Politique

Quand les loups de l’Oyocratie commencent à se manger entre eux : La garde à vue du général Norbert Dabira et la convocation du général Nianga Mbouala

Quand les loups de l’Oyocratie commencent se manger entre eux !

Jean-Dominique Okemba et Jean-François Ndenguet viennent de lancer la DGST aux trousses du général Norbert Dabira et AYI Odzali (le fils de François Odzali).

Jean-Dominique Okemba et Jean-François Ndenguet qui sont décidés à avoir la tête de Nianga Mbouala et qui ne font plus confiance à ce dernier car le trouvant contestataire à leur égard, ont ordonné à la DGST (Direction Générale de la Surveillance du Territoire) dirigée par Philippe Obara, l’une des services de police politique au Congo-Brazzaville, d’ouvrir une enquête parallèle et non-officielle contre Nianga Mbouala et Norbert Dabira.

Les affres de la dictature de Sassou Nguesso, l’une des plus pires d’Afrique

Norbert Dabira

Il n’est plus un secret dans le monde fourbe, barbare et criminel de l’Oyocratie, et cela ne fait l’ombre d’aucun doute que Jean-Dominique Okemba est décidé à briser la carrière du général Nianga Mbouala.

On sait tous que Jean-Dominique Okemba a utilisé Jean-François Ndenguet pour lancer une pavée nauséabonde, accusant Nianga Mbouala d’avoir des accointances avec le Pasteur Ntumi.

Avec le temps, ils en ont fait un instrument de chantage et de pression dans le but d’écarter le général Nianga Mbouala du commandement militaire de la garde présidentielle du dictateur Sassou Nguesso. Depuis lors tous les faits et gestes de Nianga Mbouala sont suivis à la loupe par les services parallèles de Okemba et Ndenguet.

La preuve vient d’être faite une nouvelle fois par la convocation à la DGST du général Norbert Dabira à la suite d’un entretien téléphonique avec Nianga Mbouala.

On sait que Okemba et Ndenguet ont créé de toutes toutes pièces, il y a de cela quelques mois la crise Pool afin de valider la tricherie électorale de Sassou, en pointant du doigt le pasteur Ntumi, leur complice d’hier dans le soutien son financement et sa création.

Pointés du doigt par les forces vives congolaises, ils ont cherché à se refaire une virginité et ont cru trouver une parade en accusant le Pasteur Ntumi de « terroriste », d’être à l’origine des violences des peuples du Pool.

N’ayant pu capturer le pasteur Ntumi, bien que l’ayant asphyxié financièrement et économiquement en commanditant des bombardements sauvages et aveugles à Soumouna, à Mayama et dans le reste du Pool, voilà que Okemba et Ndengeut veulent faire croire aux autres « Oyocrates » la cause de l’échec de leur stratégie macabre en pointant du doigt Nianga Mbouala et Dabira.

Général Ngatsé Nianga Mbouala

Évoquant un entretien téléphonique que Nianga Mbouala aurait eu avec Norbert Dabira, Okemba et Ndenguet se sont livrés à une nouvelle manœuvre pour espérer affaiblir et humilier, celui qui veut empêcher leur dessein funeste, et celui qui est devenu leur cible principale dans l’Oyocratie, Nianga Mbouala.

Se souvenant de ce qu’est advenu au colonel Marcel Ntsourou, et craignant le pire pour sa vie notamment des conditions draconiennes et mortelles dans les geôles de la DGST, Norbert DABIRA a eu des sueurs froides !

Avant de se rendre à la DGST, où il a été convoqué à la suite d’un coup de fil jugé suspect donné à Nianga Mbouala, Norbert DABIRA, selon des membres de sa famille, a fait sa prière, et a dit aux siens : « Alerter les autres au cas où je ne reviens pas de si tôt » .
Le mobile pour lequel le général Norbert Dabira a été convoqué reste bien flou. Certaines langues revêches chuchotent que Dabira est soupçonné (à tort?) de préparer, avec son alter ego Nianga Mbouala, une révolution à la « Manangwa » . « Une conversion téléphonique entre les deux généraux aurait mis les services en alerte », croit savoir une source proche de la DGST. Vrai ou faux ?

Toujours est-il que les autorités sécuritaires de Brazzaville se montrent trop nerveuses ces jours-ci. Après la bastonnade infligée aux journalistes pendant près de 2 heures par les éléments de la GRB, une unité de la police congolaise dirigée par Jean François Ndengué, elles ont récemment mis aux arrêts l’ancien ministre Michel Mampouya, Lucien Okana, Ayi Odzali ( le fils de l’homme d’affaires congolais François Odzali, en exil en France), tous détenus à la DGST.

Pour le cas d’Ayi Odzali, le jeune homme a été enlevé en plein jour et conduit à la DGST.

Il y a quelques jours, c’est Claudine Munari qui se faisait violenter à son domicile par des policiers nerveux . Une attitude qui coïncide avec l’arrivée au port autonome de Pointe-Noire des véhicules anti-émeutes et autres armes de guerre.

Vu la situation financière, économique et politico-sociale difficile que traverse présentement le Congo conjuguée à la fébrilité physique de Sassou dont l’épouse Antoinette est également mal en point, le couple Ndenguet-Okemba Dominique aurait-il décidé de passer à l’offensive d’un coup d’Etat en neutralisant tous ceux qui peuvent leur barrer la route?

La garde à vue du général Norbert Dabira prouve à suffisance que le régime de Sassou est aux abois et de surcroît est devenu même allergique de toute critique. Désormais, mêmes les affidés du régime subissent les affres du pré-carré de l’Oyocratie.

D’autant que Denis Christel Sassou Nguesso « Kiki » est tant affaibli depuis le renvoi aux calendes grecques de son mariage du siècle avec sa dulcinée Bumba Nathalie, pendant que Guy Blanchard Okoy, Yves Richard Mondjo, Nianga Mbouala, Jean Jacques Bouya et Ondongo Gilbert sont fragilisés.

Okemba, que certaines personnes légères prennent pour un « villageois », pourrait s’avérer le vrai sage. Sa danse guerrière sur la tombe de son grand père Julien Nguesso pourrait, selon les sages Mbochis, être une force mystique de plus pour faire son coup d’état scientifique à la « Zimbabwéenne ».

Les initiés savent donc pourquoi le conseiller spécial en matière de sécurité de son oncle de président a tout fait pour laisser son homme de main Jean François Ndenguet à la tête de la police congolaise, alors que ce dernier a été admis à faire valoir ses droits à la retraite depuis plus de deux ans.

Le général Norbert Dabira passe sa première nuit à la DGST, tandis que le général Nianga Mbouala, qui a refusé de répondre à la convocation de la DGST, exige d’être entendu à son domicile.

La garde à vue du général Norbert DABIRA et la convocation et probablement l’arrestation de Nianga Mbouala, s’il continue à observer un refus d’obtempérer à toute convocation, prouve à suffisance les affres de la dictature de Sassou Nguesso qui n’hésite pas un seul instant à se séparer de ses affidés d’hier. Pour Sassou Nguesso, c’est la conservation du pouvoir quelque soit la méthode.

Les généraux sont accusés par Okemba, NDenguet et Obara de préparer un coup d’Etat.

Jean-François Ndenguet

La garde à vue du Général Norbert Dabira dans des locaux secrets de la DGST est une véritable bombe pour les observateurs de la vie politique congolaise. Que reproche t-on à ce général 4 étoiles qui a servi Denis Sassou Nguesso avec une fidélité digne d’un enfant de chœur?

D’après nos informations, Norbert Dabira serait accusé de “tentative de coup d’état”. En effet, selon des interceptions téléphoniques réalisées par la DGST, Norbert Dabira serait en collusion avec un autre général, Ngatsé Nianga Mbouala, patron de la garde présidentielle. Selon les relevés de leurs conversations captées par la DGST, les deux officiers critiquaient la dérive autocratique du pouvoir, ils dénonçaient la tournure violente prise par le pouvoir pour contenir les mécontentements sociaux dus à la crise économique. De ces conversations, les services des renseignements congolais ont conclu à une tentative de prise de pouvoir par la force, car les deux hommes estimaient que la situation ne pouvait perdurer ainsi.

Avant de se rendre à la DGST, Norbert Dabira a été reçu par le ministre de l’intérieur Raymond Zéphyrin Mboulou, qui lui a signifié en personne cette convocation. Le ministre de l’intérieur a pris le soin d’informer Norbert Dabira de ce qui lui était reproché. Il lui a fait écouter ses conversations avec Nianga Mbouala, et l’interprétation qu’en ont fait les services secrets. Norbert Dabira a reconnu l’authenticité des captations de ses conversations devant Raymond Mboulou. Depuis la fin de la matinée jusqu’au moment où nous publions cette information, Norbert Dabira est toujours en garde à vue et écouté par les hommes de Philippe Obara, grand patron des renseignements congolais. Quant à Ngatsé Nianga Mbouala, il est introuvable dans la capitale, il devrait aussi répondre dans les prochains jours à la convocation des services de renseignements.

Combien de temps va encore durer l’arrogance de Jean-Dominique Okemba qui a mis sous sa coupe Jean-François Denguet et Philippe OBARA ?

Jean-Dominique Okemba veut-il précipiter la chute de son oncle Sassou afin de le succéder en procédant à un coup de palais ?
L’épisode néfaste des loups de l’Oyocratie du Congo n’est qu’un parmi tant d’autres qui, il ne faut pas l’oublier, sont tous les chefs d’orchestre de la criminalité et du terrorisme d’Etat, et que s’ils ne sont pas encore jugés et condamnés par la population congolaise, ils le doivent surtout à l’argent du pétrole volé et à la main mise sur l’ensemble des unités de l’armée, gendarmerie et police du pays qui font les beaux jours de ces sécurocrates sans foi, ni loi.

Les querelles entre différentes factions du clan de Sassou n’ont pour finalité que l’élimination ou l’affaiblissement des uns et le positionnement stratégique des autres dans une guerre larvée de succession car l’éléphant d’Oyo est usé, affaibli et ne contrôle plus les différentes écuries de sa troupe qui se sont lancées dans une neutralisation mutuelle.

Pour nous, peuple Congolais, le but ultime est de faire tomber cette tyrannie sous toutes ses formes. Rien ne sert de s’attarder sur les querelles de loups qui sèment vent et malheur dans la même bergerie.

La démocratie régnera de nouveau au Congo-Brazzaville que si nous parvenons à nous mobiliser et d’être unis pour faire tomber ce régime tyrannique sous toutes ses formes.

