Editorial, Non classé, Société, Tribune libre

Monseigneur Anatole Milandou, pourquoi ce silence coupable ?

L’Église congolaise muette devant l’injustice

Par :  Jean-Claude BERI

Trois ans après la grande mobilisation du 23 septembre 2015 au boulevard des armées de Brazzaville, les Congolais sont toujours à la quête d’une solution définitive qui leur permettra de mettre un terme à la dictature de Sassou Nguesso.

C’était un rassemblement positif parce qu’il venait  du peuple lui-même et non des politiques qui l’avaient canalisé. Il signifiait en profondeur la protestation contre toute atteinte à la liberté d’expression, le refus d’une brimade et surtout d’une paupérisation excessive. Ce mouvement de révolte, qui a été mené dans un esprit de liberté et de démocratie, a été détourné par des forces puissantes qui se sont manifestées dans un sens contraire. La conséquence, nous assistons à une aggravation de la situation au Congo, avec un nouveau déchaînement des pros Sassou de plus en plus convaincus de leur vérité sordide, et à une aggravation de la situation économique en raison d’une politique incapable et inconsciente menée par le roi et ses valets  contre le peuple.

Il serait temps que nous apprenons à éviter les pièges de l’erreur et de l’illusion rédemptrice d’une politique qui n’a jamais changé. Pendant 20 ans le Roi a laissé  ghettoïser les jeunes, qui tombent aujourd’hui  dans une délinquance absurde et dangereusement pernicieuse dans la vénération des hommes et femmes politiques véreux et immoraux.

Il y a quatre jours,  nos voisins d’en face (RDC) conduits par l’église nous ont montré l’engagement des chrétiens envers une démocratie souveraine. Leur combat est digne et porteur d’un sentiment d’appartenance à une seule même nation. Malgré les tueries, et la barbarie policière envers les populations désarmées l’église est debout et soutient ses fidèles  devant l’absurdité d’un Etat voyou.  L’église et les chrétiens de Kinshasa communient ensemble comme une seule personne dans cette quête de liberté et de respect de l’humain.

Chez nous, au Congo-Brazzaville, l’être humain a été réduit à une espèce de bestiole qu’on peut piétiner, écrasé sans le moindre remords. Où sont la liberté et la justice tant prônées dans les Eglises devant tant de pleurs et de sacrifices ? Que fait Monseigneur MILIANDOU devant la parole biblique  dans Romains 14v 7 et 1 Corinthiens 3.17 pour rester insensible devant le mal. Monseigneur, vous qui êtes le réfèrent des chrétiens congolais de Brazzaville comment pouvez-vous accepter tant d’injustices alors que le peuple chrétien est martyrisé tous les jours.

Monseigneur en tant que Chrétien, je me surprends  de ton silence alors que  Jésus lui-même a versé son sang pour que l’homme vive dans la paix et le bonheur. Son sang versé n’est-il pas le sang de la justice et du pardon ?

Que protégez-vous lorsque votre temple et ses fidèles sont persécutés ? Dois-je vous rappeler que l’Eglise du Congo  est une Église de justice et de bonté.

L’histoire des dernières décennies nous a montré que l’Eglise lorsqu’elle se mettait du côté du peuple pouvait déplacer les montagnes. En exemple, nous citerons le communisme polonaise qui fut vaincu par l’Église. Oui Monseigneur MILANDOU  à l’instar de Monseigneur MOSENGWO, vous devriez prendre le bâton de pèlerin pour conduire les chrétiens congolais vers une détermination pour une justice équitable avec l’implication de l’Église de Jésus.

Ce n’est pas par les armes que Desmond TUTU a combattu l’apartheid mais avec la foi en Jésus en christ qui s’est sacrifié pour le bonheur de son peuple. Le Cardinal BIAYENDA  ne s’est pas sacrifié avec les armes mais seulement avec l’exhortation et la croyance en la force de Jésus.

Monseigneur MILANDOU que vous rappelle ses paroles de Martin luther KING junior : «  Chacun a la responsabilité morale de désobéir aux lois injustes. »

Sassou et son gouvernement n’ont-ils pas atteint le summum des injustices envisageables au Congo ?

En tant que chrétien, je me refuse de croire que Monseigneur MILANDOU vous seriez complice de la barbarie à ciel ouvert qui s’opère à Brazzaville. Dans d’autres cieux, l’Église a été toujours au-devant de la lutte de libération du peuple.

Au Congo-Brazzaville comme ailleurs, l’église jouit d’une audience sur les questions qui dépasse largement le cercle de ses fidèles.

Vous avez les mêmes armes que jadis Desmond TUTU qui lutta contre l’apartheid, Martin Luther KING  qui lutta pour  la reconnaissance des droits des Noirs son combat s’est fait  dans la non-violence.,. Aujourd’hui le cardinal Laurent MONSENGWO  est debout pour dénoncer l’injustice et la loi des militaires à KINSHASA. Il ne s’est pas cantonné à l’Église. Il se lève pour s’opposer publiquement au pouvoir de Kinshasa

Monseigneur MILANDOU je vous invite à prendre votre responsabilité devant Dieu et l’histoire. Vous devez  élever votre voix pour la défense de l’existence physique et spirituelle du peuple congolais. On a accusé l’Eglise congolaise d’être restée muette sur cette question jusqu’à présent. Devriez-vous être le seul à reculer devant l’adversité alors même que l’injustice agit dans tous les milieux : au sein des familles, à l’école, dans la politique, dans les tribunaux, et même malheureusement au sein de l’église. Sortez de votre mutisme et rejoignez le peuple qui attend de vous soutien et assistance morale.

Jean-Claude BERI

Merci à l’abbé YANGUISSA pour ces notes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*