International

Triste réalité au Zimbabwe: Un président indéboulonnable presque déboulonné

Par : LA GRIFFEINFOS JOURNAL

Robert Mungabé, le président de la République du Zimbabwe, passe quelques mauvaises heures dans son palais.
Il est mis à résidence surveillée par l’armée décidée d’arrêter tous les partisans du pouvoir soupçonnés de malversation économique et des souffrances du peuple.

Les militaires indiquent que « ce n’est pas un coup d’Etat » comme certains le croient. Mais, la tension est sournoise à Hararé où les coins de la ville sont quadrillés par les blindés.Les militaires ont bloqué la radio et l’entrée du parlement. Les populations vaquent tranquillement à leurs activités dans la timidité.

Le président sud africain va envoyer deux émissaires au Zimbabwe pour toucher du doigt la réalité de cette tension et connaitre les tenants et es aboutissant de cette décision militaire.

D’aucuns pensent qu’il s’agit d’une stratégie militaire pour déboulonner le président Robert Mugabé au pouvoir depuis 40 ans. Des observateurs estiment que cette purge est déclenchée par le vice-président évincée par Robert Mugabé pour le remplacer sa femme Grace Mugabe. Dynastie à l’africaine oblige.

 Depuis, le président Robert Mugabé est taxé de dictateur par certains opposants dans le monde au regard de ce qu’il fait à son peuple. Car parler du pouvoir dans ce pays est passible à un long emprisonnement sans verdict judiciaire. Toute personne critiquant la gestion de ce pouvoir peut aussi écoper 10 à 20 ans d’emprisonnement. Elle peut également y perdre sa vie « le ciel ne tombera pas ».

Au Zimbabwé on ne défie pas Robert Mugabé dans les Urnes. Il gagne toujours comme la plupart des chefs d’Etat africains. « On n’organise pas les élections pour les perdre » disent souvent les gestionnaires des pouvoirs africains.
Au zimbabwe, le totalitarisme, la dictature, la corruption, le mensonge etc sont des bon maux pour le pouvoir.
« Chaque chose à son temps » dit un adage. Robert Mugabé va t-il perdre le pouvoir sous cette tension qui ne dit pas son nom de coup d’Etat militaire?
Nombreux se posent la question de savoir si un président de la République mis à résidence surveillée par son armée peut-il encore compter sur celle-ci?
Ce sera un grande première pour le commun des mortels du monde.
Il est signalé que Madame Grace Mugabe l’épouse du Président Mugabé se trouverait déjà en Namibie pour éviter la vindicte militaire.
Plusieurs ministres dont celui des finances et dirigeants du parti au pouvoir sont emprisonnés

affaire à suivre

LA GRIFFEINFOS JOURNAL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*