Elie Smith ( oeil de l’aigle) et Chris Abela

4 commentaires

  1. Pingback Le Général Norbert DABIRA relâché à la DGST hier à minuit - DAC-E-NEWS

  2. Tout est visible que.Sassou Nguesso président criminel, génocidaire, illégal ,illégitme , sa clique et son gouvernement veulent se servir de faux coups d’État, de la fausse ménace terroriste contre les ambassades des USA et de la France pour gagner la sympathie, soutien et déclencher l’État d’urgence au Congo . Sassou Nguesso, sa clique et son gouvernement qui ferment le grand centre hospitalier CHU de Brazzaville, au prix de centaines de morts gratuits chaque semaine au Congo et n’arrivent pas à payer les salaires, mais achetent massivement les armes de repression tiennent à sauvegarder à tous les prix leur pouvoir illégal,illégitme.Le régime Sassou Nguesso tente d’agir comme d’habitude dans la manipulation de l’opinion nationale, internationale obtenir la tolérance, l’argent du FMI tout en évitant de remplir les conditions de transparence qui sont nécessaires pour mettre un terme aux cycles de corruption et de détournement de fonds. Depuis un certain temps règne de plus en plus la terreur, la repression au Congo. En dehors du génocide des bombardements qui se poursuivent dans le Pool, les arrestations arbitraires, disparitions des opposants, manifestations, journalistes, avocats, chaque petite manifestaion est reprimée par l’ «usage d’armes de guerre et des gaz lacrymogènes sur les manifestants, et le tir à balles réelles par les forces soit disant de l’ordre du président criminel, génocidaire, illégal ,illégitme Sassou Nguesso. Il y a eu récemment « la bastonnade infligée aux journalistes pendant près de 2 heures par les éléments de la GRB, une unité de la police congolaise dirigée par Jean François Ndengué, ils ont récemment mis aux arrêts l’ancien ministre Michel Mampouya, Lucien Okana, Ayi Odzali ( le fils de l’homme d’affaires congolais François Odzali, en exil en France), tous détenus à la DGST. » « Les avocats de l’ex-ministre et opposant André Okombi Salissa, inculpé depuis près d’un an pour atteinte à la sûreté de l’Etat,se disent indignés par l’interruption de leur conférence de presse avant même qu’elle ne débute jeudi 30 novembre. Dans un communiqué diffusé ce vendredi 1er décembre, ils dénoncent «des violences inacceptables dans un Etat de droit».(RFI).Sassou Nguesso président criminel, génocidaire, illégal ,illégitme et sa clique et son gouvernement illégal ont tenté de faire du Pasteur Ntumi un « terroriste », d’être à l’origine des violences des peuples du Pool commencées par eux meme le 4 avril 2016. Faute d’avoir réussi à capturer le pasteur Ntumi, voilà le pouvoir Sassou prèt à masquer son échec militaire, son incompétence notoire sur la gestion des affaires d’état, la crise socio écononique très profonde sur faux coup d’état dont les généraux Nianga Mbouala et Dabira, depuis longtemps dans le viseur du trio arbitral congolais (Ndenguet-Obara-JDO) seraient des auteurs potentiels. Oui la guerre dans le Pool; une vaste opération militaire, une répression à huis clos, un génocide déguisé en traque du pasteur Ntumi accusé d’avoir attaqué Brazzaville avec ses hommes et les arrestations d’opposants, de manifestants qui ont jusqu’à à lors été les stratégies de Sassou-Nguesso pour légitimer son hold-up électoral de 2016., n’ayant pas été suffisants pour gagner la légimité,il a fallu changer de stratégie. Mais il est aussi à noter que depuis un certain moment une « guerre d’influence croissante r`gne au PCT et une lutte interne au sein du pouvoir criminel, génocidaire,mafieux de Sassou Nguesso: Selon de nombreuses analyses, par exemple ceux de dac-presse.com,ce trio arbitral congolais cherche depuis longtemps à créer des opportunités pour réussir pour lui un coup d’Etat en neutralisant tous ceux qui peuvent leur barrer la route. il n’ ya pas seulement Christel qui veut succéder à son pére, Sassou Nguesso. Okemba, le grand criminel, assassin est aussi longtemps tenté à devenir par tous les moyens président du Congo après son oncle. Les Congolais sont appelés de se montrer vigilants. Le Congo n’a pas seulemet besoin d’ un coup d’état du palais. Mais d’une véritable révolution qui est apte à balailler le système ultra criminel, génocidaire, mafieux Sassou Nguesso.

