Politique, Tribune libre

Tony MOUDILOU : « PCT/UPADS tueurs de la république »

PCT/UPADS seraient-ils les seuls partis responsables des malheurs des congolais

TRIBUNE LIBRE  de:  Gilbert Tony MOUDILOU

Par : Gilbert Tony MOUDILOU

 

« LES INTRUS » OU LES FOSSOYURS DU MAL VIVRE DES CONGOLAIS. ILS VEULENT REMETTRE CA.
Ils sont opposés au bien-être du peuple congolais : la coalition des ennemis du peuple congolais.
– 31 Juillet ils créent le CNR (Conseil National de la Révolution)
– 31 décembre 1969 ils fondent le PCT (Parti congolais du Travail) ou la Naissance de la croix suspendue autour du cou de chaque congolais comme une présence mortifère.
Depuis et en dehors des intermèdes 1992-1997 de la présidence De Pascal Lissouba, le PCT règne en maître depuis 49 ans après 58 ans d’indépendance dont 44 ans de pouvoir sans partage. C’est inégalable et inégalé.

Il y a 9 ans pour le Pool et 5 ans pour le NIBOLEK et 44 ans pour les Mbochis. Et pour quel bilan ?

Il faut cependant retenir une chose. Depuis le changement de la constitution en 2015, le PCT a consenti de partager le Pouvoir avec sa sœur jumelle, l’UPADS. Nous disons sœur jumelle car c’est la seule appellation qui convient à cette Alliance diabolique et satanique, parce que les fondateurs et animateurs de ces Partis, nés peu après celle du CNR, sont tous les transfuges du Parti Congolais du Travail (PCT) dont ils sont cofondateurs. On n’exclut pas quelques résidus du Pool dont Ernest Ndala Claude, Moudileno Massengo Aloïse, Colonel Félix Mouzabakani, Fulgence Milandou, Nkombo Matsiona et de petits bambins qui y sont allés faire de stage dont Bernard Tchibambéléla, Edgar Diafouka-Bambela, Jean Ganga -Zanzou . Mais à la différence de leurs homologues du NIBOLEK, eux n’étaient pas allés crées un Parti dans leur région d’origine (le Pool).

Vu sous cet angle, nous disons donc que PCT et UPADS, c’est bonnet blanc ; blanc bonnet. Ils sont quittes. Ils se partagent toutes les dépouilles, tout le sang versé, tous les crimes, toutes les abominations, tout le malheur du peuple congolais depuis ces dates non prescrites. Les gesticulations de ces deux Partis, ces deux prestidigitateurs ne changent rien. A titre d’exemple, regardez bien la composition de toute l’Opposition congolaise, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du Congo. Quels sont les éléments qui l’animent et la composent ? Ou se sont accaparés de toutes les structures et le bâton de commandement ? D’où viennent-ils ? D’où sortent-ils ? Ils sont là se serrant la main les uns et les autres pour se protéger, protéger leurs arrières et se goinfrer ensemble. tel est leur point culminant et Pacte indestructible.

Quand ils ne sont pas au PCT, ils sont à l’UPADS ; ce qui donne sans exclusive : le FROCAD-IDC- J3M. Ils veulent à tous les prix contrôler toutes les structures et les activités concernant le Congo. Rappelez-vous un de mes articles que j’ai écrits il y a pas plus tard qu’il y a deux mois. Je dénonçais la coalition des Vampires, des bourreaux du peuple congolais : laquelle Alliance nous a toujours apportée des guerres depuis 1958. Et les trois guerres sanglantes que notre pays a connues sont issues de cette Alliance criminelle et satanique; celle des vampires.

Ils ont toujours chassé et assassiné ensemble depuis 1958 jusqu’à ces jours. Quand ils se séparent un oment, c’est provisoire. Ils ne sont pas loin les uns des autres. Ils s’épient, se surveillent et ont toujours cohabité même dans la nuit bien noire. S’ils se séparent un instant, ce n’est pour longtemps car ils sont trop liés pour le meilleur et pour le pire. Ils ont tué ensemble depuis et avant l’indépendance. Et tout s’est beaucoup accentué au sortir de la Révolution des 13-14 et 15 Août 1963 où Lissouba Pascal pour le NIBOLEK et Ambroise Noumazalaye pour la partie Nord du pays se livrèrent à une guerre des chiffonniers, une guerre sans merci ; fratricide qui avait ensanglanté notre société , se traitant de tous les mots violents. Nous étions comme dans un Poulailler où deux coqs ne pouvaient pas chanter ensemble. Il faut et il fallait que l’un s’éloigna ou s’éloigne de temps en temps et revenir s’il le faut pour réapparaître sous d’autres formes. Mais les deux ensembles ne pouvaient pas chanter dans le même cantique. C’était ni trop petit, ni trop grand. En tout cas, il n’y avait de la place que pour un seul coq mais jamais deux. Nous étions comme à la cité de KoKa Mbala où tout le monde portait une huppe comme chez les ananas.

