DIASPORA, Politique, Société, Tribune libre

Réglons le problème SASSOU et ça sera fini du problème NTUMI.

SASSOU-NTUMI, blanc bonnet, bonnet blanc

Par :  Jean-Claude BERI 

 

Voilà un peu plus  de vingt ans que notre jeune démocratie  a été lâchement assassinée par une bande d’inhumaine assoiffée de sang. Depuis,  elle continue  de s’abreuver sur les populations meurtries et soumises à un désœuvrement intégrale.   Ne  nous trompons pas,  le sang des congolais reste le carburant le plus utilisé pour alimenter le système sassou. La manipulation opérée par la sortie fracassante de Pasteur NTUMI devant les médias ne doit pas nous éloigner de l’essentiel de notre combat. Beaucoup se perd dans les informations spectacles que nous livre le pouvoir malsain de  Brazzaville. Le cas NTUMI  est un cas secondaire parmi tant de problèmes que nous aurions dû nous en occuper. S’éterniser sur son erreur grave de communication qui privilégie ses intérêts personnels au lieu de ceux de toute la communauté du pool et  qui a payé un lourd tribut dans cette guerre stupide politico-affairiste sera irresponsable devant la gravité de la situation.

NTUMI n’a agi que comme tout homme politique signant un accord de paix avec son « ennemi d’hier ».  Un accord lorsqu’il est signé doit être respecté par les deux belligérants. Nullement besoin d’entrer dans les démonstrations juridiques pour étayer le bien-fondé de la démarche de NTUMI dans le respect des accords signés en décembre dernier à KINKALA.

Le volet politique du cas NTUMI est un vrai serpent de mer. Autant il est alimenté certaines peurs, d’autant il  est souvent confondu avec les murènes, les congres ou les anguilles. NTUMI est avec sassou , NTUMI est avec KOLELAS, NTUMI est avec MOKOKO, NTUMI est avec OKOMBI etc…..Qui n’a pas salué la résistance farouche opposé par ses milices face à l’agression barbare de l’armée clanique sous les ordres de SASSOU. Lorsque SASSOU qualifiait NTUMI de « terroriste » «  de danger national », la grande majorité de l’opposition, sans lui apporter une quelconque aide substantielle applaudissait la résistance  de ses milices envers l’armée envahissante.

Il a  fallut attendre  que les instigateurs de la manipulation se noient dans leur propre manipulation pour découvrir le pot de rose. De la bouche d’un officier supérieur de l’armée congolaise on apprenait que NTUMI était fourni secrètement  en arme par ceux-là même qui le combattait. Que NTUMI reçevait   des directives d’un autre officier supérieur de l’armée congolaise qui lui indiquait  les positions de l’armée pour qu’il s’éloigne des lieux des bombardements. A croire que ces bombardements ne visaient pas NTUMI mais les paisibles populations qui étaient considérées comme des simples bêtes livrées à l’abattoir. Nous avions l’impression de revivre le même scénario qu’en 1998 avec les mêmes notes musicales.

Le serpent de mer (NTUMI) n’a fait que suivre sa nature intrinsèque. Celle d’un serpent au venin indolore et extrêmement toxique. Comme la plupart des opposants dans cette bataille de positionnement qu’ils se livrent  sur les uns et les autres chacun pousse ses pions. Certains utilisent les moyens plus subtils pour se faire passer pour des bons opposants, d’autres vont aux forceps pour se faire un place au soleil.  Ceci pour dire que NTUMI n’est pas le seul responsable dans ce fiasco de l’opposition. Lorsqu’on a compris le fonctionnement de cette opposition, vous rendrez très vite compte que la manipulation a gangrené tout le monde.

Pendant ce temps la bête blessé agonissant (SASSOU) est entrain de panser ses plaies qui devraient logiquement le conduire à la mort. Ceux qui se disent de l’opposition que font-ils ? Des conférences, des lettres ouvertes, des talk forces qui n’agissent que sur les réseaux sociaux…Pendant ce temps 17 de nos jeunes ont été lâchement abattus dans un commissariat de CHACONA.

Le PCT est en déroute devant la gravité de l’escroquerie politique menée par le fils de la discorde populaire  de SASSOU,  Denis CHRISTEL SASSOU NGUESSO qui se rend compte que son projet insolent était en train de faire chavirer le bateau SASSOU, au lieu de se regrouper pour faire une grande force de résistance, l’opposition navigue en sens inverse. Le FMI renforce ses mesures drastiques qui commencent à toucher de pleins fouets le système sassou , l’opposition fait des déclarations de manières disparates au lieu de saisir l’occasion pour porter l’estocade a l’unisson .

Faut-il le rappeler que si le PCT est totalement affaibli, c’est une  opération salutaire pour l’opposition ? Car cette machine  manipulatrice  et à corruptible  est aujourd’hui  infectée de l’intérieur par son propre venin. Le serpent (PCT et sassou) décapité semble bien plus vivant que mort…Car il garde encore  les réflexes étonnants du corps et de la tête d’un serpent après qu’ils aient été séparés.  Va-t-il mordre sa propre queue ! L’histoire nous le dira. Mais ce ne sera pas a cause de  l’action agissante de l’opposition.

Longtemps j’ai déserté les réunions et des regroupements a n’en point finir sur la place  de Paris qui ne produisent qu’une musique au son « du tournez en round » et des disputes de chapelle sous intrique égoïstes . Avec cette opposition opportuniste nous sommes certain de continuer de tournez en round pour longtemps.

Après un long  moment  d’hibernation l’opposition sort en trompe pour ne proposer que des discours qui sont loin de  paralyser le pouvoir. Cette opposition dont certains ont même reconnu le pouvoir de fait en pouvoir « légitime » hésite  à marcher vers bien des exigences, sur des sujets aussi cruciaux  que la crise qui secoue le pays et le sécurité des nos concitoyens . C’est vrai que c’est facile de faire des reproches en étant tranquillement installé dans ce fauteuil à 6000 km du foyer des tensions. Seulement entre nous soi-dit, en quoi le rétropédalage du fils insolent Denis Christel SASSOU NGUESSO, arrangerait les choses. Combien de situation de ce genre n’avons-nous pas connu dans ce pays ou on est obligé de calmer le jeu pour mieux endormir son adversaire ? Comme je l’ai dit plus le serpent SASSOU est bien plus vivant que mort. Attelons nous à tuer le serpent avant qu’il ressuscite et se régénère.

Lorsqu’on  a compris ça on peut aisément affirmer que le cas NTUMI est largement loin de nos préoccupations majeurs.  Les sorties massacrantes de plusieurs compatriotes sur les réseaux sociaux est tout simplement désolantes. NTUMI n’est pas notre adversaire quoi qu’on puisse lui reprocher, ça reste un acteur politique dont le combat aura besoin d’un moment à l’autre.  Lui faire des reproches est acceptable car personne ne détient la solution dans cette bataille  et personne n’est à l’ abri d’une erreur. Dire à NTUMI que tu es infiltré par un tel et autre untel serait plus positif pour la clarification de la situation.

Tuer SASSOU  résoudrait le cas NTUMI. Le reste n’est que la manipulation politique comme les congolais sont passés maître dans l’art.

Cette mise au point de ma part  est loin d’être une adhésion à l’activité politique de NTOUMI. Juste un point de vie pour éclairer l’opinion que dans un combat on a jamais deux ennemis.

Jean-Claude BERI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*