  3. Salut, très chers compatriotes, militantes et militants de la Grande cause de la révolution des mentalités congolaises. Mes meilleurs vœux de conscientisations véritables et profondes, dont nous avons besoin, pour renverser, -je dis parfaitement bien, non tout simplement, les dirigeants oligarques-kleptocrates présidentiels africains, congolais; -et; je ne cite pas le nom de ceux-là qui sont concernés; car, en lieu et place, je leur écris face à face, au grand jour; mais, tous les potentats du système socio-économico-politique et militaire dictatorial; ainsi que les animateurs de nos administrations, croupissant sous la corruption, l’intolérance et l’impunité; et tous les acteurs de la survie de ce système sont concernés, je vais vous le prouver séance tenante et preuves à l’appui-; car, à ce propos, je suis l’auteur de deux ouvrages publiés aux Éditions Mélibée, intitulés:  »Comment vaincre l’oligarchie-kleptocrate des présidents africains, tome I et tome II, (480 pages le premier et 524 pages) -des ouvrages qui circoncisent la problématique et apportent les meilleures solutions qui vaillent; pour étendre le sceptre de la véritable libération, non seulement congolaise, mais, africaine, et celle de l’Homme Noir. mais aussi, notre libération du joug de la perpétuité de la colonisation, du néo-colonialisme, qui est en train de nous plonger dans la ré-colonisation… je vous écris, justement, parce que je suis congolais… Et, je m’établis en porte à faux sur votre analyse de la situation globale dans notre nation congolaise… En plus, je m’érige en porte à faux sur votre procédure journalistique dans l’ensemble de l’exposé des faits… Et, en fin des compte, je vous trouve trop injurieux; et, conséquemment trop léger dans votre activité de formation, d’information et de renseignement de nos populations sur ce qui est l’objet de notre Lutte sacrée, notre Combat à nous tous… Car, vous et moi, connaissions parfaitement, en tant que congolais que notre Sagesse déclare que nous ne devrions jamais perdre notre raison. Nous avons raison dans ce qu’il se passe comme goulot d’étranglement socio-politico-militaire qui se traduise par le délabrement du tissu socio-économico-culturel… L’exposé que vous faites de l’état des lieux de la circonstance générale du pays est clair. Rien ne va plus. Et cela dure normalement depuis 40 ans. Je voudrai vous rappeler que nos malheurs datent du moment où Dénis Sassou N’Guesso et Louis Sylvain Goma sortent de Saint- Cyr, ici, en France. Et que, ces derniers furent lancés comme des boulets de canon pour neutraliser le système éducatif congolais, pour faire des abrutis, des oui-oui, qui répondraient présents et au rendez-vous pour toutes les missions qui soient et qui, servent aux intérêts des la Mère-patrie française. Conséquemment, notre président actuel, Dénis Sassou N’guesso, qui a été implanté par la françafrique, sait qu’il lui est demandé de préparer un dauphin qui pérenniserait le pouvoir dictatorial, contre vents et marrées. Conséquemment, nous avons deux pôles ou deux centres névralgiques, la gouvernance dictatoriale congolaise et française. Souvenez-vous que, c’est à la Baule, ici en France que François mitterrand déclarait aux homologues africains, c’est qu’il disait ce qui suit, en quelque sorte:  »Le colonialisme d’État est achevé; mais, le colonialisme des multinationales continue ». Et c’est là où est le piège. Car, reconnaissons que les multinationales sont celles-là qui ont fait de nos États  »des nations bananières »; c’est-à-dire contrôlées par les multinationales, qui elles, contrôlaient les économies de nos nations. C’est l’impérialisme des multinationales. Les dirigeants des nations françaises et européennes et américaines, ne peuvent jamais maîtriser les multinationales; car, elles sont le fer de lance de la domination économique et financière de nos économies et de nos finances… Ce qui revient à dire que lorsque nous allons attaquer une seule corne du taureau, c’est-à-dire les oligarques-kleptocrates congolais ou africains; mais que l’autre corne des oligarque français, européens et américains n’était pas attrapée, la pieuvre du pillage et du pompage, et de l’écrasement de nos richesses du sol et du sous-sol et de nos population, ne sera jamais inquiété… Au niveau où en sont les choses, reconnaissons que le Combat que nous menons de manière insolente, (c’est-à-dire, sans sagesse et intelligence), disperse nos forces. Vous qui publiez les vérités; vous informez les congolais; mais, soyez plus sages et intelligents. Abordez la problématique comme désirant la résoudre; mais non, vous discréditer; et finalement, nous n’aurions plus de porte-parole, qui puisse informez les populations. Vous êtes en quelque sorte notre 4ème pouvoir disons-le parallèle. Et si vous devenez sans crédibilité, à cause de vos injures et de votre insolence, qui fera ce que vous faites? Vous tombez dans le piège de nos ennemis. Ils sont plus affûtés que nous. Et, ils ont tous les moyens que nous nous manquons. Toutes ces insanités que vous prononcez contre les dirigeants de notre pays, est-ce que vous trouvez cela citoyens? La problématique est grande et elle requiert de la sagesse et de l’intelligence. Vous dites que nous devrions nous rassembler; mais, nous n’allons pas nous rassembler comme étant  »La Meute congolaise ». Nous ne sommes pas des mendiants en politique… Nous devrions reconnaître d’une part que nous récoltons, tous, et vous qui critiquez avec véhémence, et nous qui écrivions, et nous qui prêchions la Parole de Dieu de la meilleure des manières, sans compter  »les vendeurs du temple » que sont les  »voleurs des dîmes » dans les églises, les religions, les cultes et les spiritualités, les sectes, l’occultisme, l’obscurantisme, et autres philosophies, etc. Nous sommes paresseux et nous avons eu un président paresseux. Souvenez-vous de ce qu’avaient déclarés les 2 premiers présidents, un prêtre et un protestant endurci, j’ai cité l’abbée Fulbert Youlou, qui, frappé par Bernard Kolelas, avait prophétisé sur lui que le pouvoir te glissera aux doigts; et, cela a eu lieu ainsi; le second a déclaré que nous mangerons du manioc en morceau, nous mangerons de la volaille en morceau et nous acclamerons des fous; ce qui est en train de se réaliser actuellement. Dites-loi, si vous, nos élites, vous parlez comme des fous, alors qui est fous, est-ce que ce sont nos dirigeants et gouvernants corrompus, intolérants et baignant dans l’impunité, ou que ce sont les nous autres leaders politiques, animateurs de la société civile, et autres individualités qui le sommes? Là, sur le terrain, et ceux qui sont à la mal-gouvernance et ceux qui sont les incarcérés politiques, ne sont-ce pas tous des fous? Eh bien, ce que les 2 premiers présidents congolais est en train d’arriver… Savez-vous qui vous parle? C’est celui qui, le 14 mai 1996 a dit à la télévision congolaise que  »le Militaire prendrait le pouvoir au Civil par les armes »; et cela est advenu, quasiment un an plus tard. Deux semaines après, le prophète Demba Ésaïe est allé le clamer tout haut à la Présidence de Lissouba et il a été frappé à mort. Et il n’est plus… Je vous rappelle que vous pouvez crier tout haut que nous devrions nous rassembler; mais comment nous rassembler là où n’importe qui crie qu’il veut libérer le Congo? Quant votre Moïse de général Jean-Marie Michel Mokoko s’engageait à se lancer dans les élections, j’ai piaillé pour lui faire parvenir mon ouvrage intitulé:  »À mon général Untel ». pourquoi? Parce que les Combattants et les Opposants politiques congolais sont trop assoiffés de pouvoir. Ils se disaient prendre le pouvoir, parce que, même les Tsatsy Mabiala criaient sur les réseaux sociaux que les amis de Dengès l’avaient abandonné. Vous tous vous le criez. Sauf moi. Tout aura été écrit. Le plan pour sauver le Congo et l’Afrique est totalement écrit dans les ouvrages que je suis en train de vous citer…. Vous êtes surpris qu’il y ait un remue-menage au palais. Moi, votre frère, je l’ai dit au Président dénis Sassou N’Guesso dans mon ouvrage que je lui ai envoyé, non seulement à lui, mais à Barack Obama et au Congrès américain, au président François hollande, et au Pape François et à tous les présidents des parlements des G20. Cet ouvrage intitulé:  »Courrier d’un indigent africain aux parlementaires internationaux » aura été accompagné par une correspondance que vous pouvez lire sur mon site leretablissement.com Il est là le plan du salut du Congo.Mais les gens ne m’écoutent pas… J’ai dis au président Dénis Sassou N’Guesso que son entourage va l’assassiner. Mais, Monsieur dénis sassou N’Guesso ne sait-il pas que ce fut moi, qui, mandaté par Dieu lui a annoncé de prendre le pouvoir? Son pouvoir devait être de 20 ans; et il l’a été. Et je lui ai dit qu’il ne lui reste que 3 ans au pouvoir. Je vais vous citer mon ouvrage publié en juillet 2016. Ce qui revient à dire que d’ici juillet 2019, il ne sera plus au pouvoir. Et comment? Je ne le sais. mais, de la même manière que Dieu m’avait dit qu’il prendrait le pouvoir au Civil, de la même manière Dieu m’a dit qu’il ne lui reste que 3ans. En passant, pour savoir qui a assassiné Marien N’Gouabi et Alphonse massamba Débat et le cardinal Émile Biayenda, renseignez-vous en vous procurant mes ouvrages intitulés:  »A.D.R.E.S.S.E: Abattre la dictature, redresser l’État, sauver Sassou II de l’extinction, requiert la 7ème République, tome I » et  »A.D.R.E.S.S.E: Abattre la dictature, redresser l’État, sauver Sassou II de l’extinction, requiert la 7ème République, tome II »… Il est possible que nus réglions cette problématique. Il y avait derrière Rolihlahla Nelson Mandela un Desmond Tutu… Moi, le prophète Arc-Amon, je peut être d’un très bon conseil pour nous sortir de cette impasse. Mais il y a trop de passions, trop d’orgueil, trop d’écervelés, trop de prétendant. Nous en faisons une question Sassou. Non, c’est une question de tout uns système. J’étais à une oreille près de l’événement par lequel François Hollande a donné le pouvoir à Sassou II, parce que ce dernier a pris de notre propre argent à nous pour faire la COP21… Ce qui revient à dire que les Suprématistes français, européens et américains et occidentaux sont tout aussi coupables que nos oligarques-kleptocrates des présidents africains. Ce n’est pas une mince affaire… Nous, au Congo, nous avons à notre actif près de 50 généraux, donc, 1 général pour 100 000 habitants congolais, en me fixant sur une moyenne de la population de 4 millions d’habitants. C’est trop. Il a été prophétisé par moi que les apparatchiks militaires Pctistes congolais se feront la guerre entre eux. Nous le savons. mais nous savons aussi que Sassou ne réussira pas à placer au pouvoir un dauphin, qu’il soit Kiki, Willy ou Ouamba; parce qu’il y aura des règlements des comptes qui les emporteront. La loi cyclique de l’Univers l’impose. Et puis, il y a la Loi de Dieu du Talion; qui déclare: Œil pour œil et dent pour dent règne sur les populations mondiales. Donc, attendons-nous à gérer l’après-Sassou. Par ailleurs, qui la France tient pour dauphin? S’il y a