Editorial, Justice, Santé, Société

Tempête de mensonge autour de l’interview du despote a RFI et France 24

Tempête de mensonge autour de l’interview du despote sur RFI et France 24

Par  Jean-Claude BERI

Refus du FMI d’allouer de nouveaux crédits ou de nouvelles facilités de paiement pour cause de dettes souveraines opaques contractées avec la Chine, Une crise économique qui s’aggrave à cause de la chute du pétrole et de contrats pétroliers hasardeux avec des sociétés de négoce de matières premières actuellement en litige avec le Congo qui tiennent l’économie congolaise a la gorge, des hôpitaux inexistants (fantômes) pourtant budgétisés entre 2000-2010, consignes sanitaires fantaisistes, Crise sociale cachée, crise politique exacerbée par l’impunité, affirmation sans convaincre sur la question concernant la possibilité de voir son fils lui succéder, 365 prisonniers sont ou seront relâchés une belle pirouette: basée sur de nombreux témoignages, nous relevons une gestion chaotique au sommet de l’État, entre 1998 et aujourd’hui. Et les mensonges qui l’ont accompagnés prouvent « l’inexemplarité » d’un homme dépassé.

Force est de constater que SASSOU verse dans un bégaiement répétitif. Il plébiscite à demi-mot l’impunité des fraudeurs, doit-on le laisser véhiculer cette ineptie au sein d’une jeunesse désarmée abreuvée par des salves de promesses mielleuses ? La réponse appropriée, c’est d’apporter à cette jeunesse des éléments de compréhension  à l’opération d’usurpation et de tromperie mise en place. Les mots qui caractérisent cette interview sont très nets : il est question de continuité dans la médiocratie, impunité, de despotisme, voire carrément d’insultant. On peut lire entre les lignes aussi le mot favoritisme ou l’exaltation de l’arrogance. Ces substantifs correspondent à un constat perceptible sur la société congolaise sous Sassou. Une société en chute libre où il est imposé  aux Congolais une voie semée d’épines qui sont en plus saillantes. Comme à son habitude, le despote national s’impose comme le roi pharaon du Congo. Que vous m’aimez ou pas, je vais vous soumettre à ma volonté. Sans état d’âme.

Depuis les vérités à géométrie variable sur l’échec des différentes séquences de municipalisation accélérée ayant donné lieu à des actes de fraude et de corruption, sous l’ombre imperturbable de l’impunité le pays présente un visage de pays sortie d’une guerre. Sur les 14 hôpitaux qui auraient déjà vu le jour depuis , deux sont entièrement finis et mis en service, il s’agit de l’hôpital de louandjili et Edith BONGO. Les douze autres sont des inventions ou des hôpitaux fantômes de SASSOU. Cela les Congolais le voient. OÙ SE TROUVE CET HÔPITAL MÈRE ET ENFANT DÉJÀ OPÉRATIONNEL ET POURQUOI LES CONGOLAISES ACCOUCHENT DANS LES MAISONS ET PARFOIS DANS LA RUE ? A la place ils ont de dizaines d’édifices inachevées un peu partout sur le territoire. Les travaux réalisés à travers « la municipalisation accélérée » se présentent comme des trompe-l’œil. De nombreux chantiers dans les régions bénéficiaires de « la municipalisation accélérée » sont inachevés (éléphants blancs) et d’autres n’ont toujours pas vu le jour, comme à Mossaka et à Mossendjo. Les exemples de chantiers inachevés sont devenus des légendes dans tout le Congo. Peut-être ces hôpitaux sortiront de terre par magie , comme le Pétrole du Delta de la Cuvette.

Peut-on être fier d’un « président » avec plus d’une trentaine d’années de gouvernance qui soit incapable de présenter un bilan élogieux sur lequel ne pèse pas un soupçon de gâchis . On n’a pas besoin de faire le déplacement sur Brazzaville pour se rendre compte que le Congo est devenu un pays des féticheurs au pouvoir, un pays qui cultive la dépravation, un pays de l’impunité, un pays réduit à la mendicité. Quelle honte !!!!

