Editorial, Politique, Société

Après MADINGOU, une autre opposition s’impose……

Après MADINGOU, une autre opposition s’impose……

Par 

Jean-Claude BERI

Certains responsables politiques congolais constituent des véritables lumières sur notre chemin de croix et d’autres y sont pour transformer notre lutte en une obscurité grandissante qui rend notre avancée vers l’alternance difficile. De la même façon, il y’aura ceux qui feront tout pour nous, même les choses les plus inimaginables, et d’autres qui ne remueraient même pas un doigt pour notre salut commun. Chacun de nous se lie différemment aux hommes politiques, en fonction du contexte, de l’appât du gain facile, d’ascenseur social. Par conséquent, notre combat n’est pas enrichi de la même soif de liberté même si nous prétendant vouloir tous la même chose.

MADINGOU a vécu et rendu son verdict. Il n’est pas éloquent pour beaucoup d’entre nous. Surtout après avoir écouté la Conférence de presse de TSATY MABIALA, Claudine MUNARI et Guy Brice Parfait KOLELAS. « Nous n’avons rien obtenu, mais c’est pas un échec… ». Je retiens qu’une chose que je ne cesse d’ailleurs de dire depuis. Il ne faut pas perdre son temps à avancer des arguments de bonne foi face à des gens de mauvaise foi.

Unité… dans la contestation de ces concertations immuables.

Il y avait une forme d’agacement dans les propos des trois conférenciers visiblement avait du mal à se remettre de l’entourloupe sassouiste. Toutes ces concertations n’ont été que la mise en scène d’une stratégie de conservation de pouvoir mal dissimulée. Ces concertations précèdent toujours une situation nationale majeure (élection), mais il n’en est jamais question du quotidien des congolais. Donc l’opposition est partie à MADINGOU, tout en sachant qu’elle n’obtiendra rien pourquoi sont-ils partis ? Puisque ne sont évoqués que les sujets qui sont déjà en attente depuis la concertation de OUESSO. En tout cas ça a été au mieux le café du commerce, au pire une imposture.

Un constat au vitriol, au regard du ressentis des trois conférenciers. Ils ont été confronté à la verticalité du pouvoir qui contrôle tout et ne veut rien lâcher. Ils sont arrivés à s’en remettre à la décision du Président de fait est la preuve d’une allégeance ou d’une sécheresse de stratégie ou au pire d’une coalition incestueuse contre le peuple. L’avis d’un participant « Le président de la République gouverne seul. L’unité nationale, si on veut vraiment la créer, on ne peut pas la décréter. Il faut que le gouvernement puisse écouter les propositions que nous avons à faire. »

Il s’agit de « posture politique », dixit un autre participant, pour qui l’opposition refuse de jouer la carte de l’unité. Une unité pourtant là, mais contre le gouvernement en laissant le libre choix à celui qui cause le plus du mal au Congo : SASSOU NGUESSO.

SASSOU, applique une politique dure comme le fer à l’égard de ses opposants politiques. Pourtant ces derniers ne lui en veulent pas, pire même se tourne vers lui pour que les conclusions des différentes concertations aboutissent.

Qui viole les décisions prises lors de ces concertations ? Qui traîne le pas pour accélérer le processus de recensement administratif de la population ? Qui donne les ordres pour décaisser 4 milliards pour une concertation inutile alors que les retraités attendent leur pension depuis 28 mois. ? N’est pas SASSOU qui organise tout ce foutoir ? Et vous pensez aller lui remettre les conclusions de MADINGOU va changer quelque chose ? Se satisfaire d’avoir obtenu ceci « Le seul point de convergence entre nous a été la prise en compte des représentants des partis politiques et des candidats à tous les niveaux de compilation des résultats et leur prise en charge par l’État »  serait pour vous une avancée indéniable. Comme si cela va empêcher SASSOU de tricher.

La vraie leçon à tirer de MADINGOU est la mort du FROCAD –IDC -J 3M. On ne le voit pas encore, mais c’est en cours de décomposition, malgré les soubresauts du soldat MIERASSA.

Depuis fort longtemps cette plateforme n’était plus qu’une coquille vide. Elle était maintenue hors de l’eau que par la présence de certaines personnalités politiques qui malheureusement ont tous insidieusement opéré leur glissement vers d’autres alliances.

Disant le clairement, FROCAD–IDC-J3M n’existe plus en tant que telle, c’est maintenant un groupement des derniers carrés de soutiens de MOKOKO. Si, elle persiste à vouloir évincer MUNARI ça serait une erreur politique disent certains. Faut reconnaître qu’elle a réussi son coup entre trahison et glissement politique pour un nouveau sursaut politique. Elle est devenue le politique le plus courtisé en dépit de tout ce qui se dit et qu’elle aurait soit disant fait. A-t-elle fait le bon choix ? Seul l’avenir nous le dira.

Le paysage politique se redessine en termes de partis et d’alliances par intérêt politique. MUNARI bien qu’était mal à l’aise au siège de l’UPADS a donné l’impression d’être à l’aise dans un groupement d’intérêt commun. DZON ayant compris le manège bien avant s’est déclaré candidat.

Le nouveau Triduum en négociation veut renforcer le soutien à la candidature de GUY BRICE PARFAIT KOLELAS. S’il arrive à bien jouer son jeu ils soutiendront KOLELAS en 2021.

Tout ceci remet en selle, GUY BRICE PARFAIT KOLELAS qui a toujours prôné la cohabitation intelligente avec ce pouvoir malsain. Avait-il raison de sa stratégie ? L’histoire continue de nous édifier là-dessus.

En conclusion, MADINGOU a créé l’espace d’une nouvelle opposition à venir.

 

Jean-Claude BERI

Conférence de Presse de l’opposition du 30 novembre 2020 : Propos du chef de fil de l’opposition

 

Laisser un commentaire