une révolution de velours ou de palais, ce sera une défaite pour la population congolaise. Si c’est quelqu’un de l’Opposition actuelle qui prenait le pouvoir, ce sera aussi la défaite pour la population congolaise. Conséquemment, est-ce que ce qu’il nous faille serait une démocratie à la Birmane? Une junte militaire qui prenne le pouvoir avec un civil qui gagnerait les élections, avant que les militaires s’avise vaincus et abandonne de s’ingérer dans la politique? Car, tous les opposants politiques que nous avons sont tous de la trempe Sassouïste, puisqu’ils sont le fruit de la manipulation politique Sassouïste. je vous dis la vérité, il n’y a pas d’homme politique prêt à succéder Sassou N’Guesso. Ne rêvez pas. ne vous dites pas que quelqu’un au Congo voudrait faire comme au Zimbabwé. Les cas de figure que nous avons ne sont pas applicables au Congo. Car, au Congo, Sassou brade interminablement notre pétrole. Ce qu’il n’y a pas au Burkina-Faso ou au Zimbabwé. La seule chose qui puisse renverser Sassou et son système est la Seconde Conférence nationale à la manière dont je l’ai proposé dans mon ouvrage… Le mal en est que ceux qui pensent renverser Sassou sont tous des athées, des païens, des polythéistes, des non croyants; et, cela nous handicape. Lisez  »pourquoi l’Africain croupit-il, misérable, sur ses richesses » et  »Mythe et révélation sur la malédiction africaine » et vous comprendrez ce qui se passe au Congo. Dans mes ouvrages intitulés:  »Impact! Les élections américaines et leurs conséquences sur l’Afrique, tome I » et  »Impact! Les élections américaines et leurs conséquences sur l’Afrique, tome II », je venais de montrer ces choses en rapport avec ce que sont nos élites… C’est malheureux que nous ne sachions pas aborder la problématique. Il y a trop de vanité. Pensez-vous que vous puissiez changer comme par un coup de baguette magique un État avec 50 généraux, sans compter les colonels et autres officiers avides de gain facile? Et cela dans un État où l’ignorance politique batte le plein; pour la jeunesse qui s’attende à un État-providence, alors que cette population est esclave vis-à-vis de ses propres apatrides, étrangers, qu’ils hébergent; et, qui prennent le pouvoir? Le commerce congolais est entre les mains des Libanais et des Ouest-africains…? L’armée, la gendarmerie, la police et les services secrets sont entre les mains des Ouest-africains et des Libanais? Vous ne regardez pas à cela. Nous avons une jeunesse, excusez-moi de le dire, qui ne lit pas… Toutes les solutions pour régler la question congolaise a été écrite; mais, personne ne le sait… Bon, vous direz, que là, j’entre dans un domaine qui ne plaise pas. En effet, les Combattants, qui luttent contre la dictature tiennent eux-mêmes à imposer une dictature du populisme. Mais, quel populisme? Un populisme de ceux qui n’ont pas d’assise. Des vains qui ne reconnaissent pas qu’ils sont rien du tout… Le problème est vaste et étendu. Pleins d’embûches. mais, parce que nous ne nous préparons pas conséquemment, nous perdons la manche…. Donc, menagez votre procédure. Arrêtez d’injurier ceux qui nous martyrisent. Aimons-les en les confrontant. Unissons-nous avec eux. J’ai toujours demandé que nous renforcions nos dirigeants dictatoriaux, afin que nous puissions renverser l’oligarchie-kleptocrate française, européenne, américaine, occidentale et orientale. Et lorsque nous gagnerions cette Bataille, nous pourrons nous retourner contre nos dirigeants en national et les vaincre. Sans effusion de sang. Je ne suis pas avec les dictateurs; mais, telle que nous nous battons de manière disproportionnée dans la vanité, raison de plus que les Combattants n’ont jamais renverser un seul dictateur en Afrique. Je vais vous dire ce que je suis. Lisons  »Courrier d’un indigent africain aux parlementaires internationaux », en pages: 122-132:  »J’ai annoncé la venue du pouvoir militaire :
    17 : Et vous savez que les choses eurent lieu ainsi.
    18 : Mais, il y avait eu un problème. Cette vraie version
    de ma réponse, seuls les techniciens de la Télé-Congo
    entendirent cela, en live, et les quelques personnalités qui
    suivaient l’enregistrement, ce jeudi-là, dans la cabine
    technique de la Télé-Congo. J’avais une sœur qui travaillait
    à la Télévision, à cette époque-là, qui m’en est témoin, et qui
    est encore vivante, et qui est la sœur Thérèse, et elle était
    aspirante du Pct, en ce moment-là, et elle est témoin de ces
    choses. Sur le Plateau, j’étais avec mon épouse, sa première
    122fille, et une nièce du Président Dénis Sassou N’Guesso, qui
    œuvre avec moi dans le Ministère du Rétablissement de
    toutes choses, et autres frères et sœurs qui sont encore
    vivants maintenant même. Car Jean Obambi, le journaliste
    animateur de l’émission Kratos, avait fait enrayer cette
    réponse, afin qu’elle n’apparaisse pas sur la version qui aura
    été diffusée le samedi 14 mai 1996. Mais je suis sûr et certain
    qu’il avait transmis cette information au haut sommet,
    auprès des Pctistes.
    19 : Et si cela n’aura pas été le cas, je sais que par après,
    cette révélation aura été transmise auprès des potentats
    politiques, car c’était une bonne information, favorable, pour
    les Nordistes… D’ailleurs, en la même année, toujours lors de
    l’émission Kratos, je contredisais, Giorgio Bongiovani, le
    stigmatisé catholique, qui avait fait auparavant 127 pays au
    monde, annonçant la paix de la part de la Vierge Marie. Il
    était venu adresser un message de paix au Président Pascal
    Lissouba et aux autorités congolaises. Et d’après le principe
    de l’émission contradictoire Kratos, il fallait qu’il y ait un
    contradicteur, et dans tout Brazzaville, je fus le seul
    contradicteur. Plusieurs serviteurs de Dieu parlaient de le
    contredire, à la Cité, mais ils craignirent de le faire. Mais moi,
    je le fis, justement, parce que je fus le choix de l’animateur de
    l’émission. J’avais alors 28 ans. Il adressa son message de paix
    auprès des dirigeants congolais, qui le reçurent d’ailleurs…
    Alors que moi, je ne pus l’être. Car, auparavant, mon oncle
    m’avais conduit auprès de Tamba-Tamba pour lui informer
    de mon message. Il disait ce qui suit : Que le Président Pascal
    Lissouba assouplisse sa position envers les entreprises
    françaises sur le pétrole, sinon qu’ils le renverseront par un
    coup d’Etat. Il me répondit : C’est ce que nous ne cessons de lui
    dire, mais il a une tête dure, et il ne veut écouter personne. Mais
    123je lui dis : En plus de cela, il faudrait qu’il fasse construire une
    Radio et une Télévision évangéliques, afin que les congolais
    aient la possibilité d’annoncer abondamment l’Evangile au
    Congo, car cette nation a une vocation spirituelle à réaliser en
    Afrique centrale, en vue de faire éclore le Réveil ultime qui
    embrasera le monde, pour la préparation de la Seconde venue
    du Seigneur Jésus-Christ… J’ai élaboré une correspondance
    que j’ai remis à son conseiller spirituel, le protestant pasteur… ;
    mais il ne m’a pas reçu, seulement, je lui ai fait parvenir mon
    courrier par ses gardiens qui le lui ont bien transmis, car je
    pouvais voir cela au travers des ouvertures de son haut portail
    métallique.
    20 : Après qu’il ait annoncé de la part de la Vierge Marie
    son message de paix, en direction des autorités congolaises,
    je répliquais en déclarant en substance ce qui suit : Tous ces
    dires que vous proférez ne sont que vanité. Car aucun envoyé
    de Dieu n’avait annoncé la paix aux Nations, comme vous le
    faites. Et puis, votre message est tellement contradictoire par
    rapport à ce que j’ai annoncé de la part du Saint-Esprit. Et
    vous congolais, vous m’êtes témoins que les autorités de ce
    pays reçoivent des agents du diables et des antéchrists qui
    viennent leur annoncer la paix, alors que moi, prophète dans
    ce pays j’ai déjà annoncé la guerre qui surviendra. Pourquoi ?
    Parce que les autorités de ce pays ne veulent pas se repentir et
    recevoir l’Evangile. Alors, au lieu de la paix, ce sera la guerre
    qui s’abattra sur les congolais parce que les autorités
    congolaises ne veulent pas recevoir l’Evangile ; et ils flirtent
    avec des émissaires du diable, qui, en l’occurrence, leur
    annoncent la paix des humains. Mais ce n’est pas la paix qui
    se manifestera dans ce pays, ce sera plutôt la guerre comme je
    l’ai annoncée, il y a quelques mois à l’émission Kratos ; et elle
    se réalisera de manière incontestable.
    12420 : Et vous savez tous, ô congolais combien est-ce que
    cela eut lieu, exactement comme je l’annonçais de la part du
    Seigneur Dieu. Mais entre temps, deux semaines après mon
    annonce à la Télévision congolaise, à l’émission Kratos, le
    vieux prophète Esaïe Demba, jaloux d’avoir vu se manifester
    le courage de ce bout d’homme que je suis, dans le ministère
    prophétique, et ayant entendu ce bruit courir, s’en alla à la
    Présidence de la République parler, dit-il, de la part de Dieu,
    et déclarer que le Président Pascal Lissouba devait quitter le
    pouvoir, parce qu’il aurait fait couler trop de sang congolais.
    Il fut bastonné par les gardes présidentiels, sur ordre du
    Président Pascal Lissouba, lui-même, et alla mourir à son
    église de Poto-Poto… Et à la même époque, le prophète
    William Guendi Yaucat de la Mission du cèdre, fit marcher
    des femmes nues, depuis Bilolo, en direction de son église
    sise rue Okoyo, à Talangaï, pour pensait-il, maudire le
    pouvoir de Dénis Sassou N’Guesso, en annonçant que le
    pouvoir ne reviendrait plus jamais aux gens du Nord du
    pays, s’ils ne s’entendaient pas entre eux… Mais quelques-
    unes de ces femmes furent violentées au niveau de
    Massengo, et quelques-unes furent violées dans le marché
    de Ta-Nkombo. Et cela fut connu de tous… C’est pourquoi,
    tous les faux docteurs, et tous les faux prophètes, et autres
    gens qui se disent servir Dieu, mais qui ne sont que de ceux-
    là qui se recommandent eux-mêmes, vous allez entendre le
    grand bruit, en provenance du Ciel, qui va commencer à les
    emporter en cette année 2016. Et avec cela, vous saurez que
    c’est vrai que Dieu ne tient plus en ce qu’il y ait une dictature
    qui écrase les congolais… J’annonce ces choses aux
    congolais, et ces derniers peuvent reconnaître qu’il en sera
    comme il en fut conformément à Exode 1-15 ; mais que
    cette fois-ci, ce sera la version de l’Esaïe 18-20 qui se mettra
    125en action pour le peuple de Sophonie 3 : 9-12… Car, le
    Zacharie 9 : 14, l’Arc-Amon et l’Arc-Asten du Saint-Esprit
    a parlé !
    Dieu désavouera et détrônera Sassou III :
    21 : Pourquoi est-ce que je fais tous ces détours, en
    rappelant ces choses ? C’est parce que je voudrai profiter de
    parler aux congolais, et surtout au Président de la
    République congolaise, ainsi qu’aux 400 personnalités que
    nous connaissons comme agissant en tant que chiens de