J’ai toute la liste de plus des 125 noms qu’on appelle au Congo dans les officines présidentielles et administratives bien définies et déterminées : « les amis du Président » qui touchent chacun et chaque mois 15 Millions de nos francs au devant duquel se trouve Maître Martin Mbéri. Une belle liste qui m’avait été remise par les Services appropriées. Mais il faut voir les noms qui y sont, sur 100, il n’y a seulement que 2 du Pool. Tout le reste est issu de la coalition satanique qui a mis notre pays à genoux comme quand vous parcourez la liste des membres du Comité central du PCT de 1989, il n’y a que 4 fils du Pool, (Nganga-Zanzou, Fulgence Milandou, Combo-Matsiona et Edgard Diafouka-Bambela: pourtant la région la plus peuplée du pays et la plus truffée des plus brillants cadres de toute la République;

PEUPLE CONGOLAIS, « ZABAKENO LUKAYA LU BA KANGUILA MUNGU » (Il faut savoir identifier où trouver dans quelles mains se trouve votre bonheur : peuple congolais ?

Vous êtes votre seul juge.)
Ils veulent tous le départ de Sassou Nguesso et son clan. Reste à savoir s’ils sont d’accord sur celui ou celle qui en prendra la tête du Pouvoir du PCT. Pour les uns, il faut que le Pouvoir reste au Nord et pour les autres, il faut récupérer le Pouvoir usurpé par Sassou. Que ce soient pour les uns que pour les autres, peuple congolais, cette guerre qu’on mène sur vos têtes contre vous, contre votre avenir et votre bonheur, votre bien-être : le comprenez-vous ? Car vous savez depuis 49 ans de vie commune, où cette alliance, celle coalition a amené notre pays ? Pour les dirigeants de cette alliance, c’est leur bonheur à eux-seuls et à leurs familles qui compte. Je les vois ici en France où ils ont chacun une résidence, je les ai tous visités, ils ne pensent qu’à eux. Les populations du fin fond de la Région de la Bouénza à Imongo, de la Lékoumou à Bambama, du Niari à Divénié, de la Cuvette ouest à Ntokou, de la Sangha à Souanké, de la Likouala à Bétou et même de la Cuvette Centre à Tchikapika, qu’on me dise de quoi ont-ils bénéficié ? Si ce n’est ne rester là que pour applaudir ceux qui se goinfrent ?

Pendant ce temps, Sassou Nguesso n’est pas bête. Que fait- en l’occurrence ? Il nomme un Premier Ministre issu des Pays du Niari et bien encore pour bien enfoncer le clou, il vient de nommer Ntsaty Mabiala de la Bouénza par décret présidentiel Président de l’Opposition. Mais quelle foutaise, quelle ignominie, une telle reminiscence ne revient pas à l’esprit à travers le monde, un tel parjure, une telle fadaise, une telle insulte, une telle calomnie, une telle malveillance, une telle perfidie abjecte, nauséabonde, puante, dégoûtante, infecte, fétide, immonde, repoussante, méprisante, dédaigneuse, indigeste ; il faut venir au Congo de Marien pour vivre ça et où les borgnes sont devenus Rois.

Depuis que toutes les intelligences et savantes ont été sciemment par égoïsme mises dehors, à l’étranger ; à l’intérieur, les crapauds coassent et jugulent. C’est l’éternelle fête tant que ceux qui peuvent les gêner sont dehors. Ensemble, les imbéciles, au devant duquel se trouve le plus gros idiot d’Afrique Sassou Nguesso, ils ont réussi à amener notre pays à la banqueroute. Ainsi ils ont bouclé la boucle. Sassou Cuvette PCT + Premier ministre Lékoumou et Ntsaty Mabiala Président de l’Opposition (deuxième Gouvernement) Bouénza, la coalition est ainsi bien constituée et bien servie. Qui dit mieux !

Ensemble, ils assument, ils gèrent, ils volent, ils cautionnent le génocide qu’ils officient devant vos yeux largement ouverts, vous prenant même à témoins. Ils font des guerres contre le Pool, ils pillent notre pays, ils se partagent toute notre richesse et vous peuple congolais, êtes là comme spectateurs de votre usufruit, de votre patrimoine que vous ne pourriez même pas revendiquer. On ne pourra pas dire qu’ils ne savaient pas ; que les populations de ces régions n’étaient pas au courent. Qu’on faisait tout ça contre leur gré et à leur insu. On ne dira pas non plus que Sassou menait ce génocide contre les populations du Pool seul. Toutes les jérémiades que vous entendez de leur bouche sont des moqueries. Peuple du Pool, ne croyez pas qu’ils compatissent avec vous dans votre douleur.

