Armée, CORRUPTION, DETOURNEMENT, Editorial, Justice, Politique, Société, Tribune libre

L’imbroglio de la succession

L’imbroglio de la succession

La guerre des clans du pouvoir se précise

 

Jean-Claude BERI

Jean-Claude BERI

Les mois qui suivent sont en apparences calmes sur le plan politique en attendant les hostilités qui s’annoncent explosives. Les congolais vont vivre une situation explosive simplement parce que les hommes du clan au pouvoir ne veulent s’absoudre à reconnaitre leur échec et entamer les négociations pour un apaisement national

Mais il est possible que cette situation ne soit que purement tactique. Il peut être comme une nouvelle provocation vis-à-vis d’une opposition remuante et incontrôlée Il permet d’observer quels sont les soutiens de KIKI et qui veulent embraser la situation.

À cet égard, il est même surprenant que certains montent déjà au créneau alors qu’il (KIKI) annonce qu’il n’aurait pas d’autres projet en tête que celui de travailler pour l’efficacité de son ministère tout en oubliant que ses faits et gestes sont scrupuleusement scrutés par les autres.

Par ailleurs, il semble vouloir réfléchir à de nouvelles modalités d’intervention, son ancienne stratégie n’ayant pas payé. En effet, le DRIAN est allé d’échec en échec dans sa volonté hégémonique de vouloir imposer la volonté de SASSOU, malgré toute la machine financière mise à sa disposition.

 En outre, l’alliance avec le groupe WAGNER et les éléments e la Securitate animée par les anciens éléments de l’armée de MOBUTU pour contrôler Brazzaville et des RWANDAIS appuyés par les centrafricains et Tchadiens pour contrôler la partie Nord du pays.

Certains militants du PCT se méfient de l’opportunité d’une telle organisation pour sécuriser un pouvoir qui leur échappe. KIKI fera pire que son père, le PCT sera relégué aux calanques grecque. Les autres sont noyés dans leur légendaire compromission, puisque certains ont accepté le complot d’assassinat de MOKOKO et OKOMBI, dont la Clan KIKI voudrait bien voir disparaitre avant la fin de l’année.

Ces différences politiques renvoient à des désaccords tactiques et non idéologiques liés aux différentes implications dans les affaires et business proposées par les uns et les autres. Mais aujourd’hui les différences tactiques se sont transformées en divergences stratégiques voire même en conflits programmatiques. Enfin, le plus grave pour le Clan KIKI reste la montée du puisqu’il s’est englué dans son incapacité à rassembler et pour le moment ne voit pas comment endiguer cette montée frontiste. Compte tenu de cet ensemble de conditions, on peut penser qu’il réfléchit réellement à une nouvelle stratégie.

La dangerosité actuelle de la situation politique du Congo-Brazzaville est réelle, ce n’est pas une vue de l’esprit. Ce qui se trame n’est plus un secret c’est juste une question de timing avant le passage à l’acte.  Le clan KIKI, le Clan OBA Pierre, le Clan OKEMBA et le Clan BOUYA sont prêts à en découdre. Le choix prématuré de SASSOU a libéré les vannes qu’il ne contrôle plus.

La stratégie de la succession, telle pensée par SASSOU et son fils entrainerait la mort quasi immédiate de ce qui reste de l’appareil politique du PCT, qui seul ne peut espérer dépasser le seuil d’éligibilité que dans quelques villes.

Le clan KIKI a voulu renverser la table et passer devant le PCT en misant sur son épuisement et accusé d’être un parti à l’arrêt idéologique et veut créer une alliance avec certains de l’opposition dans la diaspora pour s’assurer d’une certaine crédibilité    et une certaine survie politique.

L’heure est grave et les choses graves se préparent. Je fais ici l’écho du message suivant :

MARION MICHEL MADZIMBA EHOUANGO
  • « 1- un plan machiavélique a été mis en place pour préparer la  » sortie de pouvoir » de Mr. Sassou.
  • 2- des agents de la dst ont été déférés à la maison d’arrêt de Brazzaville pour assassiner Mokoko et Okombi Salissa avant un « dialogue national ».
  • 3-une liste d’opposants a été dressée, destinés à mourir de poison lent ou rapide selon les circonstances.
  • 4- Des  » opposants » intra-muros et aussi trois  » de la diaspora  » particulièrement « actifs » ces derniers temps, ont reçu mission de préparer les conditions de  » dialogue » après élimination physique et /ou politique d’éléments jugés  » dangereux » par le régime de Sassou.
  • 5- les réseaux internes et externes de la franc-maçonnerie congolaise sont mis à contribution pour la réalisation du plan machiavélique d’élimination physique et politique d’opposants  » dangereux » (ici je demande à mon frère Mathias Dzon de faire très attention à ce qu’il mange et qui le fréquente).
  • 6-Certaines personnalités jugées  » dangereuses » pour la succession de Mr Sassou, dont moi-même (pour l’instant je ne peux me limiter qu’à ce niveau) ont déjà été empoisonnées ou serait à court ou moyen terme en voie de l’être. » Dixit Marion Michel Madzimba Ehouango

A cela il faudrait ajouter les éléments inquiétants suivants pour se faire une idée précise de la situation.

  • Qu’a-t-on fait de la disparition des armes de guerre à Pointe-Noire et GAMBOMA ou en est l’enquête ? Qui est responsable de ces disparitions ?
  • Pourquoi les meilleurs cargaisons d’armes de défenses et d’attaques sont à la disposition de la Garde présidentielle dont les responsables sont des proches de KIKI (le colonel Gervais AKOUANGUE et le colonel serge OBOA).
  • Pourquoi une certaine frange de la police dirigée par le Colonel King OBAMI ITOU fils exécute-t-elle des missions secrète au service de KIKI ?

….

Peuple congolais, votre mécontentement, au moment où ceux qui prétendent vous gouverner déclarent des miettes comme avoirs, d’autre seraient même plus démunis comme des rats d’églises, alors le monde entier découvre avec stupeur les sommes colossales cachées dans les paradis fiscaux par ces mêmes politiques véreux. Les signes annonciateurs de la colère des congolais qui se multiplient sont donc légitimes et méritants, tant des fractures profondes traversent la société française. Le pays réel va-t-il, enfin, ébranler le pays légal ? Doit-on encourager d’abandonner le pays aux mains des hommes et femmes qui n’ont comme seules ambitions la pérennisation d’un système ignoble et totalement destructeur ?

Comment s’étonner, dès lors, la multiplication des indices tend vers une préparation minutieuse d’un coup d’Etat ?  On aura beau crier aux fake news – qui ne tirent souvent la couverture dans leur camps – et les propos parfois désorientant n’y changeront quelque chose. On peut bien casser tous les thermomètres et casser les journalistes à tout bout de champs, cela ne fera pas tomber la fièvre encore moins amener la paix. Comment s’étonner, aussi, que la police, comme nous l’apprend ces derniers soit aujourd’hui majoritairement acquise au pouvoir et se livrant à des meurtres maquillés sous des bavures devenues récurrentes ? On en est, il est vrai, à une quarantaine de meurtres depuis le début de l’année dans cette institution malmenée, sous prétexte de pourchasser les KULUNAS on tue et viole nos enfants. Va-t-on continuer à laisser cette police des vampires sucer notre sang ?

Tous ces éléments pourraient bien constituer les ingrédients d’une situation explosive plus corsée que celle qui est préparée à l’encontre de JMM MOKOKO et André OKOMBI-SALISSA.

 

Jean-Claude BERI

Laisser un commentaire