    garde du pouvoir à vie du Président Dénis Sassou N’Guesso.
    Car une forte bataille spirituelle est en train de se passer en
    Esprit au Congo-Brazzaville, et aux alentours. Ceux du
    monde des ténèbres le savent. Cette bataille spirituelle a eu
    lieu avant les Indépendances. Elle a encore lieu
    actuellement. Et elle a des émissaires de part et d’autre.
    Mais, malheureusement, les vrais fils et filles du Congo ne
    le savent pas, et ils sont distraits. Ils se contentent de dire,
    par exemple : Prions, Dieu fera ce qu’Il veut. Tout est sous
    Son contrôle, et c’est ce qu’Il veut faire qui adviendra… Et
    quoi encore ? Mais bien sûr qu’il n’y a que ce qu’Il décide
    qui advienne. Mais cela n’arrivera pas par la suite de vos
    prières. Cela se mettra en action parce qu’Il l’annonce par
    Son oint, Son oracle, et c’est tout… Aussi, vous rafraîchir la
    mémoire à propos de la sacralité de son ministère et des
    preuves qui ont été exposés ici-bas est d’une importance
    capitale pour tous, et surtout pour les autorités politiques
    gouvernementales et les hauts fonctionnaires, ainsi que les
    officiers supérieurs qui peuvent se réunir, et rencontrer le
    chef de l’Etat et lui demander d’abdiquer librement, afin
    d’éviter les châtiments cette fois-ci du Seigneur de gloire
    Jésus-Christ, qui entre en action, maintenant même.
    126La valse des faux prophètes en branle :
    22 : Il y a quelques temps, le mercantilisme du faux
    prophète de “la Mission du cèdre” William Guendi Yaucat
    a encore annoncé les couleurs, en faisant une campagne en
    faveur du maintien au pouvoir de Dénis Sassou N’Guesso
    au nom de son “Dieu” à lui. C’est évident que ce “Dieu” n’est
    pas Celui de la Bible ; car il apparaît comme un “Dieu”
    virevoltant. Toujours en faveur de celui qui est au pouvoir ;
    et cela ne peut plus être curieux, car cela démontre l’esprit
    du rastaman religieux congolais, qui se fourvoie des
    Ecritures Saintes… Mais moi, je déclare à ce potentat
    religieux et sectaire ce qui suit : Au nom du Seigneur Jésus-
    Christ, mon Dieu, le Seul et le Véritable Dieu de la Bible, il
    est impensable que notre Dieu regarde favorablement les
    dictateurs au moment où Il voudrait libérer les congolais
    pour les employer dans Son “Ministère du Rétablissement de
    toutes choses”, qu’Il réalise pour Sa Seconde venue ici-bas.
    Parce que nous vivons à l’heure d’Esaïe 19, que je viens de
    mieux exploiter dans Comment vaincre l’oligarchie-
    kleptocrate des présidents africains ? Tome I. Non, le Dieu
    Vivant ne peut demeurer insensible aux souffrances
    indigentes qui rendent le peuple congolais exsangue, comme
    la dictature actuelle le démontre avec tant d’orgueil… Et Il
    envoie Son instrument de l’Esaïe 19 : 20.
    23 : Mais, que ce peuple congolais croyant sache qu’il
    n’est pas question de la confrontation entre un vrai et un
    faux prophète ; car le sort est déjà scellé. La dictature devra
    être vaincue. Parce que je sais ce que Dieu veut
    actuellement. Et c’est honteux que les gens s’acharnent à
    vouloir déposséder les congolais de leur héritage naturel, et
    les admonester, surtout au nom du Grand Dieu terrible et
    127redoutable… Et les faux prophètes auront affaire à Lui, au
    travers de ce bout d’homme de Dieu. Et qui vivra verra
    l’œuvre du Grand Dieu. Tous ceux qui portent le nom du
    Seigneur, et qui vautreront dans ce mouvement du faux
    prophète, qui annonce la révolte au nom de Dieu seront
    frappés comme lui. Méfiez-vous. Car Dieu entre en action,
    et Il combat ceux qui prennent Son nom en vain.
    Le décret divin de la déchéance de Sassou III :
    24 : Monsieur le Président du P.c.t et de la dictature de
    l’Etat vaticanier sassouïste, qui a englouti, en étouffant l’Etat
    congolais qu’il a ainsi fragilisé et rendu quasiment
    inexistant, implantant sur lui la tendance à la dynastisation
    nationale, cet homme de Dieu que le Saint-Esprit, l’Esprit
    de Christ-Jésus-glorifié sanctifia pour t’établir au pouvoir te
    parle aujourd’hui même, en te disant que le Grand Dieu
    n’est plus d’accord avec toi. Il a entamé ta déchéance, et
    comme le soi Saül se cramponna au pouvoir, selon 1 Samuel
    8-17, et 1 Samuel 23-28, il en sera de même pour toi, car
    Dieu te vaincra, parce que cette fois-ci tu auras directement
    affaire contre les Aiguillons divines.
    25 : Car en 2008, il te fit parvenir un Document dans
    lequel il t’annonçait de la part du Seigneur de gloire qu’au
    jour où tu retoucheras la Constitution congolaise, tu aurais
    affaire avec Lui. J’ai des preuves de cela. Le Numéro 001 de
    mon journal Le Rétablissement, publié en 2007. Et voilà que
    plus de 8 ans après cette publication, les choses adviennent
    une fois de plus comme elles furent annoncées par lui. Les
    congolais peuvent témoigner que dans ce Numéro 001 du
    Journal Le Rétablissement il fustigeait l’attitude bling-bling
    du Président français Nicolas Sarkozy et annonçait qu’il ne
    128pourrait avoir un second mandat. Et les choses se sont
    accomplies telles qu’elles avaient été révélées auparavant.
    26 : Monsieur le Président de la nation congolaise, il est
    impossible que tu continues de cavaler dans ton déni de la
    souveraineté du peuple congolais. Il faille bien que tu
    t’arrêtes un instant, et que tu réfléchisses, et que tu saches
    que tu ne peux impunément considérer le Congo comme
    étant un recoin de ta poche individuelle, familiale et tribale.
    Il faille apprendre à s’arrêter, analyser, et apprendre à
    quitter les choses avant que les choses ne te quittent.
    27 : Parce que comme je te le déclare, si Dieu n’est plus
    d’accord avec cette dictature que tu imposes aux congolais,
    il faille apprendre à te repentir, et faire volte face, et écouter
    les congolais, et marcher selon la volonté souveraine des
    congolais…
    2 : Les succès d’un régime qui est appelé à disparaître :
    28 : Sauf votre respect… Vieux Denguès… ! Ce conseil
    est gratuit de la part de notre Dieu à nous tous sur cette
    Terre. Je ne suis qu’un vermisseau, et je ne prétendrais pas
    parler en menaçant une autorité qui, comme le Pharaon
    d’Egypte avait la bourse et l’épée, et qui maintenait en
    esclavage les hébreux par une main de fer. L’Histoire se
    répète selon Ecclésiaste 1 : 2-11 et Ecclésiaste 3 : 14-15. Car
    il est réellement question de la libération d’une frange du
    peuple terrestre de Dieu qui accomplira une importante
    mission pour la préparation mondiale de la Seconde venue
    du Seigneur Jésus-Christ…
    29 : Il est temps que vous vous rendiez compte que le
    peuple congolais, s’il n’a pas vraiment des porteurs de
    nouvelles du fond de leur cœur, ou des vrais porte-paroles,
    129il est temps que tu te rendes compte avec ceci que, même si
    tu parvenais à te maintenir au pouvoir par la force des
    choses, cela ne changera en rien ce vent, ce mouvement des
    populations congolaises qui se lèvent, et qui œuvrent pour
    leur libération. Ce décret spirituel est irréversible.
    30 : Par ton endurcissement du cœur, tu ne feras
    qu’aggraver les choses. Tu te maintiendras au pouvoir en
    réalisant une autre mascarade électorale. Et cela sera pour
    toi, et tes apparatchiks, un succès de plus. Mais sache que
    ces succès-là ne sont que les dernières d’une époque, d’un
    régime qui est appelé à disparaître. Et il sera impossible que
    tu te maintiennes au pouvoir durant ton nouveau mandat
    que tu te seras acquis, une fois de plus par la violence de ta
    Constitution du 20 janvier 2002, élaboré à ta mesure que tu
    mets en application, maintenant même, et par laquelle tu te
    maintiens au pouvoir ; car curieusement, ce n’est pas par ta
    nouvelle constitution infaillible en ta faveur que tu t’y
    maintiens, en effet. Franchement, tu te hisses au pouvoir en
    étant “le roi du ridicule de tes Constitutions élaborées à ta
    mesure”.
    31 : Mais, cela est un challenge pour le peuple congolais.
    Car tu ne pourras jamais parvenir à la fin de ton mandat
    arraché par le principe corruptible et dictatorialement. Parce
    que, soit, – 1 : que la population te renversera par notre
    Mouvement de la Résistance à ce système corruptible, que
    nous menons, et lequel, en réalité, ne se ligue pas contre ta
    personne individuelle et physique, mais contre ton système
    dictatorial ; ou que ce sera, – 2 : les généraux qui te
    renverseront avec quelques ténors du Pct. Car, combien
    convoitent ta place, le sais-tu ? Et maintenant même, tu
    t’éveilles à ceci, et cela remplira les rumeurs du palais
    présidentiel et tous les milieux, comme une pandémie, et tu
    130sauras, en effet, que les congolais ne tiennent plus en ce que
    tu domines sur eux, sempiternellement.
    32 : Les congolais sont lassés de ta dictature. Et cette
    conviction est irréversible. Parce qu’elle est implantée
    même dans ton propre camp Pctiste, et même parmi ta
    progéniture biologique, il y a de tes propres enfants qui en
    ont marre.
    33 : Tu sais que je suis un prophète de Dieu, et que j’ai
    l’autorité de déclarer de telles vérités que tu pouvais vérifier
    toi-même, si tu en avais le courage de te faire un vrai
    discernement sur cette affaire. Et les gens dans ton fief ne
    t’aiment plus à cause de cette dictature. Tout autour de toi
    s’écroule. Il ne reste plus de véritables loyalistes qui puissent
    te soutenir. Tous n’attendent qu’un moyen par lequel ils
    puissent se libérer de ton emprise trop encombrant. Et dans
    tes entreprises, même le diable a honte de ta dictature. Il a
    honte du fait que tu serves à la protection des intérêts
    français, ainsi que de leurs multinationales qui dépouillent
    impunément les africains. Satan a honte de toi devant Dieu,
    et tous les méchants de ce monde ne veulent plus de ta
    dictature, car ils te vomissent et que tout te renie
    aujourd’hui… Tous les africains ne veulent plus de toi, car
    tu incarnes le pilier des dictateurs qu’ils ne veulent plus voir
    au pouvoir. Mais je ne sais pas pourquoi tu endurcis ton
    cœur… Cette fois-ci les mercenaires de Tchambitsho ne te
    seront d’aucun secours.
    Ce que le congolais attend de toi, ô Président :
    34 : Alors, comme nous ne cessions de te le dire, voici
    où se situe ton salut. C’est qu’impérativement, tu te
    ressaisisses, et que tu comprennes que la voix de la raison
    131réside dans l’écoute de ce que veut le peuple congolais. Et
    qu’est-ce qu’il veut en réalité ? Voici ce qu’il veut. Le
    chapitre suivant expose succinctement ce que les congolais
    veulent actuellement.
    35 : Monsieur le Président de la République
    autoproclamé par des élections que tous les congolais et les
    congolaises ne reconnaissent pas ; il n’y a qu’une seule voix
    de la raison :
    – Démissionne et lègue le pouvoir au peuple du Congo. »

