DIASPORA, Justice, Politique, Société

Pourquoi la libération d’OKOMBI SALISSA inquiéterait certaines écuries ????

Pourquoi la libération d’OKOMBI SALISSA inquiéterait certaines écuries ????

Par  DAC

Les langues se délient et les informations contradictoires circulent de part et d’autres alimentant ainsi les folles rumeurs sur les uns comme sur les autres. Il apparaît souvent en période de crise quand se recompose l’exercice du pouvoir. Et si la trahison et le « girouettisme » politique de certains  ouvraient de nouveaux horizons ?

Le plus surprenant de ces transfuges politiques congolais vient du PCT. Ceux-là même qui ont livré à la vindicte d’un pouvoir de putschistes fascistes installés par un coup d’État en 1998 contre Pascal LISSOUBA légitimement élu essayent de récidiver en piétinant les recommandations de l’ONU sur les droits de l’homme. Le non décision effective de la libération du camarade OKOMBI n’est plus juridique mais politique.

Le Clan SASSOU a posé son veto sur cette libération rapide. Il était question que celle-ci intervienne après les élections de 2021 afin de laisser libre court au Fiston SASSOU (KIKI) de préparer son atterrissage sur le fauteuil présidentiel.  Seulement, même au sein du PCT, la pilule KIKI (l’arrogant)  ne passe pas.  Une démonstration, bien que timide, du désamour envers celui qui est supposé être l’un des coupables les plus en vue  de la banqueroute de l’économie congolaise. En trainant les pieds pour valider la levée de l’immunité parlementaire du camarde OKOMBI cela  annonçait déjà les signes à vent couvert du mécontentement général des soutiens de SASSOU au sein du PCT.

Seulement pour citer BOWAO « Le Bureau Politique du PCT veut engager la mouvance présidentielle dans une impasse historique, à savoir le basculement du pays dans un chemin sans issue, à l’opposé du Chemin d’Avenir que Vous incarnez. (…) Je suis constant, honnête et légaliste. Je reste, avec bien d’autres compatriotes, à l’école de la République, celle qui, sur le plan éthique, apprend à refuser d’accepter l’inacceptable, de défendre l’indéfendable et de tolérer l’intolérable, d’expliquer l’inexplicable. Une école qui, dans un esprit d’ouverture critique, magnifie la militance politique à la noblesse républicaine, à l’alternance démocratique et à la légitimité constitutionnelle.» dixit CZ BOWAO « Je récuse ! » Lettre ouverte du mardi 20 janvier 2015

 Aujourd’hui plusieurs caciques du PCT n’osent plus affronter le regard perçant et interrogateur des populations qu’ils ont manipulé et trainé dans un marigot de mensonge qui s’assèche progressivement mais surement. Hier beaucoup ont convergé vers la résidence d’OKOMBI espérant trouver là le maitre de la maison pour lui témoigner leur amitié au goût de la trahison.

Pris de panique, notamment le clan KIKI, monte au créneau et interfère auprès du Grand Maitre (SASSOU) pour retarder le plus longtemps possible cette libération exigée par les experts onusiens des droits de l’homme. La crainte du camp  KIKI est d’autant plus palpable que la popularité d’AOS est restée intacte. La liesse  de ses partisans qui sillonnée Brazzaville et Pointe-Noire a très vite fait trembler les officines macabres qui croyaient que le seul fait d’avoir injustement enfermé OKOMBI suffisait pour ternir son image et son charisme auprès de ses partisans. Peine perdue….

Imaginez un seul instant un face à face  André OKOMBI SALISSA et DENIS CHRISTEL SASSOU.

Certains disent où était ce nain de jardin (KIKI l’arrogant) lorsqu’OKOMBI combattait pour son père….. Le PCT sait ce qu’il doit à OKOMBI pour le pouvoir de SASSOU, mais qu’a fait Christel Denis SASSOU NGUESSO pour le PCT ?  S’il y a un choix à faire, le PCT saura faire le choix,  le meilleur sans aucun doute.

La récréation de KIKI et sa bande de bambins politiques prendra fin dès que la libération de MOKOKO, OKOMBI et MAKAYA sera effective.

