DIASPORA, Politique

L’heure de l’éveil de la conscience citoyenne et de l’engagement patriotique est arrivée !

Laurent DZABA

Par Laurent DZABA

 

Depuis l’avènement du processus démocratique dans les années 90, notre pays le Congo est confronté à de multiples défis colossaux. A l’image de nombreux états africains qui souffrent du déficit d’engagement collectif, le peuple congolais, souverain premier, tend à observer le plus souvent une attitude passive et spectatrice face à l’immense tâche d’édification au cœur de l’Afrique, d’une nation moderne. Il est de notoriété publique que la démocratie et le développement restent largement tributaires d’une prise de conscience citoyenne de la majeure partie de la population. Cette prise de conscience suppose bien évidemment que chaque individu soit conscient de son rôle dans le projet ou le chantier de reconstruction nationale. C’est pour cette raison que les questions inhérentes à la citoyenneté et au patriotisme doivent être placées au cœur des transformations sociales, économiques et politiques. Durant les deux dernières décennies, nous avons longuement observé la société congolaise et les individus qui la composent.

Cette société qui tire ses origines de la culture « bantou », dans laquelle la solidarité, le respect et le partage sont des valeurs cardinales, est peu à peu devenue une société individualiste, rongée par les antivaleurs et le mépris des autres. Le Congo va mal et il souffre ! Aujourd’hui, les congolais vivent dans un pays où la conscience citoyenne et le patriotisme se perdent et où l’on avance à reculons quant au vivre ensemble et à l’acceptation de l’autre. Si l’on n’y prend garde, le chacun pour soi deviendra la règle. Contrairement aux idées reçues, la question de la citoyenneté ne doit pas être vue simplement sous l’angle politique. En mettant en orbite cette initiative qui prône l’émancipation des enfants d’une même nation et leur égale dignité, nous avons simplement l’ambition et le rêve de faire participer tous les congolais à la construction de notre pays, qui tombe en ruine sous nos regards atterrés. Il ne s’agit donc pas d’une insurrection contre les institutions en place au Congo-Brazzaville et n’est nullement question non plus de soutenir tel ou tel cartel de partis politiques de la majorité présidentielle, du centre ou de l’opposition. Nous aimons des choses simples, pas des choses mi- chèvre, mi- choux. Nous croyons à la politique des petits pas et ne croyons pas à la révolution des nuits sombres de Brazzaville. C’est pour cela que nous nous fixons des objectifs que nous pouvons tenir car nous devons la vérité aux congolais.

Notre démarche n’est certainement pas la plus populaire mais c’est la voix salutaire pour que demain soit mieux qu’aujourd’hui. Ne voyageons pas vers l’avenir de notre pays comme des valises. Il est clair que beaucoup d’acteurs actuels cherchent à se faire élire pour les uns et réélire pour les autres mais ne cherchent véritablement pas des solutions aux problèmes des citoyens congolais. Il est aussi vrai que la plupart d’entre eux ont un goût immodéré pour les commentaires, mais nous, nous avons un goût immodéré pour l’action. Nous sommes conscients qu’en prenant cet engagement nous intégrons une salle infestée d’activistes affamés. Mais nous n’avons plus le choix aujourd’hui, simplement parce que nous ne souhaitons pas laisser l’avenir de millions des congolais entre les seuls mains de ceux qui le plus souvent veulent régler leurs comptes personnels en se réfugiant derrière leur engagement politique ou citoyen. Notre pays mérite mieux que cela ! De nos jours, les réseaux sociaux sont devenus des vecteurs importants dans la promotion de la conscience citoyenne parce qu’ils permettent aux citoyens du monde d’être des acteurs et non plus des spectateurs.