  4. ADRESSE: ABATTRE LA DICTATURE, REDRESSER L’ÉTAT, SAUVER SASSOU II DE L’EXTINCTION, TOME I,
    en pages: 22-46, publié aux Éditions Édilivre…

    Faites une bonne lecture; et découvrez en fin de la portion de votre lecture la prophétie de l’échec du président François Hollande, à cause de s mollesse dans les questions haïtiennes et africaines. Souvenez-vous que l’ouvrage est publié en 2015. Procurez-vous-en un exemplaire; et regardez vous-mêmes en dernière page. Et vous saurez ce qu’il en est.

    1.1 : Mais quelqu’un aime-t-il plus le Congo que : – de un :
    l’Abbé Fulbert Youlou qui le dédia à une certaine Marie,
    la Madone, – et de deux : Dénis Sassou-N’Guesso qui le
    dédia à un certain ‘Dieu’ ?
    Le faux recours à Dieu :
    9 : Deux hommes politiques présidentiels dédièrent
    notre Nation congolaise à Dieu. Même si les gens seraient
    surpris de constater que, ce ne fut pas le président Dénis
    Sassou N’Guesso, qui aura été le premier à réaliser cette
    expérience. Et ce qui leur aura poussé à accomplir un tel
    geste, pas mieux connu des humains, en général, et des
    congolais, en particulier ; mais en tout cas connu de Dieu,
    des anges saints, ainsi que les anges impies que Satan
    patronne, demeure jusqu’à aujourd’hui, un mystère, scellé
    dans le silence de la disparition du premier président
    congolais, l’ecclésiaste Fulbert Youlou, mais aussi un secret
    inavoué, jusqu’ici, du cœur du président en exercice, Dénis
    Sassou N’Guesso…
    10 : Alors, quitte aux analystes, journalistes,
    observateurs, magnats des sciences des relations sociales,
    philosophes, de chercher à nous dénouer cet énigme, parce
    23qu’aux jours d’aujourd’hui, avec l’ébullition des cœurs des
    congolais, il serait important d’en avoir de
    l’éclaircissement. Car nous vivons un tournant principal,
    disons-le qui passera ou qui cassera, en forgeant un avenir
    de nos jeunesses qui en dépende largement. Or, plus que
    jamais, les jeunes congolais ont faim et soif de connaître
    leur véritable histoire… Nous la leur devons, n’est-ce pas ?
    Parce que je puis dire que l’une des causes qui aura
    enflammée la haine des congolais lors de la Guerre civile
    congolaise, de 1993, 1997, et 1998 aura été fortement la
    manipulation historique de notre histoire dont sont
    coupables les leaders politiques Pascal Lissouba, Bernard
    Kolelas et Dénis Sassou N’Guesso…
    11 : Je sais que plusieurs congolais n’ont jamais
    fouillés dans ce sens-là ; mais, maintenant même, il est
    important de le dire ouvertement, pour que personne ne
    puisse une fois de plus, prendre en otage les jeunesses
    congolaises des 4 coins du pays, et celles de nos grandes
    villes… pour les embrigader dans des fins politiciennes
    meurtrières… Jeunes congolais, n’acceptez plus les
    cantiques guerriers des bruits des bottes, que nous sommes
    en train d’ouïr.
    12 : Pas plus tard qu’en la nuit du 10 juin 2015, je
    faisais un songe dans lequel des soldats de notre armée, et
    des officiers étaient estomaqués, en voyant les avions et
    hélicoptères transportant les armes de guerre, en se posant
    à l’aéroport de Maya-Maya, en se disant : Mais pourquoi
    cette extrême militarisation du pays ? Et c’est contre qui
    liguera-t-il toutes ces armes ? Exterminera-t-il tous les
    congolais, cette fois-ci ?… Les hélicoptères étaient
    tellement pleins à craquer que l’on pouvait entrevoir les
    chargements d’armes contenus dans ces engins de la
    24mort… Et les militaires qui étaient responsabilisés pour
    assurer la discrétion du transport de ces armes, en
    provenance de la direction de Kinshasa, étaient très
    embarrassés, du fait qu’ils ne pouvaient pas mieux assurer
    la circonspection, du fait que les congolais étaient mis au
    courant de ces manœuvres militaires, présumées secrètes,
    mais qui ne l’étaient plus… Je suis sortis très perplexe de
    mes visions nocturnes.
    13 : Ne vous laissez pas corrompre par des promesses
    d’embauche dans l’Armée, la Gendarmerie, la Police
    nationale et les services secrets ; car s’il faille bien que vous
    soyez embauchés, c’est normal, mais que l’on ne vous
    prenne pas comme des instruments du massacre des
    populations. L’Etat appartient à nous tous. Même si nous
    ne l’assurons pas, mais c’est vers cela que nous devrions
    nous battre pour parvenir, dans cette bataille
    révolutionnaire que nous menons.
    14 : Le principe interne, l’engagement silencieux, et
    la vocation inavouée qui auront emmené Monsieur le
    président Dénis Sassou N’Guesso à remettre le Congo
    entre les mains de ‘Dieu’ n’auront-ils pas fait réfléchir les
    congolais ? Est-ce que ce sont les remords des actions
    qu’il aura commises, comme celles dont nous parlerons
    dans son parcours politique qui auront poussé à agir
    ainsi ? Cette chose aura été faite, mais spirituellement
    quelles sont les incidences que cela a dans la Nation ? Il y
    a-t-il quelqu’un qui soit intelligent et qui analyse ce qui se
    passe spirituellement dans notre Nation ? Voilà les
    questions que nous devrions nous poser, et trouver des
    réponses… Si ce sont les accusations de sa propre
    conscience, par rapport à ce qu’il aura commis comme
    méfaits, contre certaines personnes, et à l’encontre de la
    25population, qui lui auraient poussées à réagir comme
    cela, n’est-ce pas qu’il y a mieux à faire… ? Car, si cela fut
    le cas, il y a des véritables méthodes évangéliques qui
    doivent être entreprises, et qui lavent l’être humain, qui
    qu’il soit, de cette mauvaise conscience, et trouver la paix
    avec Dieu… Nous sommes là pour apporter le conseil
    divin à n’importe qui, qui tienne à faire la paix avec
    Dieu… C’est pourquoi nous voulons nous faire entendre
    dans la véritable activité spirituelle, dont les congolais ont
    vraiment besoin, pour leur vrai salut et rédemption. Cela
    fait aussi partie de ce combat que nous menons… Et le
    tout est entrepris par la grâce de Dieu. Que notre Dieu
    nous vienne en aide comme promis.
    15 : Car, lorsqu’il fit ce vœu solennel, l’émotion
    explosa, et le sentiment pris la place dans le cœur du
    congolais ; mais dans les affaires de Dieu, l’on ne marche
    pas avec cela. On marche selon la volonté de Dieu. Or,
    quand même, nous en avions tous dit quelque chose, juste
    lors de cette proclamation ; qu’est-ce que cela aura-t-il
    produit ? Rien du tout. Mais en tout cas, s’il faudrait en
    évaluer les retombées, surtout, parmi les gens des églises,
    des religions, des spiritualités, des cultes, aucun impact
    n’aura été manifesté, dans tout ce que nous aurions
    professé. Et, sachant que nous pouvons aller loin, dans
    notre discernement, en disant que, ne mettant pas de côté
    les sectes, l’occultisme, l’obscurantisme, la philosophie, la
    sociologie, la psychologie et la psychanalyse, et autres
    sciences des relations humaines, je ne pense pas
    qu’objectivement, que ces derniers auraient fait quelque
    chose de rentable… Parce qu’en effet, rien de cette
    déclaration n’aura produit rien qui soit…, qui aurait fait
    évoluer les choses dans le bon sens…
    2616 : Comme dans toutes les circonstances d’ailleurs,
    puisque ces derniers pensent que la politique n’a rien à voir
    avec leur droit et devoir, à eux…, hommes de ce domaine
    sacré-là, ils n’en firent rien, et nous en pâtissons
    aujourd’hui. Si nous n’en avions éprouvé aucune attention
    sérieuse, là encore, nous devrions nous retrouver tous sur
    le plancher. Car nous ne savons même pas, quand saisir un
    événement en plein vol, pour en faire une réalité profitable
    pour plusieurs. Or, nous ne devrions pas nous attendre
    qu’on nous fasse tout, et que nous recevions les dividendes
    comme des enfants qui ne savent rien faire. Comme nous
    l’avions toujours pensé.
    17 : C’est le reproche que j’aurai toujours fait auprès
    de mes paires. Mais ces derniers avaient toujours reconnus
    comme étant prétentieux mes actions envers tous. Mais, en
    réalité, un homme de Dieu, un vrai, a toujours fait preuve
    d’une vision d’ensemble, à essence futuriste, pour sa
    contrée dans laquelle Dieu l’a établi. Et il doive être une
    source de bénédiction pour plusieurs. C’est la Doctrine…
    Car c’est cela que produit la manifestation de l’Esprit
    prophétique qui est le Témoignage de Jésus-Christ.
    18 : En réalité, c’est maintenant même que l’on devrait
    voir émerger les talents de Dieu. C’est en cette période de
    crise que devrait se manifester l’amour de Dieu que
    détiennent les hommes de Dieu envers leurs populations,
    sans distinction aucune, – s’il y a vraiment des hommes de
    Dieu au Congo… ; bon, disons-le, au cas où on ne
    retrouverait que des hommes d’églises –. Et séance tenante,
    je présente ma participation à l’édification d’une Nation
    congolaise, qui devrait se fortifier, en surmontant ses
    peurs, ses craintes viscérales, sa langueur, sa couardise, son
    hantise, et se booster soi-même. C’est un devoir. Nous
    27savons tous que le profilage mondial semble nous être
    favorable actuellement, mais il y a des gens qui
    travaillèrent longtemps, et qui trouvent que l’occasion est
    favorable pour s’exprimer, sur ce qui se passe Chez-nous…
    Ceux-là qui n’agissent pas, par rapport au caractère
    propice des circonstances actuelles, que nous sommes en
    train de vivre… Je parle de ceux-là, qui, se différencieront
    dans ce qu’ils vont nous proposer, par rapport à certains
    apports bâclés des arrivistes du pouvoir…
    19 : Et d’avance, j’annonce les couleurs que, si nous
    sommes si nombreux, d’entre les près de 5 Millions de
    congolais, qui nous disions, comme nous le faisons encore
    aujourd’hui, en cette circonstance mémorable, qu’il n’y a
    que Dieu qui puisse sauver le Congo, et l’Afrique, c’est
    justement pour plusieurs raisons. Mais la principale c’est
    que le congolais, ou l’africain subsaharien devrait revenir à
    la Bible et au Dieu de la Bible, qui Eux, le serviront, non
    seulement avec Sa Parole de Dieu livresque, mais surtout
    avec la Parole Révélée de Dieu, qui S’accompagne toujours
    de la force toute-puissante spirituelle, qui transforme les
    circonstances, car Dieu est le chef des temps et des
    circonstances…
    20 : Parce que, pour résister, par exemple, à la
    corruption et à l’achat des consciences des vaillants, qui, au
    départ, partent avec la détermination de changer les
    choses, il faille être nanti de l’Esprit de Dieu. Sinon que,
    ceux qui braillent aujourd’hui, s’éteindront demain,
    lorsque l’heure du coup de sifflet final retentira. Ils
    prendront les biens mal acquis et trahiront la Révolution
    que nous menons, pour changer les choses, au Congo, et
    en Afrique. Et, ils deviendront les défenseurs des
    oligarques-kleptocrates. Il y a plusieurs raisons qui fassent
    28que nous devrions être renforcés par la force et la
    puissance de Dieu, dans notre Combat, en cette période
    actuelle. Nous devrions marcher au nom du Seigneur
    Jésus-Christ, qui Seul, puisse nous secourir. Et pour le
    faire, il faille bien Le connaître. C’est pourquoi,
    l’expérimentation de Sa grâce est d’une importance
    capitale pour ceux qui combattent actuellement.
    21 : Parce que nous avons besoin de la force et de la
    puissance du Bien, pour combattre ceux-là qui, hier,
    assassinèrent vivant, des prélats comme le cardinal Emile
    Biayenda, qui fut enterré vivant au Cimetière public de la
    Tsiémé, alors qu’un potentat politique, le Khani, était en
    train de réaliser des incantations occultes, dixit, le défunt
    évêque d’Owando, le monseigneur Ernest Kombo, cité
    par :
    – Frère Hervé Zebrowsky, dans les Mémoires de Frère
    Hervé Zebrowsky, publiés par :
    ▪Source :
    http://www.congo-liberty.com
    1.2 : Un récit étrange sur la mort du cardinal Emile
    Biayenda, tel que rapporté par le Frère Hervé Zebrowsky :
    22 : Nous avons donc ce récit que nous devrions
    mettre en considération, pour faire comprendre aux gens
    que, ce n’est pas que nous devrions avoir une fois de plus, à
    mouvoir sous une forme de regain de peur, de psychose
    aveugle, pour combattre le Combat que nous devrions
    mener ; mais, il est important de reconnaître, au moins que
    seuls les personnes qui se connaissent en matière de
    spiritualité, et qui ont la grâce de faire ce Combat, doivent
    le faire. Parce qu’ils en sont habilités. Mais si des gens ne
    29connaissent même pas l’appui de Dieu, comment
    pourront-ils combattre ceux qui, de nuit et de jour,
    mettent toutes les armes en leur faveur ? Celles de la
    Nature et du Surnaturel ? Imprégnons-nous, par exemple
    dans ce récit suivant :
    23 : “Lorsque je remis ce rapport à Ernest Kombo ce
    soir là rue de Grenelle, je lui demandais des explications à
    propos de cet étrange cliché. Pourquoi ce diplomate du
    Vatican montrait-il au public ce vêtement tel une relique ?
    Quel en était le sens ? De bonne humeur ce soir là, il me
    répondit avec sourire :
    24 : “– Il s’agit de la soutane miraculeuse que portait le
    cardinal Biayenda le jour de son assassinat.
    25 : “– Vois-tu Hervé, comme chacun le sait et comme
    l’enquête officielle l’a établi au Congo, le congolais Biayenda
    a été assassiné d’une rafale de mitrailleuse par l’adjudant
    Mamoye sur la montagne appelée aujourd’hui Montagne du
    Cardinal.
    26 : “Or, comme tu peux le voir, il n’y a aucune trace de
    balle sur cette soutane du cardinal. Voilà le miracle.
    “– S’agit-il d’un vrai miracle ? » Demandais-je
    stupéfait.
    27 : “– Tu es vraiment stupide Hervé, comment veux-tu
    que cela soit possible ?
    28 : “– Pourquoi y aurait-il eu un tel miracle ? Crois tu
    que le Christ lui-même ait effacé les plaies qui lui furent
