Editorial, Education, Medias, Politique, Société

Un pays plongé dans le déshonneur et la perfidie

Un pays plongé dans le déshonneur et la perfidie

 

Par

Jean-Claude BERI

Lorsqu’on  1998, SASSOU NGUESSO marchait sur des milliers de cadavres des congolais pour célébrer sa victoire macabre sur le peuple, on savait que le Congo venait d’entrer en plein dans l’ère de la barbarie de des assassinats crapuleux. On se préparait à vivre l’injustice, le non-respect des droits de l’homme et surtout le droits politiques des citoyens. Tout cela était déjà imprégné dans l’ADN des assassins de la démocratie pompeusement se feront passer pour des « vainqueurs » On l’a vite vu comment ils se sont acharnés dans le pillage, l’usurpation des biens autrui, le viol, l’acquisition par la force et la menace tout ce qui leur était impossible à obtenir par la force de l’intelligence et le mérite du travail.

Seulement au-delà du déshonneur que le PCT et son système ont baigné tout un peuple jadis, joyeux, fier et entreprenant. Un peuple debout ouvert vers le monde par sa volonté d’apprendre, de partager sa culture et son ouverture d’esprit dans les rapports sains et courtois avec les autres se retrouve aujourd’hui devoir sa dignité qu’a des chants d’un griot totalement voué au culte de l’argent ne proférant que des insanités à la gloire des médiocres et de pédophiles.

Nous voilà aujourd’hui livré à des hommes sortis des marécages boueuses sans aucune notions économiques fiables, ni aucune culture de l’entreprise acceptable détenir aujourd’hui les rennes de l’économie congolaise.  Après la saga des SASSOU (Christel SASSOU, Claudia SASSOU, et consort) comme dans un jeu de passe, c’est maintenant le tour des NGUESSO, (Valentin AMBENDET NGUESSO, Gildas AMBENDET NGUESSO et frères) qui alimentent aujourd’hui la chronique des prédateurs économiques. Ces hommes font et défont la gloire des artistes musiciens congolais, qui en passant ont perdu le sens véritable de la musique, en s’adonnant à cette course frénétique à l’idolâtrie de imbécillité. Des hommes incapables d’honorer dignement le Congo a l’extérieur se vautre dans la jouissance extrême de biens publics. Le Congo est gorgé à l’obscénité des danses plongeant les neurones des jeunes dans un état d’ivresse maladive. A quand le réveil de cette jeunesse ???

Ne voit-il pas que pendant que eux s’adonnent à ce passe-temps malicieusement mis à leur porté, les enfants de ces mêmes prédateurs économiques occupent des postes pour faire perdurer le système demain.

Une longue marche est devant nous, la marche de la prise de conscience, une marche pour la vie, pour sortir ensemble de cet abrutissement instauré comme politique d’enfermement qui dure depuis trop longtemps, qui nous afflige, nous paralyse et semble nous condamner à n’être que spectateurs résignés par tant de tragédies.  Le peuple est Trahi de voir sa vie piétinée par des actes insupportables, des actes qui souillent nos valeurs ancestrales, qui souillent l’âme de notre terre, qui défient nos humanités qui met sur la balance notre avenir. C’est un déshonneur peuple la plus grande défaite du PCT :  C’est de séquestrer l’espoir.

On nous vole 14.000.000.000 milliards le peuple continue à danser,

On nous enferme dans une dette stupide, tant qu’elle n’aurait jamais dû être contractée mettant le tout le pays devant le banc des mauvais élèves de la communauté financière mondiale, le peuple continue à danser,

Comment admettre que le Congo, avec toutes ces richesses et excédents accumulées puisse s’endetter   de près de 50.000.000CFAet perdre du coup son droit de vote à l’ONU en 2021. Ce système ne cesse par ces pratiques et sa politique désastreuses de trainer la fierté des congolais dans la boue, pendant ce temps le peuple continue à danser,

Comme si cela ne suffisait pas, le Congo n’est pas à jour de ses cotisations à L’OMT. Si d’ici-là, le versement n’est pas acté,  la voix du Congo sera compromise lors des assises de janvier 2021, le peuple continue à danser,

En mars 2021 une fraude électorale se prépare dont les signes à vent couvert sont la reconduction du CENI entièrement partisan, le flou sur le recensement de la population, l’achat des opposants qui serviront de chèvres électorales, le renforcement de la milice du système, au vu de tout ça que fait le peuple, il danse.   

 Le PCT La jeunesse congolaise, hors militants et membres du PCT, se désespère d’être maintenue en lisière de la société. Une jeunesse qui subit un impôt in-équitablement réparti selon les capacités de chacun. Ce qui a construit une société ou le règne des privilèges et des passe-droits est réservé à une catégorie d’individus ou le mérite est totalement méconnu.  Une jeunesse qui subit de plein fouet la discrimination sociale dans les écoles en excluant d’accorder à chaque enfant la même attention. Une jeunesse dont l’accès aux soins est disparate et très inégalitaire.  Une jeunesse qui ne peut espérer pouvoir vivre de son travail. Enfin, une jeunesse qui vit perpétuellement en sursaut en ayant cette épée de Damoclès sur la tête que la paix et la sécurité seraient conditionnées par le maintien au pouvoir du PCT et de son chef SASSOU.

Voilà ce que le PCT offre comme avenir à cette jeunesse depuis 49 ans. L’espérance d’un quelconque transfert de flambeau entre les générations ne se fera que si le peuple prend conscience de la dérive actuelle.

Il est clair, que le PCT par sa politique dévastatrice place la République en porte à faux devant les congolais et accentue le déficit diplomatique du Congo a l’extérieur, par des agissements qui poussent à penser que la République doit être méprisée dans ses valeurs comme dans le fonctionnement de ses institutions démocratiques. (1)

N’est-il pas temps d’accepter de marcher ensemble aujourd’hui, et de rejeter ce fléau criminel. Aujourd’hui, il nous faut comprendre d’où il vient et surtout comprendre où il nous mène. C‘est au peuple congolais de regagner sa dignité te sa souveraineté

Jean-Claude BERI

Laisser un commentaire