Non ils applaudissent ; bien au contraire et dansent ensemble. Ils se disent : « on va les exterminer. Mais Guy Menga dit dans la Marmite de Koka Mbala : « Ce n’est pas en détruisant un plant d’une bananeraie qu’on détruit pour autant toute la bananeraie » ; bien au contraire : « bifua bissassa » le « sanda » n’a jamais été détruit pour autant. Et leur chef spirituel, le chef de la coalition a toujours fonctionné ainsi. Il aime opposer les uns contre les autres ; les régions contre les régions, les ethnies contre les ethnies, les clans contre les clans, les familles contre les familles, les sœurs contre les sœurs, les oncles contre les nièces (Soukoula Poity) et enfin les Frères contre les Frères ( les Kolélas Parfait contre Landry où ils ne se regardent plus, ne s’appellent plus, ne se fréquentent plus, ne veulent même pas savoir ce qu’est devenu l’un et l’autre et où comme on me l’avait dit là-bas quand il y a deux ans, j’y suis passé. On m’a dit là-bas que: sauf mort d’homme sinon, c’est mieux comme ça. Parfait a été isolé. il vit retranché avec ces quelques militants qui lui sont restés fidèles malgré qu’il est pingre comme un chat. Sassou est un véritable démolisseur des familles.

Tout était décidé et plus accentué depuis 1992, année à laquelle ils n’ont décidé que du pire et de façon plus fantasmagorique, criminelle et satanique quand, alors qu’au sortir de la Conférence Nationale, les Conférenciers avaient décidé de mettre en quarantaine le maudit Parti qu’est le PCT. Mokondzi Mobé nous proposera même de mettre Sassou Nguesso dans un Monastère pour que les congolais aillent le voir là-bas comme quand on va voir les singes dans un zoo. Mais c’était sans compter sur la malfaisance, au refus de l’UPADS au bonheur du peuple congolais. Nuitamment, ils créèrent ou remirent ça, cette Alliance, cette coalition assassine qui nous fait mal. Car en s’alliant à un diable rejeté par tout le monde, par l’ensemble du peuple congolais c’est-à-dire les 1200 délégués que nous étions à la Conférence Nationale Souveraine, l’UPADS faisait fi à une résolution sacrée qui avait le Pouvoir de lier et de délier.

L’UPADS remettait sur les rails, un Parti sérieusement sanctionné par tout le peuple congolais et comme ça, ils pouvaient gouverner ensemble. Et lors des élections de 1992, me dira le Secrétaire du PCT, lui- même mon défunt grand Frère Ambroise Noumazalaye et devant témoins Célestine Nkouakoua alors que nous étions à table chez lui à YERRES dans la Région parisienne et Ignace Téndélé son neveu, que c’est le Savoir faire du PCT qui a permis à Lissouba de gagner les élections présidentielles de 1992, devant Kolélas. C’est le PCT qui avait bourré les urnes et de façon irrémédiable, ce qui permit à Lissouba d’être élu. Tout ça, parce que le PCT s’attendait à ce qu’ils gouvernent ensemble et comme ça, ils étaient protégés et les résolutions contraignantes de la Conférence Nationale Souveraine qui préconisaient de les poursuivre tombaient à l’eau Puis qu’il fallait se protéger mutuellement entre barbares, assassins et voleurs patenté. Malheureusement on verra plus tard, que le Président Pascal Lissouba ne satisfaira toutes les doléances, il ne mit pas en exergue ce qu’ils avaient signé ensemble d’où le chambardement que nous connaissons et qui a amené le coup d’Etat du 5 juin 1997 et ses conséquences que nous vivons jusqu’à ce jour.

Et comme s’ils n’ont pas assez fait de mal à notre population, ils remirent ça : la même alliance barbare qui tue, annihile, détruit, assassine, corrompt, ramène notre pays à l’âge de la pierre taillée, au Moyen âge : à l’image des deux peuples du NIBOLEK et du PCT. Le PILLAGE, n’est-il pas la seule invention, la seule usine que l’UPADS nous importa et institua au pays ? C’est l’UPADS qui nous a importés le PILLAGE comme l’Affaire des MILICES. Quand tous les villageois du NIBOLEK sont arrivés à Brazzaville et ont vu les maisons bien construites des fils du Pool, ils se sont dits, mais ce n’est pas possible, or il y a des gens qui vivent bien et dorment dans de belles maisons et nous, dormons dans des huttes ? Eh bien nous allons voir ce que nous allons faire ! Ils se sont mis à piller Bacongo, Makélékélé et tout le Sud de Brazzaville. Et pour bien honorer cette invention nibolékoise, quand Sassou gagne la guerre sur ses anciens Alliés qu’il renvoie dans leur village pour y aller réfléchir et revivre avec leurs cochons, il permet pendant 15 jours à ses Cobras d’aller piller Bacongo et tout le Sud de Brazzaville. Résultat de leurs efforts de guerre, leur dira-t-il. J’étais terré à Sangolo dans une petite case, assistant à tout ce scénario macabre. Et c’est sur cette même lancée que le Sergent-chef Dabira, car un vrai Général ne se comporte pas de la sorte, il est éthique, digne et exemplaire. Lui va faire ramasser toutes les voitures qui se trouvaient à l’Ambassade des Etats Unis d’Amérique pour en faire siennes provoquant ainsi une crise diplomatique entre les deux Etats. Voyez-vous le toupet qui les caractérise truand de ces deux Alliés (Vol systématique de tout ce qui tombe devant leurs yeux).

