Politique

Mise au point suite aux propos tenus par l’honorable Leonidas MOTTOM MAMONI 

Leonidas MOTTOM MAMONI

Par : Henri Blaise NZONZA

Je viens ici faire une mise au point suite aux propos tenus par l’honorable Leonidas MOTTOM MAMONI au sujet de l’appartenance politique du président Parfait KOLELAS.

En effet, dans une interview dans les colonnes du journal « les dépêches de Brazzaville » du 14 janvier, l’ancien ministre de la culture actuellement deuxième questeur de l’Assemblée Nationale, le député Leonidas MOTTOM MAMONI, réagissant à l’intervention du président Guy Brice Parfait KOLELAS sur les antennes de la Radio France Internationale (RFI) a affirmé avec légèreté que ce dernier est député de la mouvance présidentielle, étant élu en 2012 sous le label du MCDDI.

Je n’aurai pas réagi si ces propos étaient tenus par un congolais lambda qui ne fait pas de la politique mais étant donné que ceux-ci ont été tenus par un responsable politique, j’ai pensé qu’il était important d’éclairer l’opinion sur ce que je pense être un grand manquement pour un homme politique.
Cette sortie médiatique teintée d’affabulations de mauvais goût montre à quel point l’honorable Leonidas MOTTOM MAMONI ne maîtrise pas l’histoire politique toute récente de notre pays et surtout moins celle du MCDDI, parti dont Parfait KOLELAS fut secrétaire général.

Tout le monde sait que ce dernier fit victime d’un complot politique qui consistait de lui priver d’un instrument de combat politique et pouvait lui permettre de mieux mobiliser lors des présidentielles. Une grande campagne de déstabilisation aux allures de coup d’état , bien orchestrée et menée de pieds fermes par les fossoyeurs du MCDDI poussa donc l’actuel leader du Yuki sur les bas côtés de ce parti laissé par le feu Bernard KOLELAS. La suite de cet épisode est que Parfait KOLELAS pour s’ être opposé au changement de la constitution du 20 mars 2002 et surtout pour avoir manifesté sa volonté de se présenter à l’élection présidentielle du 20 mars 2016 fut tout simplement radié du MCDDI.

La justice de notre pays avec son impartialité que l’on lui connaît y est allé pieds et mains liés toute honte bue pour entériner la sentence y relative par une ordonnance du tribunal de grande instance de Brazzaville, signée par son président Didier Narcisse IWANDZA et qui interdira même à l’époque à Parfait KOLELAS d’utiliser les locaux du MCDDI, les emblèmes et même les militants de ce parti. Une signification du 19 février 2016 du maître Edgard LANDZE clouait au pilori l’actuel président de l’UDH-YUKI.

Radié donc du MCDDI, le président Parfait KOLELAS s’était même vu dans l’obligation de se présenter à l’élection présidentielle du 20 mars 2016 sous le label de candidat indépendant.

Certes, Parfait KOLELAS fut élu en 2012 sous le label du MCDDI, mais il est devenu un député indépendant dès lors que sa radiation fut prononcée, actée et devenue effective. Le cas du président Parfait KOLELAS est différent de celui de la ministre Adélaïde MOUGAGNI députée de la première circonscription électorale de Mindouli qui est passée du Club 2002 au PCT sans qu’elle soit radiée de son ancien parti politique.

L’honorable Leonidas MOTTOM devrait savoir que lorsqu’un député élu sous le label d’un parti politique démissionne de ce parti en pleine mandature, il perd son statut de député et un nouveau vote sera organisé dans sa circonscription et libre à lui de se représenter sous un autre label. Par contre lorsque celui ci est radié, exclu de son parti politique, il ou elle est libre de rejoindre n’importe quel groupement ou parti politique. Il reste député et aucun vote ne sera organisé dans sa circonscription.

En application de la décision n°001/DCC/EL/17 du 09 août 2017 portant prolongation du mandat des députés de certaines circonscriptions électorales et sénateurs du Pool, le Président Parfait KOLELAS comme bien d’autres députés ont donc tout naturellement été reconduits à l’assemblée Nationale jusqu’à l’organisation des futures élections dans les circonscriptions concernées. Le président Parfait KOLELAS a donc regagné sa place au parlement en qualité de député indépendant encarté UDH-YUKI dont il est le président. Il n’est donc ni un député du MCDDI ni un député de la mouvance présidentielle.

En vérité, les propos tenus par Leonidas MOTTOM relèvent soit d’une spéculation aux relents opportunistes voulant emboîter les pas à son aîné Accel NDINGA MAKANDA qui en répondant au président Parfait KOLELAS sur les ondes de RFI le 11 janvier 2018 s’ est mélangé les pédales avec des affirmations approximatives et désuètes de tout sens, soit d’une approche désinvolte qui ne l’honore pas car tout le monde et même les non politiques savent que Parfait KOLELAS avait été exclu du MCDDI et qu’il siège au parlement en tant que député indépendant encarté UDH-YUKI.

Fait à Paris le 17 janvier 2018
Henri Blaise NZONZA

 

Un commentaire

  1. LA DOPAMINE EST LE PRÉCURSEUR DE L’ADRÉNALINE…

    Dans le système nerveux central, la dopamine joue un rôle complexe et intervient dans diverses fonctions importantes, telles que le comportement, la cognition, les fonctions motrices, la motivation, les récompenses, le sommeil ou la mémorisation.

    Les individus ayant un taux élevé de dopamine auraient davantage tendance à poursuivre des conduites dites « à risque » ou à rechercher des situations sensationnelles…

    Quand le circuit de la biogenèse des catécholamines est déréglé, il génère une dépendance aux sensations fortes.

    Quelque soit les taux de dopamine ou d’adrénaline produits dans le système nerveux central de l’individu – Ils provoquent dans certaines situations sensationnelles, des phénomènes d’accoutumance et entrainent une dépendance psychique.

    Des prédispositions génétiques à l’hyper-production des catécholamines et notamment de la dopamine et de l’adrénaline sont à étudier sur une lignée individuelle ou familiale…

    http://congo-objectif2050.over-blog.com/2017/02/la-dependance-a-la-dopamine-pourquoi-francois-fillon-tant-de-risques.html

    LA DOPAMINE EST LE PRÉCURSEUR DE L’ADRÉNALINE…

    Dans le système nerveux central, la dopamine joue un rôle complexe et intervient dans diverses fonctions importantes, telles que le comportement, la cognition, les fonctions motrices, la motivation, les récompenses, le sommeil ou la mémorisation.

    Les individus ayant un taux élevé de dopamine auraient davantage tendance à poursuivre des conduites dites « à risque » ou à rechercher des situations sensationnelles…

    Quand le circuit de la biogenèse des catécholamines est déréglé, il génère une dépendance aux sensations fortes.

    Quelque soit les taux de dopamine ou d’adrénaline produits dans le système nerveux central de l’individu – Ils provoquent dans certaines situations sensationnelles, des phénomènes d’accoutumance et entrainent une dépendance psychique.

    Des prédispositions génétiques à l’hyper-production des catécholamines et notamment de la dopamine et de l’adrénaline sont à étudier sur une lignée individuelle ou familiale…

    http://congo-objectif2050.over-blog.com/2017/02/la-dependance-a-la-dopamine-pourquoi-francois-fillon-tant-de-risques.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*