Justice, Politique, Société, Tribune libre

Tony Gilbert MOUDILOU invite Denis Christel SASSOU NGUESSO à la retenue:   « N’est pas Président qui le veut   »  

 

TRIBUNE LIBRE

 

Par  Tony Gilbert MOUDILOU

 

LA FONCTION DE PRESIDENT DE LA RÉPUBLIQUE D’UN ETAT SOUVERAIN EST UNE FONCTION TRES, TRES PROTEGEE ET N’IMPORTE QUEL INDIVIDU N’Y A PAS ACCES OU PRÉTENDRE Y ACCÉDER S’IL NE REMPLIT PAS TOUTES LES CONDITIONS.  

« N’EST PAS PRESIDENT DE LA RÉPUBLIQUE QUI VEUT ». 

Débat sur la « présidentiabilité » de KIKI; KAKA Sassou Nguesso l' »Angwalima » zaïrois. (Le voleur agrégé sorti de la Grande Ecole de Mpila) 

La fonction de Président de la République est une fonction hautement contrôlée. Elle est symboliquement importante qu’on ne peut pas la laisser dans les mains de n’importe qui et d’y accéder. Qu’on soit le fils d’un chien ou d’une souri, être Président d’une République bien constituée engage des valeurs, des comportements, des normes, d’une morale, d’une éthique et par conséquent, mérite d’être hermétiquement protégée. Car ne peut pas être accessible à n’importe quel charlatan.  

Mon ancien Président de DEA de Relations Internationales à Paris X Nanterre le Professeur Jean Pierre Cot ancien Sénateur, ancien Ministre du Président François Mitterrand avait dit : « La politique est une chose trop sérieuse qu’il ne faut jamais la confier à n’importe quel individu ».  

Et c’est dans la même direction que nous pensons aller puisque nous parlons de Président de la République. Il serait dangereux de confier cette prérogative fonctionnelle, ses attributs à un margoulin, à n’importe qui, fut-ce l’enfant d’un Père qui était Président et quel Président, Sassou. Alors là, c’est le comble. Et au Congo, le cas de ce kaka est hypothéqué ; car étant un Angwalima. C’est plus criard et symptomatique. Au Congo de demain, s’il y a des gens des sociétés, des personnes qui doivent raser les murs et disparaître à jamais sur l’échiquier politique de notre pays, ce sont tous les SASSOU NGESSO et assimilés. Ils doivent disparaitre et jetés à jamais en prison, à défaut de les déporter sur une île où ils seraient seuls en prison comme au bagne de la Guyane où séjourna Alfred Dreyfus. 

AUX ETATS UNIS D’AMERIQUE. 

Aux Etats Unis d’Amérique, on peut occuper toutes les fonctions administratives, politiques et économiques en tant qu’américain à part entière mais jamais on ne peut aspirer ou briguer la Fonction de Président des Etats Unis d’Amérique si on n’est pas né aux Etats Unis et des parents américains. Pourquoi une si grande démocratie comme les Etats Unis d’Amérique a-t-elle pu instaurer un tel système barrant ainsi la voie à tout individu farceur ou sérieux à accéder à cette haute et suprême Institution. Pourquoi des grands noms comme ceux de McNamara, un grand Ministre des Affaires Etrangères des années 60 -70 ; qui avait brillé des mille feux dans ce pays et qui est resté des années durant à ce poste, n’a pas pu accéder à la Présidence de la République de ce grand pays. Tout simplement parce qu’il n’était pas né aux Etats Unis d’Amérique ; pourtant il avait tout occupé ?  

Et si aux Etats Unis, première puissance du Monde, l’une des plus grandes démocraties au monde, ait pu instituer une telle procédure barrière selon laquelle : « Ne peut être candidat à la présidence de la République que seulement et seulement tout américain né aux Etats Unis d’Amérique de parents américains ». Sinon beaucoup d’américains qui ont brillé dans ce pays auraient pu et dû être candidats mais hélas, ils étaient soumis à cette dure épreuve, cet handicap, ce barrage qui les empêche d’y accéder.  

