DIASPORA, Education, Medias, Politique, Société, SOLIDARITÉ, Tribune libre

DU MACHISME OU DU CYNISME ?

DU MACHISME OU DU CYNISME ?

Par  Alphonsine MIKOUIZA
Alphonsine MIKOUIZA

Le machisme au Congo Brazzaville a la dent dure. Ou peut-être du cynisme des Hommes congolais. Difficile de leur faire entendre raison quand il s’agit d’une congolaise.

Combien de femmes occupent ou ont occupé des postes de haute responsabilité au Congo Brazzaville depuis les indépendances ? Comment oser sans gêne coller l’échec des hommes congolais aux femmes, auxquelles les hommes n’accordent aucun espace de pouvoir et de liberté ?  Regardez dans la diaspora congolaises en France pays de liberté.
Combien des Femmes des opposants sont engagées dans le combat démocratique du Congo Brazzaville même en vivant dans les pays démocratiques presque à l’abri?
Ces opposants s’arrangent à museler leurs compagnes pour qu’elles ne se mêlent pas de la politique et le pouvoir.
UNE FEMME C’EST SUBIR L’INFIDÉLITÉ, LES BRIMADES DE TOUTES SORTES ET SURTOUT RESTER DANS LA CUISINE ET PONDRE LES ENFANTS.
Cette cabale menée contre cette Grande Dame a pour origine le fait qu’elle se mêle de politique. Et pourtant semblerait que le Professeur Lissouba n’avait pas qu’une seule femme sans compter les maîtresses pour un soit disant démocrate.
Derrière cette cabale, c’est le mauvais esprit et ce regard négatif des congolais face aux femmes congolaises qui osent sortir de la cuisine et du ménage pour se mêler de la gestion de la cité. Les Congolais ne supportent pas de voir les femmes en tête ou à des postes de responsabilité.
Il faut qu’ils trouvent des motifs pour dénigrer.
Comment continuer à penser que c’est à cause de Madame Claudine MUNARI que Le Professeur Lissouba a perdu le pouvoir ?
Rien que le fait de le penser « c’est sous-estimer et rabaisser le Professeur Lissouba ».
Donc Le Professeur Lissouba était un enfant ?
Tous les détracteurs contre cette Dame s’appuient sur cette campagne menée par les cassiques de l’UPADS de 1992 à 1997, la bande des 4 ou 5 sans citer leurs noms.
C’est cette bande qui est à l’origine de l’échec du Professeur Lissouba et le Professeur lui-même.
Tous les détracteurs de cette Grande Dame oublient tous qu’entre 1992 à 1997:
1- Celui qui était élu c’était Le Professeur Lissouba
2-Celui qui avait plus d’expérience en matière de gouvernance c’était Le Professeur Lissouba.
3- Le Professeur Lissouba avait déjà dirigé le Congo Brazzaville. Il était le Premier Ministre du Président Massamba Débat.
4- Nous savons tous ce qui s’était passé pendant cette première gouvernance du Professeur Lissouba
5- Combien de fois Monseigneur Kombo a averti Le Professeur Lissouba de changer de tir sur ses méthodes de gouvernance entre 1992 et 1997 ?
6- Le Professeur Lissouba avait même menacé de faire disparaître Monseigneur Kombo parce qu’il lui demandait de corriger certaines choses.
D’ailleurs par la suite cette bande des 4 est également à l’origine de cette cabale contre Monseigneur Kombo à qui ils ont reproché le fait de n’avoir pas ordonné l’arrestation de Sassou Nguesso. C’est comme si un prélat était un procureur de la république ou un juge d’instruction ou juge d’exécution des peines.
La Conférence Nationale Souveraine n’était pas une cour d’assises mais UN PARLEMENT D’EXCEPTION. Elle était Souveraine dans l’élaboration de la loi. Elle était Souveraine par rapport au Président de la République et à d’autres institutions qui étaient encore en place.
Cette souveraineté ne supprimait pas le code pénal et le code de procédure pénale congolais.
Aucun texte du CNS ne rendait caduque ces deux codes pour engager les poursuite dans le respect de la loi.
7-Qui était réellement compétent pour initier un recours contre Sassou Nguesso après la conférence nationale souveraine ?
C’est le Procureur de la République d’un gouvernement légitime donc Élu.
Donc c’était le gouvernement du Professeur Lissouba.
Mais, mais, mais !
Que disaient les accords entre Sassou Nguesso du PCT et L’UPADS lors du 2ème tour des élections de 1992 ?
Sûrement si nous retrouvons ces accords nous verrons que Le Professeur Lissouba et son équipe avaient accordé l’immunité à Sassou Nguesso pour constituer une majorité.
C’est pourquoi le tyran était libre de sortir du territoire congolais pour aller comploter contre le Congo Brazzaville.
OUI LE COUP D’ÉTAT DE SASSOU NGUESSO EN 1997 EST UN COMPLOT CONTRE LE CONGO BRAZZAVILLE.
Ce n’était pas contre le Professeur Lissouba, c’est contre le pays.
Observez ce qui se passe aujourd’hui et l’état de déliquescence du Congo Brazzaville.
Un coup d’état c’est toujours une régression dans n’importe quel pays.
7- Comment venir dire que Mme MUNARI avait vendu la mèche lors de la sortie des chars vers le domicile de Sassou Nguesso à Mpila ?
Il fallait agir de manière démocratique en respectant les procédures juridiques d’une arrestation.
Qui peut accepter l’utilisation des méthodes des voyous ?
Parceque pour aller arrêter des bandits, il fallait respecter les procédures juridiques.
Certains disent qu’ils étaient armés à Mpila.
Mais qui avait laissé à Sassou Nguesso le temps de s’armer ?
Aah C’EST UN FRÈRE DE LA FRANC-MAÇONNERIE !
Comment l’entrée et la sortie du territoire congolais, les frontières n’étaient pas surveillées ?
NOUS SORTIONS TOUT DE MÊME D’UNE DICTATURE DÉJÀ SANGUINAIRE : Deux Présidents tués, un Cardinal enterré vivant et d’autres grands officiers et cadres tués.
La protection des frontières, des personnes et des biens est la première et grande mission d’un Président de la République.
Alors qui a trahi pendant la grande manifestation en 2015 contre le changement de la constitution de 2002 ?
Et ces hommes qui trahissent, vous en faites quoi ?
ÉLEVEZ LE DÉBAT !!
Alphonsine MIKOUIZA

Un commentaire

  1. Pingback Bravo à vous femmes congolaises engagées et responsables - DAC E-NEWS

Laisser un commentaire