DIASPORA, Justice, Politique, Société

Rencontre entre les amis de M. Pascal Tsaty Mabiala et le Conseil du dialogue : Une grosse arnaque !

 

Par  LAURENT DZABA

——————————————–
Une réunion s’est tenue hier 9 octobre 2019 entre les amis de M. Pascal Tsaty Mabiala et une délégation du Conseil National du Dialogue (CND), conduite non pas par son Secrétaire Général, M. Martin Mberi, mais par son Directeur de cabinet, M. Joseph Christian Dzinga-Boubanga, qui était accompagné de quelques visages connus du chemin d’avenir (M. Marius Mouambenga, M. Alain Akouala Atipault, ..).

M. Joseph Christian Dzinga-Boubanga pour ceux qui ne le connaissent pas, c’est l’homme qui fut Président du Corecan (Convention des ressortissants, cadres et amis du Niari) qui avait organisé sa rentrée politique en 2011 à Pointe-Noire sous le thème: « Denis Sassou Nguesso, un homme au carrefour du destin du Congo ». Il est l’actuel responsable d’une plateforme concoctée par M. Martin Mberi en 2015, dénommée Plateforme républicaine des associations de paix et de développement du Congo. Pour rappel, lors du lancement de cette plateforme, M. Joseph Christian Dzinga-Boubanga avait déclaré que « le changement de la Constitution, chez nous, n’est pas seulement une question politique ou juridique, mais plus encore, c’est une exigence morale ».

Que pourrait-on attendre d’un homme qui considère M. Sassou Nguesso comme un messie alors qu’il est à l’origine de tous les maux qui minent notre pays ?

On comprend mieux pourquoi, après le mot introductif de M. Pascal Tsaty Mabiala, les représentants de M. Sassou Nguesso aient signifié à la délégation des amis de M. Pascal Tsaty Mabiala que le principal objectif de cette rencontre était la préparation de l’élection présidentielle de 2021.

Malgré les relances de Paul Marie Mpouele et Jean Jacques Yhombi Opango, les émissaires de M. Sassou Nguesso sont restés inflexibles. Sous d’autres cieux, des responsables politiques auraient quitté la salle pour ne pas avaler ces somnifères « made in Mpila ».

Organiser une rencontre politique pour dire aux amis de M. Pascal Tsaty Mabiala que le pouvoir souhaiterait créer les conditions d’une élection crédible et qu’il voudrait que l’opposition fasse des propositions sur le recensement administratif par exemple, alors que la veille, la ministre du Plan, de la statistique et de l’intégration régionale, Mme Ingrid Ebouka-Babackas, avait affirmé que le gouvernement allait, au 1er trimestre de l’année 2020, financer l’ensemble des opérations liées au recensement, pour un coût de près de 7 milliards F CFA ; cela est vraiment drolatique.

Aussi, en faisant des propositions elliptiques à une opposition sous représentée (20 membres de l’opposition pour une institution qui en compte plus d’une centaine), M. Joseph Christian Dzinga-Boubanga, le laudateur et exécuteur testamentaire d’un pouvoir comateux, voulait tout simplement narguer des hommes politiques paralysés et sans dents, qui ont abandonné le combat pour le bien-être du peuple congolais.

Pourquoi organiser un dialogue national pour parler des questions électorales alors qu’il suffirait au pouvoir de s’adresser à M. Henri Bouka, le Président de la Conel, l’industrie de triche du PCT ?

Aucune opposition digne de ce nom n’accepterait pas de se faire ridiculiser par une délégation de nécessiteux, plus proche d’un fan-club que de négociateurs aguerris. M. Joseph Christian Dzinga-Boubanga aura sans nul doute les faveurs des amis de M. Pascal Tsaty Mabiala, désormais associés-rivaux du pouvoir. Cette délégation de fakirs se heurtera toujours aux patriotes, déterminés à rendre au peuple congolais ce qu’il a de plus cher : la LIBERTE.

Même si des individus dotés de qualités et défauts semblables finissent toujours par s’associer, désormais l’entente cordiale entre les amis de M. Pascal Tsaty Mabiala, adeptes du masochisme politique, et le pouvoir, montre le manque d’ambitions réelles des principaux leaders qui composent cette secte.

Comme disait Abraham Lincoln « On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps. »
Un seul mot TRANSITION, une seule exigence TRAVAIL COLLECTIF.

Ensemble, pour un Congo uni, libre et prospère. Plus jamais sans nous. Que Dieu bénisse le Congo.

Laurent DZABA
Président du Mouvement Panafricain et Citoyen « Bougeons-Nous »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*