La question est pourquoi ce frein alors que l’Amérique est l’une des plus grades démocraties du monde ? Pourquoi ne laisse-t-on pas tout américain briguer selon sa volonté la Magistrature suprême ? Tout simplement parce que : être Président d’une République engage beaucoup de contrainte ». Ca demande beaucoup de paramètres. C’est d’abord une Fonction très protégée. Ne peut être Président d’une vraie République, dans une vraie démocratie que celui remplit certaines conditions. Et l’une d’elles et c’est la principale ; il faut être de HAUTE et MORALITÉ. 

EN FRANCE ! 

En France ou nous sommes et que nous connaissons, il est établi dans la constitution de 1958 notamment dans son préambule que pour être candidat, il suffit d’être français. Mais il y a un « mais », sachant que ce pays est pluriracial pour qu’on ne s’inscrive pas dans le faux, pour qu’on n’incrimine pas les uns et les autres de racistes par exemple et pour qu’on ne dise pas qu’ils sont xénophobes, conservateurs, mais démocrates. Le législateur de ce pays a institué de façon subtile : subtilité qui n’est pas accessible à tout le monde : l’obtention de 500 signatures pour valider toute candidature. Des signatures qui sont octroyées par les Maires des villes.  

POURQUOI 500 SIGNATURES ? 

Des signatures qui consistent à valider une candidature et qui ne sont, ni plus ni moins une barrière. Une sorte de volonté inavouée et discriminatoire pour empêcher tout intrus à leur protégée fonction à ne pas permettre d’y entrer par effraction. Et c’est ici où faire la politique, n’est pas donné à tout le monde, à toutes les races et à toute la société. C’est là qu’on voit qu’en France, faire la politique, rien que la politique est protégée. Tenez, on a vu dans les années 80, 90 Bernard Tapie un richissime personnage qui avait cherché à y mettre son nez. Homme d’affaires, il avait voulu quitter son monde qui lui était voué et venir savoir ce qui se passait en politique. On lui a carrément fait comprendre qu’il n’était pas le bienvenu à la Secte. On a vu comment on lui a fait des histoires à l’en dégoûter et lui démontrer que là ; n’était pas sa place. Qu’il n’était pas des leurs. On lui a tellement fait des histoires qu’il en est sorti dégoûté et finalement malade. Il a été foudroyé par un cancer dû à toutes les tracasseries multiples qu’il a connues. On lui a inventé des subterfuges, des alibis, des boucs émissaires, crée des problèmes, qu’aujourd’hui, il est vraiment dégoûté. Et ça, c’est la France plus ou moins hypocrite : qui ne vous sourit pas et qui ne montre pas non plus, ses dents. C’est le narcissisme épate.  

Donc ce que ne disent pas assez les Maires des villes, les 500 signatures est un barrage fait aux candidats des minorités pour les empêcher d’être candidat. On peut le laisser être candidat mais, on sait qu’il n’y accédera jamais parce que les Maires, savent les consignes qui leur ont été donnés ; ce qu’ils ont à faire. Des consignes drastiques mais dont on ne parle pas et dont on ne fait même pas allusion. Et rien que ces 500 signatures, même si par la suite on peut avoir les moyens de faire sa campagne, et rien que la montagne des signatures vous ramollit.  

En France, le Maire est déjà instruit dans un Pacte républicain tacite. Il sait ce qu’il doit faire pour ne pas laisser passer n’importe quoi et n’importe qui qui n’est pas appréciable et ne faisant pas partie du « clan ». Le Maire sert de filtre pour ne pas laisser passer les indésirables à cette fonction protégée et qui ne doit être accessible qu’aux seuls français blancs, d’abord et de souche ensuite. Voilà la réalité dans chaque pays et c’est normal. Il faut protéger la fonction. 

AU CONGO BRAZZAVILLE. 

Tel que présenté, il serait injurieux que le voleur, de père en fils, de sœur en maman : des voyous qui n’ont fait que du mal dans notre pays, que compte tenu de tous les maux qu’ils nous ont faits : tirer notre pays au fin fond de l’abime ; malgré leur caractère nocif et criminel ; imaginer seulement qu’un autre Sassou comme le papa qui nous a détruits; détruit notre pays et que, par naïveté ou idiotie, nous remettions notre destin dans leurs bras, alors que nous les connaissons, savons tous ce qu’ils nous ont fait. A qui, allons-nous ressembler à des imbéciles et de peuple déjà averti ?  

