Culture & Loisirs, Société

M F U M U FYLLA : Il s’en est allé lui aussi sur le chemin qui n’a pas de retour

M F U M U FYLLA : Il s’en est allé lui aussi sur le chemin qui n’a pas de retour

Clément OSSINONDE

Mfumu Fylla avait écrit sur Paul Kamba que sa mort, brutale, tétanisa Poto-Poto. On peut en dire autant de sa propre mort. Les enfants de Poto-Poto, quartier dont il est natif, restent sans voix, tant la surprise de son décès est totale.

MFUMU FYLLA ; véritable pluridisciplinaire

Chef d’entreprise de société , directeur éditorial du mensuel « Vision pour Demain », titre édité au Congo, MFUMU FYLLA est décédé à 67 ans dans la nuit du 24 au 25 Juin 2020, des suites des complications respiratoires. Il a été inhumé le jeudi 25 Juin au cimetière du Centre-ville de Brazzaville.

Journaliste, producteur-réalisateur radio et télévision, auteur de plusieurs ouvrages de référence sur la musique congolaise, il est l’un des écrivains congolais les plus lus.
Docteur en sciences de l’information et de la communication, ancien administrateur des services de l’information au Congo, ancien expert Culture et Communication, à la Direction générale et communication de l’Acct (Agence de coopération culturelle et technique), actuellement Oif (Organisation internationale culturelle et technique), ancien chargé de cours à L’Université Marien Ngouabi de Brazzaville, MFUMU est un professionnel chevronné dans les médias, il était également musicographe et producteur de musiques et de spectateurs vivants.

Depuis 2019 MFUMU a été désigné à la tête de la Commission scientifique de la République du Congo, laquelle avec celle de la République Démocratique du Congo se sont retrouvées récemment à Kinshasa pour élaborer un dossier commun sur la reconnaissance de la Rumba au patrimoine mondial de l’Unesco.

Les productions littéraires de MFUMU FYLLA

En 2006, il publie, chez Beau’D Pro, « La musique congolaise du XXème siècle » qui obtient le Prix « Pool Malebo  » du trophée d’Excellence « Mwana Mboka », le 2 mai 2008, à Kinshasa. L’opuscule «  Oeuvres intemporelles de la chanson congolaise 1949-1959 », paru en 2009 et qui a bénéficié d’un accueil enthousiaste du public.
En 2012, MFUMU écrit : « Indépendance cha, cha », son troisième ouvrage consacré à la musique congolaise moderne.

En 2013, outre « Rétro-Histoire et Mémoire », revue à dominante musicale, MFUMU publie « Brazzaville ville de musique  », dans le cadre de sa nouvelle maison d’édition Atélier Beaudley. Enfin « Les 8 pauvres Bantous », un livre dédié aux pères fondateurs de l’orchestre Les Bantous de la capitale.

Notons que MFUMU FYLLA produisait régulièrement au journal ADIAC-CONGO, une rubrique culturelle nommée « Brin de l’histoire  » . L’une d’elles écrite par l’auteur était dédiée le 07/01/ 2016, à son aîné Clément OSSINONDE. Ils s’échangeaient régulièrement dans le domaine de la musique congolaise. (pièce jointe)

Après la mort foudroyante de MFUMU FYLLA , ce sont plusieurs mélomanes et lecteurs qui racontent leur deuil, empreint de souffrance et d’incrédulité. Ils essaieront de se résoudre à cette disparition difficile.

Clément OSSINONDE

Laisser un commentaire