Une autre  écurie qui ne voit pas d’un bon œil cette probable libération d’OKOMBI SALISSA, c’est le regroupement des partis d’opposition malléable animé par TASTY MABIALA. Depuis la fin de la campagne présidentielle et l’entrée en clandestinité d’AOS, il ne s’est pas encore exprimé sur ce qui s’est réellement passé. A-t-il trahi Parfait KOLELAS ou c’est Parfait KOELAS qui l’aurait trahi…..On lit ici et là par les militants de cette opposition de TASTY MABIALA que celle libération subite sera un autre plan caché de SASSOU. Pourquoi lui et pas tous les autres….Pourquoi maintenant ?……

Le scénario d’un supposé deal refait surface. On oublie vite que  SASSOU est aujourd’hui dos au mur. Le FMI a plombé toutes les sorties frauduleuses de SASSOU pour échapper à l’audit de la SNPC et a une gouvernance dans la transparence. Ce n’est certainement pas le recyclage de ses kleenex politiques nommés hier qui arrangeraient les choses.

De source digne de foi, nous savons que SASSOU  essaie par tous les moyens de corrompre  le député de LEKANA pour lui proposer un deal  contre ses convictions. Celui de renoncer au respect de l’alternance démocratique pour souscrire dans une démarche de soutien à la candidature de KIKI. Ainsi SASSOU sortirai OKOMBI de son statut de prisonnier personnel pour le faire entrer dans celui de l’homme providentiel derrière KIKI. Son refus réitéré plusieurs fois   serait-il un sacrilège pour y percevoir là les prémices d’une nouvelle guerre de tranchées ?

Que ceux qui  attisent le feu de part et d’autres sachent que vos stratégies de revirement, d’agitateurs politiques, de manipulateurs d’esprits faibles, de guerriers incurables, ventriloques politiques,  des politiciens du ventre …  sont sur la table des vrais démocrates congolais. Nous y veillerons à ce que cette fois-ci le Congo ne plonge pas dans vos mesquineries politiques destructrices

OKOMBI comme tous les autres prisonniers seront libres par la volonté des vrais démocrates. Que ceux des caciques du PCT et de l’opposition de TSATY MABIALA ni encore moins de la cellule embryonnaire de KIKI sachent que nous savons ce que vous voulez faire. Mais ça ne marchera pas. Le Congo n’est pas une proie gagnée dans une partie de chasse que vous vous partagerez entre vous, mais un bien commun appartenant à tous les congolais.

Pardonnons-nous

Quelques la gravité des faits et le degré de l’humiliation subit œuvrons pour sauver le Congo. Car ce qui nous attend est mille fois plus difficile que nos rancœurs et nos stratégies de vengeance. Si nous voulons sauver le Congo entrons tous dès a Brazza dans une phase de projection vers l’avenir en se débarrassant de toute attitude de repli sur soi. Œuvrons pour une vraie réconciliation dans la transparence et la bonne gouvernance. Cela doit en toute première chose se passer par le pardon mutuel.  Le temps est venu pour les congolais  de se débarrasser de la peur de l’inconnu chaque fois que nous pensons au démarrage d’une page  et prouver au monde que nous sommes capables de renverser la situation. Après tout, nous avons toutes les ressources nécessaires pour nous aider à atteindre nos objectifs.

Vingt-sept ans après la conférence Nationale souveraine, la paix reste encore un défi à surmonter. Les congolais  portent toujours les traces de la pauvreté sur leurs visages et celles de la violence dans leurs esprits. Mais comment pourrait-il en être autrement tant les acteurs, sur le terrain, ressassent le passé en usant des mêmes méthodes et violences. ? Comment espérer que la paix puisse être reconstruite sans réaliser au préalable un véritable travail de fourmi afin de transformer les mentalités et les esprits pour les faire sortir de l’univers symbolique de la violence et entrer dans celui de la paix ?

Ce pardon doit s’inscrire dans une phase préalable :

Indemnisation des victimes des atrocités policières et arbitraires

D’un vrai cadre de dialogue et de réconciliation

Une alternance viable et démocratique

D’un audit sur les finances,  l’économie et l’enrichissement illicite

Réorganisation des institutions Judiciaires, militaire,  policières et économique

Remboursement et Rapatriement des fonds détournés…

Publié par DAC

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*