Ce qui est extraordinaire, c’est que bénéficiant de bonnes relations avec les uns et les autres notamment avec le Président Pascal Lissouba qui dans ces dernières années où il était encore serein, il me confiait tout : l’argent qu’il allait aller cacher en Afrique du Sud et que ses anciens collaborateurs avaient utilisé comme monnaie d’échange auprès de « nioka » pour le retour au pays me confia tristement le Président Pascal Lissouba. Entretiens que j’eux les bons soins d’enregistrer pour la prospérité et pour l’histoire. J’ai ces enregistrements bien rangées dans ma banque pour demain. Le jour que je mettrai cela sur la Place publique, il y aura des larmes et des lamentations. Les uns chercheront à s’enfoncer sous terre.

Il y eut semble-t-il dans leur Accord PCT/UPADS, i une clause secrète non écrite comme l’est d’ailleurs celle que les fils du Nord se sont administrée : comme quoi personne ne peut être candidat au Nord que Sassou Nguesso et celui qui outrepasserait cette clause, il sait ce qui l’attend : la MAISON D’ARRÊT DE BRAZZAVILLE où le Procureur Ngakala leur rappellera régionalement et ethniquement les éléments de la clause. Cette clause stipule : que la

« LA REGION DU POOL ET SES POPULATIONS DOIVENT ETRE ANÉANTIES. LA REGION RASÉE et LES POPULATIONS MASSACRÉES ET EXTERMINÉES ».

Cette clause avait été mise en place en 1992- 1993 mais était restée inachevée. Serait-elle celle qui a justifiée les massacres de 1998-2005 et dont la coalition continue l’exécution aujourd’hui ? Ou sommes-nous devant une autre clause, celle-ci encore secrète et qui déclencha la guerre du 5 avril 2016 à nos jours, à travers l’Opération Mouébara et Ardoise ?

Devant un tel comportement contre leur région, leurs parents, que pensent : les KOLELAS, Isidore Mvouba, Claude Alphonse Nsilou, Gérard Bitsindou, Nkombo Matsiona, Ernest Ndala, André Hombessa, Hellot Mampouya, Bernard Tchibambéléla, Adélaïde Moundélé Ngollo, Célestine Nkouankoua, Jean Pierre Manoukou Kouba, Fulgence Milandou, Edgard Diafouka-Bamnela et tous ces renégats qui tournent autour du gain de l’argent sale souillé par le sang de notre peuple.

J’apprends à mon peuple que MOI MOUDILOU fils de Diambaka Paul et de Nkatoukoulou Henriette, ais rejeté toutes les offres alléchantes que m’a toujours pavoisées, offertes l’homme depuis le 13 décembre 1992 (témoin Jean Marie Ewengué ancien Ambassadeur du Congo en France), 2005 quand mon patron Bernard Kolelas ira réactionner l’Alliance MCDDI /PCT. Il demanda 5 noms des cadres que l’homme devrait nommer Ministres. Et il insista pour que le nom de MOUDILOU y figure en bonne place. Contacté,

J’ai décliné l’offre. Il m’a appelé en 2014- 2015-2016 devant grands témoins dont je taie encore les noms, il me proposa de bons postes ministériels et tout dernièrement, il me supplia presque de prendre la Mairie de Makélékélé comme Député-Maire en remplacement de mon petit Frère Maurel qui ne répond plus. Et ensuite, il me mettait au Gouvernement. A toutes ces propositions j’ai dit non parce que je ne peux pas aller me goinfrer au Pouvoir avec quelqu’un qui massacre mes parents. Mon éthique, mes valeurs et ma conscience repoussent de telles offres entachées de sang et de compromissions et mes parents ; même morts déjà ne seront pas contents de moi. Qui en dit mieux ? Or de tous les noms que j’ai cités plus haut, personne n’a jamais envisagé de démissionner, pourtant ce mot existe à cause de telles situations énigmatiques; mais sauf Parfait Kolélas qui l’a fait mais pour d’autres circonstances que je pourrais vous expliquer prochainement.

Je ne comprends pas comment font tous ceux que je viens de citer quand Sassou massacre leur parents, détruit nos village ? Comment arrivent-ils à dormir, à se mirer dans leur miroir ? Pensent-ils et diront-ils qu’ils sont au Gouvernement parce qu’ils travaillent pour leur pays, pendant que leur chef tue, assassine impunément leurs parents ?

