Economie, Justice, Politique, Société

Scandale sur scandale : Qu’est-ce qui fait courir les ministres Ibombo, Ganongo, Mouamba, au point de trahir Sassou qui ne maîtrise rien

Scandale sur scandale : Qu’est-ce qui fait courir les ministres Ibombo, Ganongo, Mouamba, au point de trahir Sassou qui ne maîtrise rien

Par  Ghys Fortune BEMBA DOMBE

Suite à la publication de l’article sur le management et la gestion peu orthodoxe de la filiale Société Générale Congo j’ai été la cible des tentatives de corruption, d’intimidation et des menaces jusqu’à ce que certaines personnes me promettent le sort du Général Mbaou et de l’agent de la DGSE, si je perdurais dans cette voie car « l’argent n’aime pas le bruit », renchérie ces dernières. Peine perdue ! Chaque jour en Europe, des scandales financiers et bancaires sont révélés au grand jour. L’affaire Tapie, la BNP qui serait dans le collimateur de la justice dans l’affaire du Génocide Rwandais, et bien d’autres affaires en sont des exemples. Se taire devant la ruse, les scandales et les violations de droits élémentaires des citoyens seraient être complices des délinquants au col blanc.

Tenez, comment peut-on se taire devant des gens qui ont érigé les intrigues, la mafia, le tribalisme et autres en mode de gouvernance. Pourtant, c’est bien ce qui se passe à la filiale Société Générale Congo, au ministère des postes et de l’économie numérique, celui des finances et du budget ainsi qu’à la Présidence de la République. La société générale Congo ne fait aucun bénéfice depuis huit ans mais curieusement elle continue à renvoyer l’ascenseur à sa maison mère à Paris pour près d’un milliard de Francs CFA. Aussi, les employés expatriés qui sont au Codir perçoivent des salaires de plusieurs millions de francs CFA avec beaucoup d’avantages tels que : employés de maison, chauffeurs, logements et véhicules, bref, une prise en charge complète alors que des autochtones qui sont quelque fois plus diplômés, ont des salaires de misère.

Aujourd’hui par exemple, on veut confier la Direction Générale de cette filiale à Madame Catherine Gushuman qui n’a qu’un Bac+2 au mépris des textes. Le Congo devient-il une poubelle ? Quand on sait que Arnaud Crouzet, après un stage d’administrateur Directeur Général au Ghana, a obtenu son premier poste à ce niveau de responsabilité au Congo ? Pire, comment expliquer que ce dernier soit décoré de la médaille de l’ordre du mérite congolais sur des bases subjectives alors qu’il marche sur la justice Congolaise en envoyant balader des magistrats qui ne cessent de le convoquer pour divers procès (les affaires Ndengué, Mindoudi, ….).

Nous parlons bien des bases subjectives et pensons que Monsieur Sassou NGuesso et ses services ne sont plus à la hauteur, sinon comment décorer quelqu’un qui serait responsable de si mauvais résultats et surtout qui est poursuivi en justice par plusieurs personnes après avoir effectué à peine deux ans d’exercice à la tête de la filiale de la prestigieuse Banque Société Générale ? A moins que cette décoration soit une récompense pour des transactions mafieuses entre Gunvore et des sociétés pétrolières exerçant au Congo comme vient de nous montrer la saisie des comptes secrets effectuée par deux créanciers du Congo ce 10 mars 2019. Il sied de dire haut et fort que les services spéciaux ne fonctionnent plus la preuve : ils n’arrivent pas à réfléchir sur la sortie de crise généralisée que connaît le Congo, si ce n’est pour coller des motifs d’atteinte à la sureté intérieure de l’Etat, encourager des ministres à piller subtilement le pays à l’image des ministres Ganango, Ibombo et Mouamba qui autorisent le bradage du pays en stockant des données numériques, bancaires et des communications électroniques du Congo en Inde.

Quand Ibombo induit Ganongo et Mouamba dans la mafia comme Ondongo En décembre 2018, le ministre Ibombo Léon et son mentor, certainement coincés financièrement profitent de la nouvelle loi des Finances pour initier une lettre au ministre des finances et du budget afin garnir leurs comptes personnels. Ce dernier, sans enquêter préalablement valide le 21 mars 2019 la proposition d’autoriser la Société FSS/Exact-IT à réaliser l’interconnexion avec des plateformes de transactions et paiements électroniques, en d’autres termes, de recouvrir la redevance sur les transactions effectuées par les banques, les établissements de finances, les opérateurs de téléphonies mobiles, etc… . Confondant vitesse et précipitation et probablement pressé de se faire un pactole en un laps de temps sous le dos des opérateurs de téléphonies mobiles, des Banques et autres, cette société sans expérience et référence dans la matière se lance à envoyer ça et là des lettres de présentation en commençant par l’Arpce avec laquelle elle entre en réunion en mars 2019.

