions et glissements de terrains. A kin 50 morts, plusieurs maisons emportées mais pas d insultes.A brazza on accuse les gens d’avoir commandité les pluies; c’est triste. combien coûte les travaux de cette érosion et combien l Etat a déboursé? personne ne se pose cette question. Il faut insulté pour nourrir sa famille, car ceux qui écrivent ont compris que les congolais adorent croire au mensonge. Les trous dans la ville c est aussi les grands travaux alors que le citoyen paye la taxe de roulage. la RN2 se dégrade juste entre deux péage, c est aussi les grands travaux. Que les amalgames politiques ne nous distraient pas. Les congolais sauront faire le bon choix au temps opportun.

  4. Retenons:
    Qu il n y a pas au congo des moyens physiques et matériels pour arrêter une érosion en saison de pluie. une érosion au congo se traite en saison sèche.En saison de pluie on ne peut que se contenter à limiter la progression par des moyens rudimentaires ( sacs en sols stabilisés, épaves pneus, ordures ménagères etc)
    Qu une érosion même traitée à 95 % peut récidiver et s aggraver en une pluie
    Que les travaux de traitement d une érosion si une fois arrêtées par quelconque faute ne se conserveront pas. ils seront emportés à la prochaine pluie
    Qu en une nuit de pluie on peut perdre jusqu’ à une centaine de mètres
    Que les travaux de traitement d’une érosion coûtent excessivement chers.
    Question:
    Qu avons nous fait pendant la saison sèche?
    Les Grands travaux ont ils reçus les moyens de leur politique?
    Pourquoi s en prenons nous aux techniciens?
    Pourquoi n avons nous pas tiré les leçons des érosions précédentes notamment casis provoquée par les occupations des collines du quartier Domaine

  5. Quelle est la crédibilité de votre site internet en publiant ce genre de message. Le viaduc de kintélé n a pas coûté autant. qui a donné l argent de la Municipalisation a qui pour ce que vous attendez? Ces injures contre OTOKA en ces mêmes phrases ont été publiées par le même site et les mêmes journaux en juin 2015. Savez vous qu en racontant du mensonge vous transmettrez ces mauvais comportement à vos enfants. Ne soyez pas surpris de la mauvaise éducation de vos enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*