1°- Le PCT SASSOU livre la guerre la guerre aux Kouyous dans la Cuvette centre ; c’est l’affaire Pierre Anga.

2° – Le PCT SASSOU sous couvert de l’UPADS, livre la guerre dans le Pool contre les populations de cette région – c’est la guerre de 1993- 1995.

3° -Le PCT SASSOU livre la guerre à la région du Pool après le coup d’Etat de 1997 contre le Président Pascal Lissouba. C’était la guerre qui part du 18 décembre 1998 à 2005 ou la Déportation des populations du Pool dans les forêts. Les opérations Colombe 1 et 2 ; Hérode et Mouébara 1 sont mises en action. Le Directeur de la DGST, mon petit Frère bien aimé, paix à son âme, m’en parlait très souvent et longuement quand il venait me chercher dans sa belle voiture et que nous devrions faire la ronde de tout Brazzaville, nous passions des heures et des heures à sillonner la capitale la nuit tombée et nos conversations dans sa voiture était la situation de notre pays. Nous ne parlions que de cela. Et aussi de ses parents qui ne l’avaient jamais aimé quand ils étaient au pouvoir et qui ne lui avaient jamais donné ne fut-ce qu’un petit poste pour avoir 100F. Il me laissa des choses à faire exploser tout le Congo le moment venu. J’ai tout le monde dans mon enclos, vous tenant en laisse pour que vous ne vous évadez pas.

4°- Le PCT SASSOU actionne à nouveau la guerre de 2016 contre le Pool. Les opérations Mouébara 2 et Ardoise sont actionnées. Ce sont les opérations punitives militaires qui répondent à un programme préétabli et qui respectent le calendrier bien précis. Réponse à la question : Deux Partis : PCT/UPADS.

LE VOL EN MILLIARDS AVAIT ÉTÉ COMMENCE PAR L’UPADS PARACHEVÉ PAR LE PCT COMME CONCLU ENTRE EUX DEUX.

Aujourd’hui, parmi ceux qui se disent Opposants, nombreux sont ceux qui ne le sont pas étymologiquement et tel que nous l’entendons dans le vrai sens du mot. Beaucoup de dirigeants de l’UPADS n’ont jamais quitté le PCT (Mbéri Martin et autres dont je taie les noms car je les ai sur une longue liste remise par les Services pour l’utiliser à bon escient et à des fins historiques. Aujourd’hui, ils coiffent toutes les structures de l’Opposition pour en garder le contrôle ; mais quelle opposition ? La coquille vide ? Car la vraie Opposition elle, est incarnée par les dirigeants du Pool. C’est le Pool qui décide pour toute action contre le Pouvoir : mettre les gens la rue. Si le Pool ne décide pas, rien ne peut s’entreprendre. Alors comment peuvent-ils parler des responsables de l’Opposition quand ils ne contrôlent rien et même pas leurs propres toilettes ?

Ainsi en s’enchaînant collectivement et mutuellement pour manger et mourir ensemble, le PCT et l’UPADS avaient décidé de sceller l’avenir du Congo. Vous avez vu que 49 ans de présence du PCT et 44 de pouvoir exclusif du PCT/UPADS, ils sont les seuls Pouvoirs qui ont embrassé les Milliards dans leurs Budgets. Le Pool n’avait en 1968 que 14 milliards comme Budget le plus élevé de sa mandature et vous devez savoir que toutes les Ecoles, tous les Hôpitaux, les dispensaires, les plus de 50 Usines que la coalition a détruits avaient été créées avec ces petits Budgets. On avait plus de 50 usines qui répondaient et employaient plus de la moitié de notre jeunesse et l’ensemble du peuple congolais. On vivait comme en Europe. On mangeait le matin, le midi et le soir. Rien ne manquait dans ce Congo qui nous a tous vus naître et grandir.

Quand la coalition, les démolisseurs sont arrivés, avec des budgets tellement costauds ne sachant même pas comment faire avec, tellement que l’argent se ramassait à la pelle en se baissant ; ils s’en sont tous distribués aimablement et chacun des responsables de la coalition PCT/ UPADS a une maison en France pour ne parler que de France où ils se replient tous quand ils sont chassés et ne se regardent plus mutuellement. Mais les acquis du système eux, sont toujours là, imperturbables, immobiles, immuables. Ils doivent perdurer et dans tout cela, le peuple congolais ne voit que du noir. Il ne comprend rien de ce qu’on lui pavoise, parfume. Pas de bouleau, pas de travail. Aucune création d’emplois, puisqu’il n’y a aucune naissance d’entreprise. Ils ne savent pas faire cela. Ils ne savent pas comment faire. Ils n’ont aucune relation. Mais ils veulent à tous les prix ; être toujours au Pouvoir ou arriver au Pouvoir. La question est : POURQUOI Y FAIRE VRAIMENT ?