Lors de ce conclave, cette société par le truchement de son directeur, présente la solution technique pour la mise en place du Hub numérique. Malheureusement, la délégation de cette société sans référence va dévoiler très vite son incompétence et son inexpérience pour ne pas dire son amateurisme en la matière. Il sera incapable de présenter l’architecture détaillée des interconnexions physiques (FH, FO, Satellitaires) pour raccorder tous les acteurs concernés par le projet (Banque, Western Union, Money Gram, …) ainsi que toutes les configurations logiques (VPN, @IP publique ou privé….) y référents ; – L’architecture détaillée pour la supervision et monitoring des transferts mobile money ON NET (MTN à MTN ou Airtel à Airtel) ; – Architecture et solution prévues pour la sécurisation ainsi que la résilience des infrastructures physiques et logiques. Monsieur Brice Gatsie, Directeur Général de ladite société, coincé par Monsieur Marc Sakala a reconnu ne pas avoir des connaissances suffisantes sur le dossier et a informé l’assistance sur le fait que les différentes données contenues dans le Hub numérique seraient stockées dans un cloud FSS à l’international. Pour cela, Monsieur Sakala avait exposé les risques sécuritaires et diplomatiques qui seraient encourus par la République du Congo en cas de stockage de ces données financières et autres à 3 l’extérieur du Congo. Il a fermement recommandé au prestataire EXACT-IT d’envisager une solution permettant le stockage des données du hub numérique dans les serveurs en local. Stocker toutes les données numériques de notre pays à l’extérieur du Congo est synonyme de bradage du pays.

D’ailleurs, aucun pays ne s’hasarderait à le faire. Le DG de cette fameuse société gêné par M. Marc Sakala qui lui a remonté les bretelles a couru chez le Ministre Ibombo sur lequel il jurait pendant la réunion. Toute honte bue, le Ministre Ibombo s’est ensuite rendu chez le premier ministre Mouamba, raconter des inepties. Ce dernier, dans la foulée de la plaidoirie de son ministre nomme Alex Gouloubi au poste de Directeur des réseaux à l’ARPCE en violation flagrante de la loi 11 du 29 novembre 2009 qui stipule en son article 4 que : « L’agence prend et exécute tous les actes et décisions nécessaires à l’exercice de ses fonctions. A ce titre, elle a notamment le pouvoir de (…) nommer, promouvoir, sanctionner le personnel de l’agence et déterminer ses conditions de travail conformément à la réglementation en vigueur. »

En réalité, le problème de fond comme nous l’avons dit plus haut c’est l’argent que le mentor du ministre Ibombo veut gérer car rien ne justifie la présence de cette nouvelle société privée dirigée par M. Gatsie qui a présenté autrefois à la présidence de la République des marchés louches et surfacturés que nous révèlerons au grand public dans notre prochaine parution. Sinon comment expliquer qu’une société qui n’a encore rien investi puisse parler d’un investissement de 11 milliards jusqu’à demander aux opérateurs de téléphonies, aux Banques etc. à verser de l’argent dans le compte n°30012-00101-26750101101-93. La question que le commun des mortels se pose est celle de savoir à qui appartient ce compte dont on demande aux banques et divers opérateurs de téléphonie mobile de verser les redevances? Depuis quand ce compte a été créé ?

Pire, comment cette société qui se cache derrière la loi de finances peut-elle commencer ses opérations alors que jusqu’à ce jour le décret d’application n’a pas encore été pris ? Pourquoi Marc Sakala qui a été nommé à ce poste en novembre en remplacement du défunt Sande Nde, cadet de Paul Obambi, devrait-il dégager malgré ses compétences ? Parce qu’il serait d’origine Kongo Lari cela le disqualifierait à occuper ce poste ? Au cas où certains auraient oublié, l’Arpce est une structure doté d’une autonomie de gestion. Au lieu de chercher des poux sur ma calvitie, les gens devraient revoir leur passé qui les rattrape.

C’est le cas du ministre Calixte Ganongo qui n’arrive pas à conclure les négociations avec le FMI car cité entre autre dans les transactions mafieuses des tankers pendant qu’il était directeur comptable et financier de la SNPC d’où l’obstruction de l’audit de la SNPC et le pasteur Brice Gatsie qui est cité dans divers marchés militaires de la présidence de la République du Congo avec Okouna pendant le règne de leur parent Nianga Mbouala.

Au nom de l’éclatement de la vérité nous reviendrons longuement sur ces différents marchés surfacturés et le matériel militaire importé dans des pays non conventionnel comme l’Azarbajan.

 

Fortuné Dombé-Bemba

Ghys Fortune BEMBA DOMBE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*