Culture & Loisirs, Musique Congolaise

CORONAVIRUS – COVID-19   : LES GALÈRES DES MUSICIENS CONGOLAIS

CORONAVIRUS – COVID-19   : LES GALÈRES DES MUSICIENS CONGOLAIS

Par  Clément OSSINONDE

Les droits d’auteurs dans le collimateur de l’U.M.C. (Union des Musiciens Congolais)

Musicien, c’est paradoxal

Ils vivent souvent dans l’incertitude et la précarité. Pourtant, leur vie d’artiste, passionnante et atypique, ne cesse de fasciner. Mais, hélas ! Au Congo, si vous êtes professeur, Épicier ou chauffeur de taxi, votre situation est simple ; un mot suffit  à vous  définir, à vous ranger dans le corps social. Musicien, en revanche, c’est plus compliqué. Comment votre activité est-elle perçue ? C’est paradoxal.

Etre musicien, est-ce une profession ou un style de vie.
Certains le revendiquent comme un métier à part entière. C’est important en termes d’engagement  personnel, même si ce n’est pas toujours crédible  d’un point de vue financier. Chez d’autres, le son de cloche n’est pas le même. « Une profession dont on ne vit pas, ce n’est pas vraiment une profession. C’est pour ça  qu’ils ne revendiquent pas  leur travail de musicien comme un métier. Ça aussi, c’est difficile à faire passer ; l’idée  qu’on puisse faire de l’art sans contrepartie parait  de l’ordre de la dévotion ».

Qu’y a –t-il derrière ces clichés ?
Pour les uns comme pour les autres, la reconnaissance du milieu de l’art est essentielle. « Sans cela, on n’existe pas tout simplement comme artiste » souligne bon nombre de musiciens. Mais, le problème qui préoccupe énormément les musiciens congolais en ce moment, c’est celui des droits d’auteurs pour lesquels ils ne voient plus la couleur depuis plusieurs années. Cette situation a attiré l’attention des organisations des musiciens congolais du Congo et de la diaspora qui en ces moments difficiles liés au coronavirus et au confinement, souhaiteraient vivement que le B.C.D.A. (Bureau Congolais des Droits d’Auteurs) leur octroi des avances sur les revenus de leurs droits d’auteurs pour leur permettre de joindre les deux bouts.
Ils vivent présentement et probablement les mois qui suivront dans l’incertitude et la précarité la plus totale.

A toute personne de bonne volonté, les Associations, les Sponsors, les Sociétés de communications… les musiciens congolais vous demandent de leur venir en aide par l’octroi : Des produits alimentaires, produits pharmaceutiques, vêtements, espèces si possible.

Contact : Bureau de l’U.M.C. (Union des Musiciens Congolais) Bernard BOUKA Tél. 066129885 – Brazzaville

Les Prochaines batailles après la période de coronavirus – COVID-19 : Notamment les points à l’ordre du jour de la prochaine rencontre entre le Ministère de la culture et des art, le Bureau Congolais des Droits d’auteurs, avec l’Union des Musiciens Congolais, Les Associations socio-culturelles, unies dans le combat pour le développement et la sauvegarde de la musique congolaise :

1) La réforme du système de droits d’auteurs et droits voisins au Congo.
2) Le règlement des redevances des droits d’auteurs et droits voisins impayés à ce jour par les médias nationaux publics et privés.
3) l’édiction d’un statut des artistes musiciens congolais et leur protection sociale.
4) Le point sur la participation et les acquis des artistes musiciens congolais aux différents FESPAM (Festival Panafricain de Musique), actuellement intérrompu.

Clément OSSINONDE

Laisser un commentaire