    infligées sur la croix ? »
    29 : Je mesurais la consternante naïveté d’enfant de
    chœur que j’eus pendant un instant.
    30 : “– Mais alors, comment le cardinal a-t-il été
    assassiné ? »
    3031 : “Ernest Kombo ne me répondit pas. Son sourire
    s’était éteint.
    32 : “J’insistais :
    33 : “ « Où a-t-on retrouvé son corps ? »
    34 : “Ernest Kombo marqua un silence avant de me
    répondre à voix basse comme dans un souffle :
    35 : “– On a retrouvé son corps deux jours après,
    enterré au grand cimetière de Brazzaville, le cimetière de
    Ntchémé Talangaï.
    36 : “– Celui qui se trouve sur la route qui va vers le
    Nord ?
    37 : – Oui, à cet endroit même »
    38 : “Je voyais bien ce « grand cimetière sous la lune »,
    devant lequel j’étais passé et qui m’avait impressionné lors
    de mon retour de nuit à Brazzaville.
    39 : “– Mais alors, si il n’y avait pas de trace de balle
    dans la soutane et si on l’a retrouvé dans cette tombe, c’est
    qu’il a été enterré vivant ? »
    40 : “Ernest Kombo ne me répondit pas.
    41 : “ « Pourquoi ont-ils tué le cardinal, insistais-je ? »
    42 : “Nkombo restait silencieux, je sentais qu’il allait
    s’enfoncer dans les profondeurs de sa forêt congolaise, me
    laissant seul sur la route, au bord de ce cimetière, avec mes
    questions. Pour la première fois depuis le début de notre
    relation, mon ton se fit plus ferme, plus insistant, presque
    brutal.
    43 : “– Ah non, Monseigneur, vous n’avez pas le droit
    de ne pas m’éclairer plus. Je suis votre fils fidèle, à votre
    service depuis quatre ans. J’en ai marre que vous me parliez
    nègre, je ne suis pas nègre, je suis blanc et je ne comprends
    pas tout ce que vous voulez me signifier. Vous savez parler
    31blanc, alors, s’il vous plaît, parlez moi blanc. Qu’est-il arrivé
    au cardinal Biayenda, que s’est-il passé cette nuit là ? »
    44 : “Nkombo parut surpris par mon ton. Il plongea son
    regard dans le mien, j’avais stoppé sa fuite. Il me répondit
    doucement, affectueusement comme un père craignant
    d’avoir blessé injustement son enfant.
    45 : “– Ils ont tué Biayenda parce que c’était un saint.
    Un homme qui portait l’évangile, un homme qui était
    l’évangile. Un homme qui transformait les cœurs les plus
    endurcis. Vois-tu, Hervé, Biayenda a réussi là où moi-même
    j’ai échoué. En 1977, il avait réussi à toucher le cœur de deux
    de nos dirigeants d’alors : le président Marien Ngouabi et
    l’ancien président Massamba Débat. Il avait convaincu en
    profondeur ces deux chefs du Congo, profondément choqués
    et perdus par l’échec total des 17 premières années
    d’indépendance, de se convertir vraiment à Christ. Il les avait
    convaincus d’abandonner la voie du communisme et du
    matérialisme dans laquelle s’était engagé le Congo. « Seul
    Jésus pourra vous permettre de sauver notre peuple » leur
    avait-il dit avec toute sa foi. Sous le regard du cardinal,
    Ngouabi et Massamba Débat définirent secrètement une
    nouvelle constitution qui entendait sortir le Congo de
    l’impasse du communisme. Le cardinal avait béni ce projet de
    constitution. Mais au Congo le malin est puissant et il veille.
    Un homme, le plus fort d’entre nous entretient des relations
    avec ces puissances du mal. Cet homme fut informé du projet.
    Il s’assura du soutien des forces cubaines alors présentes au
    Congo communiste pour tuer le projet. C’est ainsi que Marien
    Ngouabi et Massamba Débat furent assassinés par quelques
    congolais voués aux forces de la mort et du cardinal. Le
    17 mars, en fin de matinée, Marien Ngouabi fut rejoint dans
    32l’hôtel où il se trouvait, par une dizaine de militaires, tous
    sous l’emprise du grand féticheur du Khani. Ils blessèrent à
    mort le président. Défiguré, mâchoire fracassée, il fut ramené
    à sa résidence de la présidence de la République, où sa propre
    garde cubaine l’acheva. On ne sait pas comment fut assassiné
    Massamba Débat, dont le corps ne fut jamais retrouvé.
    46 : “– Pourriez-vous être plus précis Monseigneur ?
    Qui sont ces forces du mal ?
    47 : “– Ces forces sont celles de la mort. Dans certains
    de nos rituels africains, des hommes appellent ces forces du
    mal et de la mort. Et tu peux me croire Hervé, ces forces du
    mal et de la mort. Et tu peux me croire Hervé, ces forces sont
    celles du Diable, et elles répondent.
    48 : “– Il suffit de croire au mal ? Il faut ardemment
    désirer le mal et la mort. Je n’ai jamais vu Dieu, personne
    n’a jamais vu Dieu, mais vois-tu, je désire Dieu de toutes
    mes forces, ce Dieu incarné en Jésus. Le mal, Hervé, je peux
    te l’assurer, lui je l’ai vu, il existe. Ce mal là, seul Jésus a le
    pouvoir de l’écarter. Sans lui, il nous emporte.
    49 : “– Pourquoi les congolais n’ont-ils pas achevé eux-
    mêmes le président ?
    50 : “– Parce qu’il s’agissait d’un chef politique. Dans ce
    crime politique, ces congolais associés au Diable voulaient
    aussi associer les Cubains. Une sorte de pacte du sang signé
    avec Cuba, qui mouillait tout le monde.
    51 : “– Et pour le cardinal, que s’est-il passé exactement ?
    52 : “– Lui c’était différent. C’était un chef religieux, une
    affaire strictement congolaise Le chef de la religion du mal
    devait, pour installer son pouvoir, tuer le chef de la religion du
    Bien, incarné en la personne de Biayenda. Il ne s’agit pas là
    d’un assassinat bête et brutal, commis par des soldats ivres à la
    33solde d’un mercenaire. Il s’agit d’un terrible sacrifice humain
    qui s’inscrit dans des liturgies de l’effroi. Car c’est dans l’effroi
    que surgit le diable. C’est ainsi que ces hommes perdus
    appellent les forces du mal à leur service. Dans la nuit du
    17 mars 1977, quelques heures après avoir tué Ngouabi, le
    grand prêtre des forces du mal, le grand Khani, a envoyé des
    hommes à l’archevêché où dormait Biayenda. Personne ne
    savait alors que Ngouabi venait d’être assassiné. Le cardinal ne
    se méfia pas de ces hommes qui venaient le chercher. Le grand
    chef du Mal, caché derrière son masque rassurant de ministre
    de la Défense, appelait Biayenda en urgence. C’est dans la
    confiance qu’il accepta de les suivre. Arrivé à la hauteur du
    cimetière Ntchémé Talangaï, un barrage arrêta sa voiture.
    Ayant compris sans doute ce qui se passait là, ce qui l’attendait
    devant ce cimetière, le cardinal réussit à déjouer le barrage et à
    poursuivre sa route. Quelques kilomètres plus loin, il fit arrêter
    sa voiture pour s’enfuir dans la brousse vers la montagne
    appelée aujourd’hui « Montagne du cardinal », mais il fut vite
    rattrapé par les hommes du Khani. Ils se saisirent de lui et
    l’emmenèrent jusqu’au cimetière, qui est l’un des lieux
    privilégié où ils célèbrent et appellent les forces du mal. Ces
    cérémonies sont toujours nocturnes. Une tombe y était creusée.
    Le chef des forces du Mal ordonna à Biayenda de s’y coucher.
    Une rafale de mitrailleuse fut tirée à côté pour l’effrayer et afin
    qu’il s’exécute, mais le cardinal refusa. Il fut brutalement jeté
    dans sa tombe, là, il s’agenouilla et pria, tandis que les forces
    du Mal, sous le regard de leur grand chef, psalmodiaient
    lentement leurs incantations que le diable entend, tout en
    remplissant la fosse. C’est deux jours après seulement que le
    cardinal fut retrouvé dans cette tombe. Il était à genoux, sa
    main droite loin de son visage, mais à hauteur de son visage.
    3453 : “Je sais qu’en cette dernière heure qui fut la sienne,
    il bénissait ces hommes perdus et terrifiés, à qui il fit face
    jusqu’au bout.
    54 : “ « Seigneur, pardonnez leur, ils ne savent pas ce
    qu’ils font ».
    55 : “Ce fut la dernière prière d’Emile Biayenda.
    56 : “– Comment avez-vous appris ce qui s’est passé
    cette nuit là ?
    57 : “– A l’époque, j’avais choisi de travailler dans la
    fonction publique car là se trouvait l’élite du pays. Là je
    pouvais exercer une pastorale efficace, enracinée au cœur
    de la pâte humaine qui s’efforçait de construire le Congo
    moderne. Vois-tu, j’appartiens à une génération qui avait
    été touchée par l’expérience des prêtres-ouvriers en France.
    En ma qualité de prêtre, beaucoup d’hommes venaient se
    confier à moi. Quelques uns de ces hommes perdus, soldats
    et fonctionnaires, terrifiés par le geste qu’ils avaient
    commis, bouleversés par la prière du cardinal à genoux
    dans cette fosse, sont venus me confier leur crime
    insupportable.
    58 : “– C’est pour cette raison que Jean Paul II vous a
    nommé évêque en 1980 ? Pour vous donner du poids et
    mieux combattre le Khani ?
    59 : “– Oui, sans doute. Dès que j’ai connu les
    circonstances exactes de ce crime, je m’en suis ouvert à
    Monseigneur Firmin Singha, l’ami le plus proche du
    cardinal. Ils s’aimaient ces deux hommes, ils avaient le
    même âge, ils étaient l’un et l’autre mes guides, mes pères
    spirituels, à la source même de ma vocation sacerdotale.
    Monseigneur Singha a su informer le Vatican. Il y était
    écouté parce qu’on le savait très proche du cardinal.
    3560 : “– Mais où est Monseigneur Singha aujourd’hui ?
    61 : “– Il est mort en 1993 alors qu’il était évêque de
    Pointe Noire.
    62 : “– Mais de quoi est-il mort ?
    63 : “– Il est mort empoisonné.
    64 : “– Empoisonné par les hommes du Khani ?
    65 : “– Oui, par les hommes du Khani.
    66 : “– Mais le Khani, il avait été chassé du pouvoir par
    vous-même en 1991 lorsque vous aviez pris la tête du pays
    afin d’organiser l’alternance démocratique ?
    67 : “– C’est exact. Mais le Khani n’était pas mort. Il
    était là, présent au Congo, et il continuait son œuvre de
    division et de mort. Il a même réussi à troubler et s’allier
    certaines consciences sacerdotales. Le Khani m’avait
    « driblé ».
    68 : “Ernest Kombo aimait le football et il utilisait
    volontiers cette métaphore empruntée à ce jeu d’équipe.
    Extrait des Mémoires de Frère Hervé Zebrowsky.
    69 : Troublant, n’est-ce pas, ce récit ? Mais, il ne
    devrait pas émouvoir les gens s’ils en étaient au courant, du
    fait qu’il y a tout un ouvrage publié là-dessus, par le Frère
    Hervé Zebrowsky. Et il y a des preuves que le Vatican
    détient, à propos de sa tunique qu’il portait en ce jour, et
    qui n’avait jamais été criblée de balles, comme le déclarait
    honteusement les informations qui avaient été ventilées
    par-ci et par-là, et même à la Conférence nationale
    souveraine. Et les catholiques congolais le savent
    amplement. Je ne sais pas si les populaces des catholiques
    congolais sont au courant de ces affaires, qui sont peut-être
    non connues Chez-nous, mais qui sont bien connues
    ailleurs…
    3670 : Mais, ce que nous déplorons, c’est que, le plus
    naturellement possible, il faille toujours que des forces du
    mal et du mensonge puissent maintenir le congolais dans
    l’ignorance de ce qui lui concerne, puisque seule une caste
    devrait en réalité être mise au courant, dans tout ce qui se
    passe Chez-lui, et qui le concerne. Autrement s’il est
    possible que tout le monde en soit au courant, seuls
    quelques privilégiés doivent le savoir, alors qu’ils sont
    tenus de demeurer dans le silence total, en fermant la
    bouche et en n’en parlant jamais du tout. Ainsi va la vie
    religieuse à la catholique congolaise… Mais dans tout ceci,
    le peuple congolais devra vraiment batailler pour recouvrer
    sa dignité… Et pourtant, on les contraint à ne jamais
    réagir, en remettant interminablement tout, entre les
    mains de Dieu. Et eux de même, tout bonnement, croient
    que c’est en cela que consisterait leur religiosité.
    71 : Ah pitié pour leur spiritualité ! Alors que les Carol
    Vojtina, dit le pape Jean Paul II ont travaillé avec
    Solidarnosc, pour s’arracher des griffes des communistes
    soviétiques, et que le pape François, quant à lui, a du
    batailler pour briser l’inimitié, et la glace de mésentente,
    entre les USA et Cuba… Et que l’évêque Desmond Tutu,
    aura œuvré aux côté du Madiba, durant des temps
    considérables pour produire le phénomène politique du
    20 ème siècle en Afrique, dans les résultats de la libération et
    la transfiguration partielle de la politique de ce dernier, en
    conduisant la République sud-africaine dans une nouvelle
    donne politique.
    1.2 : Et le comble dans tout cela, c’est que les congolais ne
    savent pas que juridiquement, ces affaires auront été
    clauses, suivant des procédures au cours desquelles, les
    37plus forts se firent eux-mêmes justice, de la justice de deux
    poids deux mesures, en trompant le peuple, et voguant
    ainsi en toute impunité :
    72 : Assurément qu’ils sont troublants ces récits
    tragiques de la disparition de nos héros… Et ceci, sans que
    justice ne soit réellement faite envers eux… Et de nos
    jours, lorsque les congolais apprennent ceci, ils ne peuvent
    que s’indigner à outrance, et couver du courroux quant
    aux agissements des dictateurs, qui éliminent des congolais
    sans vergogne, pour se maintenir au pouvoir. Mais le cri
    du sang de ces derniers retentit toujours, jusqu’en cette
    époque actuelle. Et qui sait si c’est l’heure du jugement de
    Dieu, pour certains forfaitaires de ces crimes ? Nombreux
    crient vengeance à cause de cela… Et pourtant, ils doivent
    apprendre qu’ils n’en ont pas intérêt. Car cela les
    détruirait, puisque tout ce qu’ils tendraient à faire ne leur
    rapportera rien du tout, à propos. Pourquoi ? Eh bien
    parce qu’il n’existe plus, tout simplement des procédures
    judiciaires à propos qui puissent être entreprises… Et cela
    étant, sans que ces derniers ne le sachent. Parce qu’ils en
    sont sous-informés.
    73 : Mais le fait est que ces choses ne sont