Après avoir connu une embellie financière cumulant plus de 16.000.000.000 entre 2000 et 2010 et se retrouver aujourd’hui à ramper derrière le FMI pour 300 millions, c’est simplement scandaleux. Comment peut-on remonter une économie congolaise dont il s’emploie a ruiner perpétuellement. Quelle institution peut réellement faire confiance à  SASSOU qui a épuisé et bénéficié de toutes les aides possible sans un résultat probant. Qu’a t-il fait de l’allègement de la dette au titre de l’initiative en faveur des Pays pauvres très endettés (PPTE) ? Voici ce qu’il déclarait en février 2010 « Le Gouvernement congolais mettra tout en œuvre pour mener à terme toutes les réformes en cours, en vue de lutter efficacement contre la pauvreté et offrir au Congo la perspective d’un développement économique et social harmonieux », dixit Sassou Nguesso.

Juillet 2019 le FMI signe un nouvel accord avec le gouvernement congolais, mais brille , par une incapacité notoire due à l »étendue de la corruption et des accords nuisibles, à respecter les termes de l’accord résumés en 48 mesures à accomplir. Pour paraphraser Mr BANKOUNDA MPELE Felix « …celui dont les seules industries réussies sont celles du pillage (pas moins de cinq milliards de dollars dans les paradis fiscaux selon les ONG), du crime (pas moins de quatre-cents mille victimes selon les organisations des droits de l’Homme) et des anti-valeurs, et dont le sport préféré est d’incarcérer les opposants politiques, qui peine désormais à assurer les salaires des fonctionnaires et traîne plus de vingt mois de retard des revenus à caractère social, soutient sans rire qu’il n’y a pas de prisonniers politiques au Congo et que douze hôpitaux modernes vont très bientôt voir le jour au Congo, tandis que l’unique CHU de Brazzaville manque des médicaments de base, et a été déserté par beaucoup de médecins avec l’avènement du Covid-19 ! »  Le Congo présente un visage des lendemains difficiles et non celui de l’espoir.
Sassou SASSOU NGUESSO a t-il informé les Congolais sur les tests israéliens ou simplement a t-il vendu les congolais comme cobayes aux laboratoires israéliens, ces tests qui ont été réalisés au mois d’avril de cette année ?

« 365 prisonniers condamnés pour délits mineurs ou en fin de peine ont été libérés pour désengorger les prisons face au Covid 19.. Qui les a vus ? Cette information suscite beaucoup d’interrogation auprès des parents des prisonniers. Encore un gros mensonge à ciel ouvert ..Il n’y a pas de raison pour que Mokoko et Okombi Salissa en fassent partie »  On croirait l’entendre dire ce sont mes prisonniers personnels pourquoi vous mêlez-vous de mes biens….

Alors que l’ONG ‘‘Publiez Ce Que Vous Payez’’, alerte dans un rapport publié mercredi 6 mai , sur le site DAC E NEWS , sur les travaux à l’arrêt de 69 projets de santé du Congo-Brazzaville, Comme a son habitude le despote sassou balaie ces critiques. « Tout ceci est faux, aucun sou n’a été détourné. Tous les chantiers ont été suspendus à cause de l’effondrement des cours du pétrole, mais nous avons bon espoir de les relancer ».

Que reste -il a SASSOU à part le mensonge. Incapable même d’avouer ouvertement son soutien, qu’il a eu du mal à nier préférant éluder la question, à son fils devenu le paria du clan. L’enfant par qui tout le mal  arrive. La guerre des clans, le député « étranger » désavoué, le grand pilleur de la république… L’équation se complique Comment aider son fils sans être éclaboussé par les va-t-en-guerre du clan ??
Festoyer alors que le pays poursuit inexorablement sa descente en enfer dans une pauvreté inimaginable et indigeste, dans un désarroi sanitaire est inacceptable. Disons le, sans détours, que ce gouvernement croupion n’est plus crédible. A un an des présidentielles SASSOU, prépare une autre guerre au lieu d’une campagne électorale.

Jean-Claude BERI

Laisser un commentaire