Politique

Le Président Sassou échappe à un assassinat

Le Président Sassou échappe à un assassinat

Par :  Robert Gaillard

Le dada des militaires Congolais

« Les chacals ne se bouffent pas entre eux » dit un adage. Mais cette maxime commence à changer de vocable au Congo-Brazzaville où le pouvoir vit des turbulences en interne comme au temps de la nuit des longs couteaux.
Des généraux qui juraient protéger ce pouvoir jusqu’à leur dernière goutte de sang commencent à être arrêtés. Motif, ils seraient contre ce qu’ils ont bâti avec opiniâtreté.
Quel est donc le sort réservé à ce pouvoir au moment où beaucoup de régimes africains vivent des scènes rocambolesques ? La question est presque sur toutes les lèvres au regard des arrestations en cascade des généraux, piliers de ce pouvoir à l’image d’une personne qui se fait harakiri.
Ce pouvoir sera-t-il seul contre tous quand on sait que d’un côté, les querelles en interne le fissurent, de l’autre, les opposants continuent à contester la victoire de Denis Sassou Nguesso et exigent la libération de près d’une centaine de personnes incarcérées depuis une année.
Sujet de discorde, les opposants parlent de prisonniers politiques, le pouvoir parle de prisonniers de droit commun, mais tous étaient arrêtés sous la chaleur du changement de constitution et de l’organisation de l’élection présidentielle. Ce n’est pas tout. Le pouvoir de Brazzaville fait également face à la grogne sociale pour non-paiement de salaires par-ci, de pensions par-là et de bourses de l’autre. Encore, il faut s’interroger sur ce qui lui arrivera lorsque les militaires connaitront des salaires impayés.
De ce qui précède, ce pouvoir est presque entre le marteau et l’enclume suite aux exigences des opposants en externe et aux arrestations des généraux en interne ; des généraux soupçonnés de bâtir un plan pour la déstabilisation de leur propre pouvoir.

Depuis le mois de décembre 2017, deux généraux, Norbert Dabira et Nianga-Mbouala Ngatsé, sont cités dans un « complot » contre le régime de Brazzaville.
Selon la presse internationale les comploteurs mijotaient détruire l’avion présidentiel au-dessus d’Oyo.
Si ce motif est avéré, cela poussera à dire que même au sein du pouvoir existent des ennemis.
Le comble est que les « généraux soupçonnés » sont des collaborateurs du président Sassou depuis plus de 32 ans. Quelles sont alors les motivations de ce complot ? S’agit-il d’un plan « made in Pct » qui rappelle l’époque du président Marien Ngouabi à qui les membres de ce parti disaient « tu avances nous te suivons, tu t’arrêtes nous te pointons, tu recules nous t’abattons».

S’agit-il d’un non-respect de ces principes par le fidèle continuateur de l’œuvre de Marien Ngouabi ? Si non, pourquoi les amis d’hier deviennent-ils ennemis aujourd’hui ? Il sied de rappeler que le renversement de régimes au Congo-Brazzaville est le dada des militaires, surtout ceux originaires du nord.
Quand Marien Ngouabi président du PCT prend le pouvoir en 1969, il est capitaine. Après son assassinat en 1977, son successeur Jacques Joachim Yhombi Opango (membre du PCT) est aussi militaire originaire du nord. Lorsque celui-ci est renversé en 1979, Denis Sassou Nguesso qui prend les règnes du pouvoir est aussi militaire originaire du même pôle géographique.
Aujourd’hui, les généraux soupçonnés de complot contre le pouvoir de Brazzaville sont également originaires du nord. S’agit-il d’un virus nordiste ?

L’histoire montre que quand Pascal Lissouba (un civil originaire du sud) est élu démocratiquement au sortir de la conférence nationale, c’est suite à une guerre fratricide du 5 juin 1997 qu’il sera chassé par Denis Sassou Nguesso militaire du nord.
Le Congo sur ses six chefs d’Etat, trois présidents du nord sont des militaires, les trois du sud sont des civils. C’est le principe du slogan : « le pouvoir est au bout du fusil.» institué par ces militaires au temps chaud du monopartisme.
22 ans après le retour de Denis Sassou Nguesso au pouvoir, ces militaires veulent-ils épousseter le plan de 1977 ou celui de 1979 ?

Robert Gaillard

Source : la griffeinfos Journal

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*