DIASPORA, Editorial, Politique, Société

Une autre voie est possible : une équation pleine d’Espoir

Par:    Jean-Claude BERI 

« Si tu as de nombreuses richesses donne ton bien ; si tu possèdes peu, donne ton cœur. » Proverbes africain.

Engagé depuis des lustres, notre démarche pour la réconciliation et la reconstruction du pays ne cesse de mobiliser autour d’un projet simple et dynamique : l’unité pour le développement par des nouvelles méthodes et une nouvelle vision de la politique. Les gens n’en peuvent plus de la division, de la parthénogénèse infinie qui a saisi toute cette classe politique dite d’opposition qui a multiplié les contradictions en son sein et dont les dirigeants éprouvent  les pires difficultés lorsqu’il s’agit tout simplement de se parler.

La diaspora n’est pas mieux nantie. Il faut montrer qu’on construit dans la constance et la rigueur pour être crédible. Il ne s’agit pas de critiquer, a tout va,  ceux qui osent proposer. C’est dans l’association des propositions crédibles et rassurantes que naitra l’adhésion du peuple au rassemblement pour le salut et la démocratie.  Le CNLC ne devrait pas faire peur à la diaspora car c’est une entité qui s’inscrit dans la mouvance de libération du Congo. Que les autres fassent leur preuve. C’est comme cela que je perçois le CNLC, comme une association loi 1901  parmi tant d’autres qui foisonnent en France. Seulement j’émets mes réserves sur la pertinence et la moralité politique  des personnalités que compose ce comité. Car la compétence de uns peut être  annihilée par la fourberie des autres.  Ils se disent tous pour la libération du Congo, mais pas de la même manière. Certains y sont engagés par pur vengeance contre le pouvoir en face, soit par humiliation subie ou soit pour tromperie ou victime d’une manipulation. Si  seulement SASSOU et MBERI ouvrent leur vanne à Billet, cette association volerait en éclat et disparaîtrait dans l’anonymat. C’est pour ça,  il ne faut surtout pas donner un chèque en blanc à ce groupuscule. Pour beaucoup nous les connaissons et certains ont même été des victimes de leurs propres  agissements révoltants.

 Le sort du Congo vient comme élément rassembleur pour réunir tous ces inconstants politiques en un tout pas si homogène que ça.

Je l’ai dit dès le premier jour de sa création que beaucoup de personnes qui y figurent sont des amis, des frères et même parents dont  certains sont réellement de bonnes personnes compétentes et dont la droiture ne peut être mise en doute. C’est pour  ça,  la critique n’est pas aisée. Seulement la politique et l’affectif ne font pas bon message. Aussi,  je me réserve le droit de dénoncer cette supercherie le moment venu.  Car cela est cousue de fil blanc, ce comité vise  essentiellement à présenter à l’opinion une catégorie  » d’opposants  » choisis devant occulter les  » incontrôlés  » qui dérangent le pouvoir de Brazzaville. Il s’inscrit bien évidement la perspective du dialogue biaisé propose par Brazzaville, ce  » gouvernement en exil « 

La problématique d’une autre voie que nous prônons réside dans le contenu ; notre combat pour un Congo réconcilié prône l’idée de bâtir une alternative de gestion de la chose publique aseptisée de toute rancœur, de violence, de tractation maffieuse et surtout qui travaille pour le peuple, et non un groupement  de protestation. Etre  une force de proposition équitable pour tout citoyen congolais.

Il ne s’agit pas de créer un mouvement sectaire et totalement réactionnaire a tout point de vue sur l’ensemble des politiques menées au Congo depuis des années, mais de démontrer par la réflexion constructive que l’on a envie de faire des choses ensembles avec tous les congolais de tout horizon et qu’il est possible de jeter aujourd’hui les bases d’un vrai rassemblement qui a l’ambition de devenir  la matrice d’une nouvelle nation réconciliée.

 En panne de projet et privé d’un leader indiscutable capable d’incarner la relève, les partis d’opposition mal remis de leur mésaventure électorale ne savent plus comment conquérir la confiance  du peuple. Des rencontres pour une autre voie  qui vont se tenir dans les grandes villes de France a commencer par LYON ce samedi 20 Avril 2019 visent justement à débattre ensemble des questions d’équilibres constitutionnels, de la redynamisation des congolais face à la situation inquiétante du pays, de l’avenir écologique de nos faunes et flores bradées sans une étude scientifique accréditant les acquisitions sauvages observées, d’une économie gangrénée par la corruption , du chômage galopant sans cesse, de l’éducation en perte de vitesse, de la situation dramatique des étudiants congolais a l’étranger….

Notre intention est de pérenniser ce rassemblement dynamique et porteur d’un réel espoir démocratique en prenant soin d’éviter tout risque d’instrumentalisation. Ce souci nous amène à recentrer notre action sur la cohésion entre les militants pour une autre voie. Opérer une véritable clarification sur les méthodes débouchant sur une fracture irréductible entre le statut quo et la refondation. L’exigence de réponse plausible sans détour, ni langue de bois, des citoyens congolais est assez forte pour se battre afin qu’une autre voie puisse faire bouger les lignes.  Mettre en échec les scénarios établis pour faire émerger à travers les débats à venir que l’espoir du changement est encore possible.

Jean-Claude BERI

Jean-Claude BERI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*