Malheureusement, cela ne suffit pas pour éveiller cette conscience citoyenne qui fonde notre vivre ensemble et de s’y investir de façon très pragmatique. Etre citoyen, c’est prendre conscience qu’on fait partie de quelque chose de plus grand que soi et qui nous dépasse tous. Quel que soit la forme que peut prendre notre engagement, que l’enjeu soit local, départemental ou national, la démarche du citoyen engagé que nous devons être, doit toujours être la même : Mettre sa pensée, sa parole et son action au service d’une cause collective, afin de rendre notre pays le Congo meilleur. Il n’y a pas de citoyenneté sans engagement. L’engagement c’est d’abord et avant tout une participation citoyenne. Il permet de renforcer les liens de solidarité entre les citoyens en stimulant le sentiment d’appartenance à la communauté nationale et contribue au bien être commun et la transformation sociale au sein de la société congolaise toute entière. Il est donc temps que nous fassions appel à notre engagement patriotique afin que les nouvelles générations trouvent des solutions durables à la crise multidimensionnelle qui secoue notre pays, qu’elles approfondissent davantage notre démocratie et soient capables de pouvoir régler tous les différends de manière pacifique dans le respect du débat contradictoire et des libertés, dans ce pays instable qu’est devenu le Congo. Dans l’histoire ancienne de notre pays, nous avons beaucoup d’exemples de patriotisme et de citoyenneté (la résistance à l’occupation ou encore les trois glorieuses journées des 13, 14 et 15 août 1963) qui ont révélé beaucoup d’hommes valeureux.

Malheureusement, nous avons plus tendance à valoriser et à raconter des fables sur des personnalités ayant les mêmes origines ethniques que nous, quitte à occulter la vraie histoire, qui est notre patrimoine commun. Depuis trop longtemps, nous sommes restés spectateurs inertes, parfois collaborateurs, d’une tragédie déroutante qui se passe sous nos yeux. Aujourd’hui, il est de notre devoir d’agir pour que le combat de Jacques Opangault, Marien Ngouabi, Alphonse Massamba Débat, Pascal Lissouba, Simon Pierre Kikounga Ngot, Moungounga Nkombo Nguila, Thystère Tchicaya, André Milongo, Ernest Kombo, Bernard Kolelas et de nombreux autres grands personnages de l’histoire de notre pays, perdure. Au moment où le pronostic vital de notre pays est à présent engagé, nous devons faire preuve de patriotisme; ce patriotisme que nous distinguons bien évidemment du nationalisme et du racisme car il se définit comme notre dévouement envers notre pays, que nous reconnaissons comme étant notre patrie et pour lequel nous sommes prêts à sacrifier notre vie.

Notre initiative en faveur de l’éveil de la conscience citoyenne et de l’engagement patriotique est apolitique et a pour seul objectif de redonner un nouveau souffle de Citoyenneté et de Patriotisme. Elle ne se revendique d’aucun parti politique quel qu’il soit. Elle est destinée à toutes celles et ceux qui ont l’amour du Congo chevillé au corps, quelque soit la religion ou l’ethnie. Lorsqu’on a de la compassion et qu’on rêve du bien être de ses concitoyens, on ne résume pas sa participation à la vie en société à un fanatisme aveugle. Etre anti quelque chose (anti Sassou, anti Munari, anti Dzon, anti Moukoko, anti Okombi, anti Kolelas …) limite notre spectre de réflexion et nous empêche d’avancer. Si nous voulons une nouvelle république qui se veut exemplaire et qui fait place à l’intelligence collective, il nous faut traiter les maux qui minent notre société à la racine.

La politique de l’autruche qui consiste à cibler et à dénoncer les conséquences des maux à travers des discours mielleux et des slogans à l’emporte pièce, a atteint ses limites. Il faut donc changer de paradigme. J’en appelle donc aux jeunes générations : simples citoyens, élèves, étudiants, chômeurs, salariés, fonctionnaires civils ou militaires, à quelque niveau qu’ils se situent, de nous rejoindre afin de recréer ensemble, le lien entre fils et filles de ce pays, mais aussi afin de nous réconcilier avec les valeurs sublimes qui étaient les nôtres, au moment de la création de notre jeune nation. Etre patriote, c’est mettre en avant ces valeurs car la République est inclusive, indivisible et protectrice. N’ayons pas peur de montrer notre attachement à notre pays.

N’attendons pas l’avenir, il commence aujourd’hui. Le Congo Eternel, que nous avons reçu en héritage de nos ancêtres, appartient à ses dignes fils du nord au sud, de l’est à l’ouest et non à tous ceux qui le proclament avec des arrières pensées. Merci donc d’envoyer vos suggestions à l’adresse eveilcongo@gmail.com afin qu’ensemble, nous construisions le « mbongui » qui mettra à disposition des citoyens, les outils qui leurs permettront d’affronter l’avenir avec confiance.

Patriotiquement  Laurent DZABA

Ingénieur Numérique, Innovation & Intelligence Artificielle

Diplômé en Economie Financière Membre de l’Association française pour l’intelligence artificielle (AFIA)

Fondateur du site Zenga-Mambu.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*