Ils ne savent que retourner les vestes : toujours rouges selon qu’on est au PCT et vert jaune selon qu’on est à l’UPADS comme ça tous les deux portent les couleurs de la République parfumées. Le serpent mue. Il change que de peau mais jamais sa nature. La tortue aime jouer son jeu très dangereux : d’un côté elle est la carapace, de l’autre, elle reste toujours la carapace. Et à ce moment là, comment faut-il la prendre ? Le Président Marien Ngouabi l’un des créateurs du PCT, disait que ceux qui aiment jouer à ce jeu, devraient revoir leur position car ils ne pouvaient pas continuer à jouer à ce jeu. Ou ils révisent leur position ou ils descendent et repartent à l’Ecole de la sagesse. Mais jamais ils ne peuvent continuer sur cette position d’hypocrites impénitents. Et souvent, avec eux, on repart toujours à la case de départ et c’est l’éternel recommencement auquel ils nous ont habitués depuis le 31 juillet 1968 paraphée et réhabilitée le 31 décembre 1969.

On ne transforme pas le faucon et le vautour en colombe ; jamais ! C’est impossible ! Donc PCT/ UPADS, c’est bonnet blanc ; blanc bonnet. C’est le tabac de la même pipe sorti du même cultivateur. C’est pourquoi citoyen congolais, peuple de mon pays, c’est vous qui devez décider de votre avenir, de votre sort. Voulez-vous un nouveau Congo qui vous nourrit, qui vous soigne, vous éduque, vous apporte du travail, paye vos pensions de retraite, paye vos bourses. C’est à vous de choisir si vous voulez travailler pour les voleurs, les hypocrites, les mafieux qui ne sont là depuis le 31 juillet 1968 – le 31 décembre 1969 que pour eux-mêmes. Ils ont tous des maisons en France et je pourrais vous les mettre sur document, article la prochaine fois. Tous : de l’UPADS au PCT. Avec eux, c’est le Statut quo, c’est l’immobilisme. Ils ne savent rien faire, rien inventer, rien innover. Alors pourquoi voulez-vous toujours leur confier votre avenir déjà hypothéqué et compromis et qui voilà 49 ans n’a jamais changé d’un iota.

Le Pool est la seule région qui : quand elle dit, elle fait. Elle a le souci pour son peuple, pour la grandeur de son pays. Ce qui n’est pas le cas des coalisés. Le Pool sait transformer le marigot en fleuve puis en mer ; le désert en terre fertile. Ce qui n’a jamais été le cas de la coalition qui 49 ans durant, n’a jamais réussi à ériger une petite toilette dans les rues de Brazzaville. Nous sommes devant une véritable Alliance criminelle qui existe depuis 1958 et s’est mise activement au travail depuis et sous Massamba-Débat qui, en faisant rentrer ceux qui vont devenir sa propre croix suspendue autour de son cou comme un fardeau, ce sont ceux-là qui vont même le déposer.

Ce sont eux qui tuaient, assassinaient la nuit tombée au nom de la JMNR /MNR et ils accusaient Massamba-Débat de népotiste. Nous avons tous les noms de ces bandits à partir de ceux qu’on va retrouver dans l’assassinat des Trois Hauts fonctionnaires / Lazare Matsokota, le plus crac et les plus intelligents de tous les congolais de sa promotion. Il les faisait tous trembler en France et pour cette haine accumulée, rentrés au Congo, les frustrés de Lissouba, Noumazalaye qui n’avaient jamais terminé leurs études, vont s’acharner eux, les trois intelligences déjà ciblées ; ces trois hauts cadres de la République : Lazare, Joseph Pouabou et Anselme Massouémé tous du Sud et où les mains sales et jalouses de Noumazalaye et Lissouba devraient faire refroidir pour convoitise, haine et jalousie. Conformément aux déclarations et témoignages retrouvés au Procès du Président Alphonse Massamba-Débat (Novembre 1969 (archives du Congo) que seul MOUDILOU a ; celles du Congo ayant été détruites par ceux qui ont peur de se mirer devant leurs propres forfaitures et parjures sur le miroir du Congo notre référence).

Ceux qui n’ont jamais compris, notamment certains égarés fils du Pool : Fulgence Milandou, Nvouba, Ernest Ndala, Félix Mouzabakani, Anges Diawara, Combo-Matsiona, alors qu’ils étaient ensemble avec les Martin Mbéri qui tuaient la nuit tombée, et pourquoi les fils du Pool furent tous écartés pour ne rester qu’entre eux NIBO/MBOCHI et formé le PCT dur et qu’ils dressèrent contre eux? ils les écartèrent carrément du Pouvoir ? Ceux qui, en 1968- 1969 prêtèrent la main forte à l’ennemi du Pool, contre le Pouvoir de Massamba-Débat en croyant mieux faire ne se sont-ils certainement rendus compte qu’ils s’étaient vraiment fourvoyés ? Et où sont-ils aujourd’hui tous ceux qui avaient brillé des mille feux sous ces coups d’Etat ; d’abord du 31 juillet 1968 et du 4 septembre 1968 ?

