Editorial, Politique, Société, Tribune libre

MESSAGE DE FIN D’ANNÉE DU PRÉSIDENT DU CODICORD  « La seule exigence de la diaspora est l’alternance »

Par    CODICORD 

 

MESSAGE DE FIN D’ANNÉE DU PRÉSIDENT DU CODICORD 
« La seule exigence de la diaspora est l’alternance »

Chers compatriotes,
Congolaises, congolais,

Ces douze derniers mois ont été difficiles pour beaucoup d’entre nous, mais la grâce et la faveur de Dieu nous offrent l’occasion d’entrer dans une nouvelle année. Permettez-moi aux noms des membres du CODICORD d’avoir une pensée affectueuse pour chacune et pour chacun de nos compatriotes, particulièrement pour celles et ceux qui ont été éprouvés d’une manière ou d’une autre au cours de l’année 2019, qui s’achève. Aussi je voudrais m’acquitter ici du devoir de reconnaissance et affirmer ma compassion profonde et mes sentiments les plus émus pour nos braves combattants de la liberté fauchés par la barbarie du pouvoir actuel de Brazzaville.

Mes chers compatriotes,

Politiquement notre pays vibre sur place en réinjectant sans cesse les mêmes perceptions, les mêmes choix stratégiques et opérationnels qui ont tous prouvé leurs limites. Car ceux à qui nous avions accordé notre  confiance ont tous, sans exception, brillé par l’imposture,  la forfaiture,  l’escroquerie politique et morale.
Au sacrifice du dernier espoir tendu au peuple congolais pour sortir ce beau pays de l’ornière nauséabonde depuis plus d’un demi-siècle de monolithisme clanique. Ces femmes et hommes se sont révélés n’être plus ou moins qu’une opposition caméléon, c’est-à-dire de façade, changeante sans cesse et dépassée par les enjeux du moment. Ils n’ont pas été à la hauteur des attentes de tout un peuple. Ceci pour dire que les conditions d’un dialogue serein et apaisé ne sont pas réunies, ni encore moins l’organisation d’une élection transparente.

Nous rejetons tout dialogue extirpé des questions essentielles qui minent la vie politique et sans porter l’opération de vérité sur la place publique. La seule exigence de la diaspora est l’alternance. Une alternance qui se fera avec le peuple par le peuple et pour le peuple.
Les sorties médiatiques des leaders de l’opposition ont apporté quelques réponses tièdes qui suscitent encore plus d’interrogations que de réponses. Que rapportera aux congolais une élection dont les résultats sont biaisés d’avance?

Enfermé dans son autosatisfaction proche d’un obscurantisme récurrent, Monsieur Denis Sassou Nguesso voit dans le déroulement des élections de 2021 une avancée démocratique. Voilà, là encore un déni de la volonté populaire.

Une transition dans la continuité du même système est-elle la clé du salut? La vérité est ailleurs.

Notre peuple subit crise après crise, une précarisation croissante, une angoisse qui s’amplifie d’année en année face à l’avenir. Et ce n’est pas en présentant le paillasson au pouvoir en place que nous nous en sortirons. Ce dernier ouvre le chemin aux démagogues, à ceux qui, pour conquérir le pouvoir, dressent ceux qui souffrent les uns contre les autres, plutôt que de les unir face à la violence de l’État policier. Le danger de la montée du Clanisme au pouvoir, puise sa raison d’être dans ce terreau de déception, de colère et d’injustice.

Votre sentiment de s’éterniser dans un monde obscur ne doit en aucun moment affecter votre combat à l’œuvre de la restauration de la démocratie et de liberté dans notre pays, pour aujourd’hui et pour demain. Ce pacte commun nécessite que nous soyons davantage en confiance et en bonne santé, mus par la conviction que les fruits de nos efforts ne seront pas vains.

Cette volonté rassemblée nous pousse davantage à nous investir sur les couches les plus défavorisées, en particulier les femmes et les jeunes, et à renforcer les capacités pour le développement harmonieux de notre pays. Avec une telle part sociale largement au-dessus de celles consenties ces dernières années dans les fastidieuses et couteuses cérémonies politiques aux impacts inexistants sur l’amélioration du bien être des Congolais. Les promesses énoncées, années après années, sont enfouies dans les tiroirs, rongées par la poussière. Il en sera de même des hasardeux recrutements de 2000 jeunes promis dernièrement par Monsieur SASSOU.

Dans les salons feutrés et les conférences nationales, on proclame la chasse aux antivaleurs et aux prédateurs économiques « gros poisons ». Malheureusement, dans les actes, tout est  fait pour pérenniser le vol en faisant semblant d’être aveugle, encourageant ainsi l’impunité. Le peuple attend toujours le respect des promesses et l’arrestation des coupables de la disparition des quatorze mille milliards (14 000. Milliards) des générations futures.
L’impréparation et l’improvisation abaisse la fonction présidentielle qui ne manque pas de régresser notoirement la crédibilité de notre pays.
Comment aborder 2020 sans exprimer ma profonde solidarité aux populations piégées, victimes de catastrophes naturelles (inondations, glissements de terrain, coulées de boue, ensablement des habitations), du fait des politiques aménagements du territoire incohérentes et des réalisations inconséquentes des infrastructures urbaines. La responsabilité de l’Etat est pleine, au delà des dérèglements climatiques.

Mes chers compatriotes,
Il ne fait donc l’ombre d’aucun doute que des réponses sociales pertinentes seront apportées à de nombreuses préoccupations au cours de la nouvelle année, parce que nos actions de dénonciation de l’accaparement des richesses de l’économie nationale et de la mauvaise gouvernance seront davantage couronnées de réussite.
Faire semblant de contester un pouvoir aussi brutal que meurtrier en le laissant se baigner tranquillement dans la rivière de sang des Congolais plombe notre ardeur dans ce combat. Tout comme refuser de prendre notre responsabilité en mettant en place une véritable organisation politique débarrassée de toutes accointances avec cette opposition non «clairvoyante» est la meilleure chose à faire afin de répondre aux errements d’un pouvoir agonisant et finissant.

Mes chers compatriotes,
Le CODICORD  demeure conscient que nous ne gagnerons jamais seul. Aussi, avec les idées rassemblées nous pouvons entreprendre, agir et combattre ensemble. A présent, bâtir l’avenir, proposer des solutions pour une autre vision au Congo, plus ouvert, plus juste, plus équitable doit se faire ensemble. Telle est la vocation des membres du CODICORD engagés pour un autre Congo. Fixons les bons objectifs : convaincre, rassembler quelque soit l’appartenance ou pas à un corps intermédiaire, quelque soit l’âge, et les croyances.

Nous pouvons nous retrouver, citoyens sur un programme élaboré de manière collaborative et enrichi tous ensemble. C’est cela notre credo. FEDERER le PEUPLE ! Seulement il faut construire la confiance dans la vérité.

C’est fort de cette certitude que je vous invite à oublier cette année triste et encore douloureuse pour se préparer à aborder avec sérénité et confiance, la nouvelle année qui nous ouvre chaleureusement déjà les bras.

Pour le reste, notre avenir est entre nos mains, je vous souhaite à toutes et à tous, plus de talent, de dévouement, de labeur, de persévérance gage de succès, afin que nos conditions de vie individuelles et collectives s’améliorent davantage et que l’alternance se construise en 2020.

 

LE PRESIDENT DU CODICORD
Raphaël GOMA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*