DIASPORA, Politique, Société

Mise en garde des syndicalistes congolais

Par :  Agathe MABIALA NKOUKA   ( article proposé par Guy MAFIMBA)

Le syndicat n’est pas une entreprise. Pas la vôtre en tous cas. Le syndicat c’est un regroupement de personnes élues pour représenter et défendre les intérêts des gens d’une même structure.
Les syndicalistes sont censés bien connaître les maux dont souffrent les personnes qu’ils représentent. Aujourd’hui ces mots sont connus de tous Ils s’appellent : Salaires impayés, indemnités non versées, pensions de retraite et bourses des étudiants non versées, mauvaises conditions de travail, déficit de personnel, maladie, insalubrité.

Lorsque vos homologues ou collègues vous délèguent, ils vous ont fait confiance et ATTENDENT UNE RÉPONSE SATISFAISANTE À LEURS PROBLÈMES.

En 1991, grâce à l’action du SYNDICAT, nous avons pu obtenir la tenue de la CONFÉRENCE NATIONALE SOUVERAINE.
Aujourd’hui au CONGO, les syndicalistes font beaucoup de bruit à l’allée pour très peu de résultats au retour.

Causes ? LA CORRUPTION.

Ce sont des syndicats DU POUVOIR et non des travailleurs.
Quand les syndiqués pensent : « Nous avons trouvés des gens qui savent bien parler pour nous représenter, » les syndicalystes eux se disent : « Nous avons une occasion en or pour approcher les chefs et résoudre nos problèmes personnels. » Après de timides négociations qui dans la plupart des cas accouchent d’une souris, les syndicalistes sortent TOUS des bureaux des fameux ministres avec de grosses enveloppes. Les travailleurs pour lesquels ils sont sensés s’être déplacés n’ont rien eu et les problèmes restent entiers.

Syndicalistes du Congo nous vous observons. vous êtes beaucoup plus des paratonnerres pour le pouvoir en place que des avocats pour le groupe que vous représentez.

VOILÀ POURQUOI NOUS VOUS DISONS CECI : Quand BOUYA, ONDONGO, MOUNGALA et KIKI chercheront leur chemin pour fuir la colère du peuple, vous aurez intérêt à trouver aussi le vôtre car à mon avis NOUS PEUPLE EN COLÈRE NOUS NE VOUS FERONS PAS DE CADEAU.

Par :  Agathe MABIALA NKOUKA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*