PCT/UPADS = TUEURS DE LA REPUBLIQUE ; sortis d’un même moule. Vous peuple congolais, vous devez les exclure des enjeux politiques, du vrai combat car ils ne sont pas là pour vous mais contre vous. Cette coalition doit être cataloguée, étiquetée comme des « INTRUS » qui étaient rentrés par effraction dans votre basse-cour, vous pillant, vous volant et vous laissant les bras ballants. Nous devons tout faire pour que ces bandits, car il n’y a pas un autre qualificatif pour les citer que ça ; ils doivent être vraiment exclus de la politique. Car ce qu’ils ont fait à notre pays est inédit, impensable. Or avec un Pool au Pouvoir, et avec tout l’argent amassé, imaginez dans quel paradis, serions-nous ? La démonstration, nous l’avions déjà faite et c’est d’ailleurs pour cela qu’on ne souhaiterait pas qu’on revienne parce qu’ils n’auront plus de places pour tromper les congolais.

LES ENFANTS DU POOL QUI SUIVEZ AVEUGLEMENT COMME DE VÉRITABLES MOUTONS DE PANURGE LES MOKOKO, AIGRIS ET REVANCHARDS COMME LEUR PÈRE SPIRITUEL SASSOU : RAPPELEZ-VOUS DE TOUS LES NOMS QUE J’AI CITES PLUS HAUT : ILS ONT FINI PAR ETRE DES TRANSPORTEURS DE SACS DES MBOCHIS. ILS ONT ÉTÉ RELAYES A LEUR PLACE OU LE SAVANT EST DEVENU LE TRANSPORTEUR DES VALISES DES CANCRES.

Vous devez savoir que que Mokoko personne n’en a voulu au Nord de la République. Ni Bowawo, ni Mabilembolo, ni le Colonel Ndzambila, ni Maléka, ni personne n’en voulait même pas que je prononce le nom de MOKOKO devant eux. Donc comme nous le disons au Pool :

« Zabakeno lukaya lu bakanguila ka mungua ». wo wé na makutu ka wa. Kani ni vutua wa lu tela ko mbala zole ».

CONCLUSION : Si Sassou et son clan partent demain avec les mêmes personnes que nous voyons à la tête de l’Opposition, nous ne serons pas encore sortis de l’auberge. Notre purgatoire continuera. Les mêmes voleurs, les mêmes pilleurs qui ont conduit notre pays en déroute, à la banqueroute, à l’âge de la pierre taillée, nous n’aurons alors rien compris sur cette terre. Alors, n’allons plus à l’Eglise aller prier pour demander, je ne saurai plus quoi à Dieu. Aujourd’hui, nous justifions la traque à nos « INTRUS »c’est-à-dire, celles ou de ceux qui ne sortent pas du même moule qu’eux, qui les empêchent de tourner en rond, et qui ne font pas partie de leur confrérie des truands, qui veulent se donner une virginité politique. C’est ici que nous appelons à la mémoire et à la clairvoyance de tous les citoyens congolais de par tout le Territoire national sur les 342.000 km2 pour qu’ils choisissent entre la vie ou la mort, le bonheur ou le malheur, le paria ou le bien être, et continuer avec les mêmes délinquants, assis confortablement dans leurs fauteuils. Et comme le Corbeau et le Renard, nous attendrons qu’ils nous relâchent un morceau fromage de leur bec. Et comme ils ne feront jamais, donc nos difficultés ne sont pas prêtes à se dissiper.

Peuple congolais, jeunesse vous ne méritez pas le Congo que nous offre l’Alliance PCT/ UPADS, celui des quémandeurs, des pauvres. Vous méritez un million de fois mieux. Il suffit d’arrêter votre soutien à des gens, sous-prétexte qu’ils sont de la même région, de la même tribu qu’il faut impérativement leur apporter votre caution. Ils n’en méritent pas. Ils n’en valent pas la peine. N’écoutez pas ceux qui viennent vous mentir surtout quand ils sont éjectés par leur mentor : qui font et jouent à l’aveugle, au sourd-muet quand ils sont à l’intérieur ; voient et entendent quand ils sont mis hors jeu.

Rappelez-vous de cet homme qui, entre autres, le 4 mars 2012 ne voyait pas ce que plus de 4 Millions des congolais voyaient : c’est-à-dire les piles et les piles des morts, une ville entière détruite à 110 % ; Il refusa de voir car il fallait protéger le gourou qui n’aime pas qu’on dise la vérité, tellement que depuis 1969, on leur a appris à mentir pour ne pas frustrer le patron qui est très chatouilleux à la vérité.