Leur permettre encore à nous tuer et nous piller serait un acte insensé et d’une légèreté sarcastique de notre part. Et étant déjà mordu par eux, comment ne pourrait-on pas craindre l’arrivée d’un ver de terre ? Quelle naïveté nous pousserait encore à vouloir aller confier notre destin déjà fracassé par eux dans leurs bras ? Sommes-nous devenus des masochistes qui ne ressentons plus le mal ? Il serait indécent et inapproprié à ne pas comprendre cette logique qui ne demande même pas des connaissances mathématiques et donc ne souffrirait d’aucun quiproquo. 

Il aspire à reprendre le chemin de pèlerin tracé par son père et qu’ils ont tous suivi car tous des acteurs de bout en bout. Qu’un autre que leur père se détache et vienne encore s’asseoir dans notre fauteuil sacré ; répondrait de la schizophrénie, de la démence et d’une amnésie légendaire. Et une telle amnésie ne devait plus habiter les vrais congolais que nous sommes. 

Donc rien que pour être fils du voleur et lui-même déjà voleur; il ne peut par conséquent être candidat ; même au plus petit poste administratif et politique qui soit de notre pays. Les Sassou doivent disparaitre à jamais. Nous devons les éradiquer, les détruire à jamais dans des générations en générations. 

JURISPRUDENCE / AU PEROU. 

Il y a des pays qui ont tenté de fermer les yeux et privilégier le nationalisme républicain. Ils ont payé cher leur naïveté. Il y a quelques années le Pérou avait élu un certain Président d’origine japonaise Monsieur Fushi Mory. Et ce monsieur, aussitôt arrivé au pouvoir avait ramassé tout les biens du Pérou pour aller tout planquer au Japon. Aujourd’hui, il croupit en prison. Sa fille qui avait voulu prendre le bâton de combat légué par son père, s’est vue rejetée par les Péruviens il y a quatre ans à peu près. .Le passé de son père l’ayant rattrapé et remis à sa place où elle devait rester sans autre forme de procès. Donc ne tentons pas cette sale expérience au Congo. 

L’ARTICLE DE AIME CESAIRE MIAKASSISSA. 

Je comprends le point de vue de mon ancien et brillant élève de Mafoua Virgile Aimé Césaire Miakassissa, mon brillantissime Médecin et gynécologue de Tours. Je connais son Père ; Ancien Président de l’Assemblée et Patriarche du Pool ma région : j’ai parlé de Dieudonné Miakassissa. Je connais aussi mama Julienne, la maman d’Aimé et de ma Sylvie. Ils sont Kongos comme nous, venus du grand Royaume KONGO et tous les originaires de ce monstre héritage qui fait de nous des enfants uniques d’une même famille.  

Pour le moment, statuant publiquement et compte tenu du passé plus que récent de notre Ngoualima, étant le fils de celui qui a asséché notre pays et lui avec ;  

-Vu leur comportement devant la chose publique et l’état dans lequel cette famille a réduit le peuple congolais ; dans un esclavage qui ne dit pas son nom ;  

-Vu que cette famille étant devenue le bourreau de notre peuple qu’ils ont réduit à la plus simple expression ; les ruinant sans état d’âme et de façon inadmissible et irréfragable.  

-Vu qu’ils se sont comportés comme des charognards ou des mercenaires devant le patrimoine des congolais; 

-Vu ce qui précède, jamais en aucun cas, le NGOUALIMA kaka kiki Sassou du nom de son géniteur aujourd’hui bourreau du peuple congolais; 

Compte tenu de tout ce passif et actif qui les ont enchevêtrés tous dans cette famille, 

Par conséquent, ce bandit ; le criminel au même niveau que son Père géniteur, ne peut être candidat dans notre beau Congo. 

J’ai parlé !

A Paris le 6 octobre 2019. 

Maître Tony Gilbert MOUDILOU 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*