Armée, Politique, Société

L’opprobre d’un putsch  sanguinaire mettant fin à la démocratie

L ’opprobre d’un putsch  sanguinaire mettant fin à la démocratie

Par  Jean François BISSILA

Jean-François BISSILA
Activiste

La date cruciale 5 Juin 1997  est  vécue non seulement comme la trahison  aux valeurs prônées pendant  la Conférence nationale datant  de 25 Février  jusqu’au 10 Juin 1991  , mais également  une violation sciemment de la Constitution de 1991 .

Notre mère patrie est meurtrie  par les turpitudes  d’un traître  invétéré  déclenchant une guerre fratricide . La compromission de l’unité nationale  mettant un terme au fondement de la République du Congo .

Un avatar qui anéantit les élections démocratiques , en effet  les citoyens assistent de façon affligeante  au basculement dramatique  de la démocratie  éphémère  au détriment  de la démocrature .

Rétrospectivement le 2 Août 1992 , nous avons suivi le déroulement de l’élection présidentielle conforme à la démocratie ;

Au premier tour :

Monsieur LISSOUBA  Pascal  avait obtenu 35,89%  des suffrages 

Monsieur Bernard KOLELAS  avait eu 20,32% 

Le chef de la junte  avait  obtenu  16,87%

L’ancien Premier ministre André MILONGO  avait eu  10,18%

Ensuite le second  tour  le 16 Août 1992 , le charismatique  Professeur  Pascal  LISSOUBA  était élu au suffrage universel  en obtenant  61,33% des suffrages .

Malheureusement SASSOU  avait laissé à l’Etat Congolais la dette la plus élevée au monde par tête  d’habitant , notre pays comptait  2 600 000 habitants .

Le Président tentait de négocier un accord pétrolier avec l’entreprise Américaine OXY  afin qu’elle exploite le pétrole de Nkossa , en échange de 150 millions de dollars , ce qui équivaut à 40 milliards de francs CFA  pour que le gouvernement  puisse payer les deux mois de salaire permettant aux fonctionnaires de subvenir à leurs besoins vitaux .

Hélas !  la nation Congolaise  demeure sous tutelle Française , Jacques CHIRAC n’a pas voulu , malheureusement  les vieilles habitudes Françaises  restent inchangeables .

La politique Africaine instaurée par le Général de GAULLE permettant de contrôler les matières premières qui sont vitales pour l’Etat Français .

L’émancipation de notre Président LISSOUBA  irritait Jacques CHIRAC  , ce dernier  décide de le destituer par un coup d’Etat sanglant .

Le journal le Canard Enchaîné avait publié  que l’Etat Français avait livré plus de 200 tonnes d’armes via le Gabon  afin de pouvoir équiper le putschiste  et ses partisans .

Le coup d’Etat militaire était minutieusement préparé, le gouvernement Français avait pris les précautions pour pouvoir évacuer leurs ressortissants  .

L’hypocrisie des certains médias Français en résumant cette situation alarmante à une guerre ethnique  , alors que l’entreprise Française  ELF Aquitaine  fait main basse en ce qui concerne l’exploitation  du pétrole Congolais .

Ce conflit armé décime la population Congolaise , le putschiste SASSOU  fait appel aux forces armées  Angolaises  , en plus des soldats Tchadiens  et Rwandais .

C’est terrifiant de voir l’aviation Angolaise   en action en bombardant le palais présidentiel. Le Président LISSOUBA était contraint de quitter Brazzaville .

Le chercheur  spécialiste en renseignement Eric DENECE  nous apprend que  cette guerre sanglante avait engendré  400 000 morts civils et militaires  , soit près de 10% de la population Congolaise .

J’éprouve de la compassion  envers les victimes de la barbarie perpétrée dans notre pays , les méfaits de l’ascension  ignominieuse d’un putschiste  qui est imbu  de sa personne  à tel point qu’il élimine  sans ambages les éminents Congolais  afin qu’il puisse imposer l’obscurantisme . Le fiasco gouvernemental en dépit des ressources  naturelles dont dispose le Congo-Brazzaville  .

Le chef de la junte aux manettes d’un pouvoir usurpé depuis 25  années ,  l’endettement de l’Etat continue de progresser  ,il s’élève  à 6 016,5 milliards de francs CFA  , ce qui correspond à 10 milliards  d’euros .

Cependant  le clan SASSOU  est  mêlé à  d’importants détournements de fonds publics , la spoliation de l’argent  public   a pour  conséquence la banqueroute  d’Etat  . Certes , les salaires , les pensions de retraites  et les bourses estudiantines  sont payés épisodiquement  .

L’histoire retiendra que le putschiste sous l’influence de l’impérialisme Français  s’est permis d’anéantir  notre nation  .

Ce fossoyeur impétueux incarne l’un des chapitres cauchemardesques de notre pays le Congo-Brazzaville 

Jean François BISSILA

Laisser un commentaire