    malheureusement pas connues du large public congolais.
    Et non seulement que nous devrions le déplorer ; mais c’est
    justement, parce que ces derniers ne savent pas qu’elles
    font partie intégrante de toutes celles pour lesquelles la
    Conférence nationale souveraine couvrirent, avec à la
    couronne de ces travaux, le J’assume du président Dénis
    Sassou N’Guesso. Nombreux ne savent pas réellement ce
    qui se passa à la Conférence nationale souveraine.
    74 : Et le pire dans tout cela, c’est qu’il y a des
    38congolais qui, ne voulant pas apprendre ces vérités
    historiques, sur leur vie religieuse et son implication
    politique, penseraient que nous, nous sommes en train de
    remuer le couteau sur la plaie. Parce qu’en réalité, eux, ils
    disent ne plus avoir raison d’entendre ces choses-ci. Mais,
    pourtant ils devraient bien se rendre compte qu’il est
    question d’une tragédie ayant survenue à la suite d’une
    activité religieuse, par laquelle, l’une des plus grandes
    personnalités religieuses catholiques du pays, aurait
    entamé une action pour laquelle il croyait que notre nation
    serait sauvée par la foi en Jésus. Il s’entreprit en cela, dixit,
    le défunt monseigneur Ernest Kombo…
    75 : Mais pourtant, la vraie action d’évangélisation ne
    concerne même pas le fait d’aller évangéliser les
    autorités… Il faille évangéliser comme il se doive le
    peuple ; afin que ce dernier puisse prier pour les autorités
    élevées en dignité, comme l’enseigne la Parole de Dieu d’1
    Timothée 2 : 1-8, entre autre. Car c’est cela que Dieu veut,
    et non le contraire. Mais vouloir évangéliser les deux
    présidents, l’ex-président Alphonse Massamba-Débat, qui
    aura été un fervent protestant, et celui qui était au pouvoir,
    Marien N’Gouabi, aura été une activité prohibée par Dieu.
    La réussite aura été celle du catholicisme et non celle de
    Dieu. Et, c’est différent ces deux réussites… Il faille lire Luc
    7 : 24-35, sur le témoignage que le Seigneur Jésus-Christ fit
    sur Jean le Baptiste. Il est écrit :
    Mais, qu’êtes-vous allés voir ? un homme vêtu d’habits
    précieux ? Voici, ceux qui portent des habits magnifiques,
    et ceux qui vivent dans les délices, sont dans les maisons
    des rois. Qu’êtes-vous donc allés voir ? un prophète ? Oui,
    vous dis-Je, et plus qu’un prophète. C’est lui dont il est
    39écrit : Voici, J’envoie Mon messager devant Ta face, pour
    préparer Ton chemin devant Toi…
    Le médecin Luc, dans l’Evangile de Luc 7 : 26-27.
    76 : Or, d’après le témoignage de monseigneur Ernest
    Kombo, où se retrouvait le cardinal Emile Biayenda ? Dans
    le palais présidentiel à l’Etat-major de Brazzaville, où
    demeurait le commandant Marien N’Gouabi, président de
    la République populaire du Congo… Que faisait-il là-bas ?
    L’œuvre de Dieu. L’œuvre de Dieu de qui ? Est-ce de Dieu,
    ou de soi-même ? C’est effectivement celle de sa religion, le
    catholicisme… Et donc, d’après les dires du monseigneur
    Ernest Kombo, si notre pays n’évolue pas, est-ce parce que
    le Khani ne croit pas en Dieu ? Lui, qui, finalement aura
    remis le pays entre les mains de ‘Dieu’ ? Est-ce que nous ne
    prospérerons plus parce qu’Alphonse Massamba-Débat et
    Marien N’Gouabi, qui furent sur le point de recevoir Jésus
    moururent en martyre, sans qu’ils n’aient développé le
    Congo ? Si c’est le cas, mais que firent-ils, en lavant les
    mains au sortir de la Conférence nationale souveraine, sous
    sa présidence, à lui, l’évêque d’Owando ? Donc le don du
    pays à ‘Dieu’ n’aura été rien d’autre qu’une drible de plus
    du Khani à l’évêque d’Owando ? Est-ce à cause de cela que
    les carottes sont cuites pour le développement du Congo ?
    Non, nous, nous annoncerons l’Evangile aux congolais, et
    nous prospérerons tous, sous la main de Dieu, en nous
    rapportant à Son programme d’Esaïe 18-20 et de Sophonie
    3 : 9-12. Et la différence sera encore vue, entre ceux qui
    servent Dieu et ceux qui ne servent pas Dieu, comme il en
    est fait mention dans Malachie 3 : 13-4 : 6.
    77 : Ce n’était donc pas, conformément à la Saine
    Doctrine Biblique, là-bas, sa place. Mais pour les
    40catholiques, il était pourtant bien à sa place… Ainsi, il faille
    choisir, entre la Saine Doctrine Biblique, et la fausse
    doctrine catholique. Prophétiquement, Apocalypse 19 : 12-
    16 énonce que cette attitude du cardinal Emile Biayenda,
    tout comme celle des papes Jean Paul II avec Solidarnosc, et
    François avec ses activités en face des autorités américaines
    et cubaines, n’est pas celle que doivent avoir les serviteurs de
    Dieu, si ces derniers marchent en obéissance de la Parole de
    Dieu… Voyez-vous ? Cet esprit-là est antéchrist et
    satanique, c’est celui de la bête. Ceux qui procèdent comme
    le fit le cardinal Emile Biayenda ne sont pas sous la
    protection de Dieu. Bien au contraire. Et Dieu ne peut être
    avec eux… Et en plus, il en est ainsi pour le salut éternel.
    Comparaison du royaume de Norvège et du Congo :
    78 : Ce n’est donc pas, soi-disant en faisant que nos
    dirigeants abandonnent le matérialisme et le
    Communisme que nous nous développerions. Que l’on
    parle de l’abandon par nos dirigeants des pratiques
    occultes, obscurantistes, magiques, fétichistes, et autres,
    serait peut-être digne de tant soit peu de considération, à
    quelques considérations valables qui soient. Mais le
    catholicisme marche bien avec tout cela, alors pourquoi
    penser que l’abandon de ces perversions humaines
    apporterait un brin de changement ? La Russie est le plus
    grand pays au monde, en abondance territoriale, et il est,
    en richesse pétrolière et gazière l’un des plus nanti, mais
    elle vie de son économie de rente. Elle est une démocratie
    dictatoriale… Mais aussi, un pays émergeant fort croyant,
    en catholicisme orthodoxe, et pourtant matérialiste et
    communiste, fondamentalement, avec une couche de
    démocratie à l’africaine sur la gestion de l’Etat.
    41Spirituellement, qu’est-ce qu’a Vladimir Poutine de plus
    que le Khani ?
    79 : Et qu’est-ce qu’avait de moins Alphonse
    Massamba-Débat et Marien N’Gouabi ? Le président de la
    Conférence nationale souveraine ne nous aura pas laissé un
    héritage spirituel, sinon, catholique, et tout cela n’est
    qu’abrutissement des congolais. La couronne de son action
    aura bien été les Guerres civiles au Congo, n’est-ce pas ?
    S’il y a eu un héritage spirituel, en tout cas, il aura s’agit de
    son amorce de la philosophie sur la Congozobalisation.
    Sinon, il n’y a eu rien du tout. Car s’il y a eu quelque chose,
    en tout cas, il est notoire qu’elle n’a eu aucun impact sur la
    population.
    80 : Il était à la Conférence nationale souveraine, et
    n’avait rien dit à propos de la mort du cardinal Emile
    Biayenda, craignant pour sa vie, et ce n’est qu’aux heures
    de sa mort qu’il racontera ce que Hervé Zebrowsky aura
    écrit, pourquoi sommes-nous sommés de croire cette
    histoire ? Est-ce là un bon héritage qu’il nous lègue ?
    Spirituellement il est un héritage empoisonné… Pourquoi
    n’en parla-t-il pas à la Conférence nationale ? Pourquoi
    n’en écrit-il pas quelque chose ? Craignait-il pour sa vie ?
    Avait-il peur du Khani ? Eh bien, cette trouille en question
    ne l’a-t-il pas finalement emporté ? Voilà la bombe à
    retardement culturelle, et peut-être religieuse et spirituelle,
    que nos acteurs religieux, spirituels, culturels, et autres, ne
    tentent de désamorcer… Comment est-ce que, nous
    pouvons permettre que nos populations vivent sous cette
    psychose de frayeur interminable de la mort au Congo ? Il
    faut combattre pour cela.
    81 : Officiellement, est-ce que nous ne sommes pas
    sous le coup d’une manigance ? Ne sommes-nous pas
    42instrumentalisés une fois de plus, sur ce coup-là ? Tout ceci
    n’est-ce pas de la Congozobalisation, chèrement défendue
    par l’évêque, mais dont il aura été acteur sur cette affaire ?
    Pourquoi est-ce que les gens ne sont-ils pas capables de
    faire une vraie expertise de notre problématique. Ils disent
    que le problème congolais est spirituel. Est-ce qu’il s’agit
    du devoir de catholiciser, de ‘protestantiser’, de
    ‘pentecôtiser’, de judaïser, les congolais, ou de les
    islamiser ? Est-ce parce qu’il est une problématique de
    combat entre le Bien et le Mal ? Si cela en est le cas, est-ce
    que nous sommes le seul Etat au monde qui est confronté à
    la lutte entre le Bien et le Mal… ?
    82 : Quelque part en Europe, il y a la Norvège, qui est
    le plus riche pays en Europe, et l’un des plus riches pays au
    monde, avec son pétrole, alors qu’il est peuplé de près de
    5 Millions d’habitants, comme nous, au Congo, et qui a
    une superficie quasiment semblable à la nôtre 385 199
    km2, avec pour capitale Oslo, et frontalière avec la Suède,
    la Finlande et la Russie… Nous, au Congo, avec nos
    342 000 km2, et nos près de 5 Millions de congolais, sur
    des potentialités agricoles vachement riches, et en plus
    situé en zone intertropicale, avec une hydrographie riche,
    nous ne sommes que comptés parmi les pays les plus
    pauvres au monde… Ils sont aussi religieux que nous, et au
    travers de leur royaume norvégien, ils détiennent la plus
    forte armada sociale au monde, alors que nous nous avons
    près de 85 % des congolais, vivant sous le seuil de la
    pauvreté. Est-ce que c’est normal ? Ils sont croyants
    comme nous, mais ils savent rendre à Dieu ce qui est à
    Dieu et à César ce qui est à César…
    83 : Nous végétons entre la tentative de l’établissement
    d’une soi-disant démocratie monarchique, l’établissement
    43d’une dynastie Sassou-N’Guesso, par la paupérisation des
    congolais, et la militarisation à outrance de la Garde
    présidentielle. Tous les ingrédients de la dictature du
    Monopartisme réunis. Nous sommes dans un état pire que
    celui de Sassou I. Mais quand même l’on couillonne les
    congolais, comme les catholiques le font pour nos
    populations croyantes. Oh quel joug devrions-nous subir
    interminablement !
    Un faux pas prémonitoire de François Hollande :
    84 : La Norvège est le pays le mieux gouverné et le
    moins corruptible au monde, alors que la France, dans ce
    domaine n’est qu’au 26 ème rang, dixit, le Journal de 20 H
    sur la 2 du 12 juin 2015… Et la France est catholique,
    mais n’est-elle pas plus matérialiste que le Congo ? N’est-
    elle pas néocolonialiste et incapable de consentir des
    Compensations coloniales, même sur le prix qu’Haïti
    pourvut à la France pour acquérir son indépendance ? Un
    prix qui n’a d’origine que dans les relations d’escroquerie
    de l’empire colonial français…, entretenu avec Haïti ?
    85 : Payer un tribut pour accéder à l’indépendance,
    mais c’est vraiment lamentablement la totale… Et en
    examinant tout cela, les haïtiens ne veulent pas reconnaître
    qu’ils sont une civilisation négro-juive-africaine ? Avec
    toute la colonie négro-américaine d’ailleurs. Mais vous êtes
    les vrais juifs ; la preuve de l’accomplissement sur vous des
    Malédictions Mosaïques du Lévitique 26 : 14-39, et du
    Deutéronome 28 : 15-68…, prononcées contre Israël, pour
    son histoire future, là-bas, dans le Désert arabique ; et qui
    se sont accomplies, littéralement, alors que vos aïeux
    furent déportés d’Israël, en Afrique, au 1 er s. ap. J.-C. et au
    2 ème s. ap. J.-C….
    4486 : Voilà pourquoi, en annonçant cette Vérité, les
    églises apostates, les religions apostates, les spiritualités
    apostates, les faux cultes juifs africains, les sectes,
    l’occultisme, l’obscurantisme et les philosophies, les
    cultures, et autres, me font la guerre ! Maintenant,
    pourquoi ne pas accueillir cette doctrine que j’apporte
    actuellement, et entrer dans le plan de votre libération ?
    Celui de Sophonie 3 : 9-12, de commun accord avec les
    négro-juifs-africains continentaux, et ceux de toutes ses
    diasporas ? Ne vous abrutissez plus et ne vous lamentez
    plus sur votre sort, car l’heure de votre libération est
    actuelle… Et ceux qui vous colonisèrent sont en instance
    d’en payer le prix…
    87 : En tout cas, il est certain que le faux pas de
    François Hollande le 12 mai 2015, sur le tapis rouge à Haïti,
    alors qu’il fut vite rattrapé par ses gardes du corps, est
    excellemment prémonitoire. Cela indique que le fait que la
    République française, fille de l’empire colonial français,
    parce qu’elle ne veut pas consentir :
    – des Compensations précoloniales, coloniales, et
    postcoloniales, pour le peuple Noir qu’il aura dominé
    durant près de 500 ans, en ne se contentant que de
    reconnaître que la Colonisation aura été un crime contre
    l’humanité ;
    – des Indemnités précoloniales, coloniales, et
    postcoloniales, pour le peuple Noir qu’il aura dominé,
    exploité, assujetti, oppressé, abruti, annihilé, etc., en
    quelque sorte, – des Dommages et intérêts précoloniaux,
    coloniaux, et postcoloniaux, pour le peuple Noir à qui il
    aura commis tellement des torts dans l’étouffement de son
    développement humain interne ou consciencieux, et
    autres… ; alors que les relations entre la France et
    45l’Afrique, en particulier, et le peuple Noir, en général, et
    spécialement Haïti, s’attendent en ce que les français
    abordent cette affaire, et qu’ils fassent face à leur
    histoire… ; ce fait dis-je, démontre que la réélection de
    François Hollande subira un coup de la sorte…
    88 : Les relations modernes entre la France et le peuple
    Noir en ce monde ébranlera la France à un tel point. Les
    français devraient réfléchir sur ce qu’ils doivent en faire.
    Sinon, c’est l’amorce de l’ébranlement des relations franco-
    africaines mondiales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*