Voudrez-vous continuer à soutenir des hommes et des femmes qui se soutiennent mutuellement dans le mensonge criminel ? Ils sont complaisamment complices par omission pour crime de génocide, de détournement des deniers publics et d’abus des biens sociaux etc… A Chacun d’entre nous d’interroger sa conscience ; à savoir : que voulons-nous pour notre Congo et pour nous-mêmes ? Car avec ces gens-là, personne ne poursuivra personne. Ils se tiennent mutuellement et rien après le départ de Sassou pour lequel nous sommes en train de travailler activement, rien ne va se faire avec eux. Ils referont comme en 1992 quand ils se sont tenus la main dans la main comme des frères siamois. C’est pourquoi il faut faire confiance à la nouvelle nature si on peut l’appeler ainsi et si vous rêvez d’un Congo nouveau débarrassé de tous les morpions, les INTRUS. Voulez-vous vivre mieux, sans risque de nous tromper, nous sommes prêts à vous l’offrir le paradis car nous avons l’âme, la conscience, les relations, les cœurs et le patriotisme ambiant, l’honnêteté intellectuelle pour vous faire surgir des cendres un beau Congo : uni, fort et développé capable de donner à manger à chacun d’entrevous : à boire à chacun de ses fils de la NATION.

MAIS TERMINONS PAR LA BELLE MÉTAPHORE DE GUY MENGA QUI : DANS LA MARMITE DE KOKA MBALA LE ROI WAMBA NOUS ENTRAÎNE DE FAÇON MAJESTUEUSE ET PITTORESQUE DANS SA PLUS SPLENDIDE RÉPLIQUE A SES CONSEILLERS DEVENUS PAR TRANSITIVITÉ : SES DÉTRACTEURS.

Peuple congolais, réappropriez-vous de notre souveraineté que la coalition PCT/ UPADS vous ont volée pour en faire leur propre usufruit. Mais suivons plutôt le Roi de KOKA Mbala Wamba conclure en ces termes :

« Le Roi : Bitala, je suis content de constater enfin que je ne me trompais pas lorsque je m’obstinais à vouloir épargner ta vie. J’avais, du moins le pressentiment que cette voie était la bonne malgré tout ce qu’elle comportait d’inadmissible, d’étrange et d’insolite. Mais j’ai tenu bon et mon opiniâtreté triomphe aujourd’hui. Je dois en partie cette victoire à mon épouse préférée, Lemba, qui n’a cessé de m’encourager et de me prodiguer de bons conseils et qui, courageusement, vient de m’encourager de détruire cette marmite qui a semé la terreur dans tant d’esprits. Aujourd’hui, c’est notre jeunesse qui se libère du joug de l’oppression des anciens, demain il faudra que cette même jeunesse puisse aider la femme à briser la gangue où notre société se complaît à la maintenir prisonnière.

Mes enfants, loin de vous désapprouver, j’admire votre courage et votre détermination de mettre fin à un régime où les abus commençaient de me suffoquer. Croyez-moi, en vous libérant de notre excessive emprise, vous nous avez libérés, mes notables et moi-même, d’un état de peur panique qui nous dépersonnalisait devant cette maudite Marmite. Ce sont les Mânes qui vous ont envoyés, mes enfants, car elles aussi, ont fini par être lassées devant l’écoulement presque ininterrompu du sang des jeunes victimes que notre tribunal faisait exécuter presque à chaque nouvelle lune. Ce sont aussi, j’en suis sûr, les Mânes qui exigent par vous que le Conseil des notables soit dissous ; Eh bien ! Il l’est à partir de ce moment. (Cris de joie, applaudissements des jeunes).

Un autre Conseil sera mis sur pied à la prochaine lune et je propose que deux ou trois jeunes gens de votre choix en fassent partie. (Cris de joie et applaudissements des jeunes) et le RIDEAU se ferma !

Ainsi se termina en beauté la servitude et la brimade à Koka Mbala !

J’ai parlé !

A Paris le 27 mars en guise de communion avec les pauvres prisonniers dont le procès de la honte indigne et funeste, orchestré par un malade mental commence tout à l’heure à Brazzaville au Congo où le bourreau SASSOU veut juger des innocents dont mon Frère le Général J.M.M Mokoko à qui je demande beaucoup de courage ! car comme YHOMBI en 1990 après notre Conférence Nationale Souveraine, nous vous libérerons après notre Conférence Internationale qu’aucune main; même diabolique ne peut arrêter car c’est comme le tsunami).

Le Premier ministre du Gouvernement congolais en exil,
Maître Tony Gilbert MOUDILOU.

NB : Je vous invite à écouter avec moi cette belle chanson qui m’a accompagné dans la rédaction de cet article : « YA ME LUNGA YA YESUS !» (Le temps est accompli).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*