CORRUPTION, Editorial, Justice, MUST, Politique, Société, Tribune libre

ÉCHOS DE CAMPAGNE : MOUYONDZI SOUS SURVEILLANCE

ÉCHOS DE CAMPAGNE : MOUYONDZI SOUS SURVEILLANCE

 

Par    Jean-Claude BERI

 

 

Jean-Claude BERI

L’une des campagnes les plus en vue de cette législative 2022 reste sans aucun doute, l’affrontement entre MUNARI et MIKOLO pour la conquête de la circonscription unique de MOUYONDZI. L’entrée fracassante en campagne de Claudine MUNARI a non seulement fait exploser le baromètre de l’audience avec une adhésion populaire au-delà de tout ce qu’on aurait pu imaginer. La mie a l’écart par les oligarques du PCT, de la reine de MOUYONDZI, n’a pas entamé sa popularité. Bien au contraire, MUNARI, maîtrisant son sujet, déroule sa campagne avec les mêmes mots rassembleur, unificateur, progrès paix, solidarité et équité.

Cela a suffi pour susciter une accélération du rythme cardiaque du camp du PCT. L’entrée de la candidate du PCT, comme en témoignent les images observées, est loin de tenir la dragée haute face à la performance indéniable de Claudine MUNARI. Les faits sont là et parlent d’eux-mêmes. Malgré les gros moyens utilisés, la différence est énorme.

Pourtant, ce n’est pas ce qui fait craindre, la population de MOUYONDZI. Au lieu de créer un environnement sain et propice au débat démocratique, le PCT cherche à éliminer ses adversaires intérieurs en utilisant des méthodes peu orthodoxes. Ainsi, des groupes d’agitateurs sont observés et très mobiles pour imposer une autorité illégitime, construire une coalition pour servir les intérêts et imposer l’influence du PCT. Il s’agit de vaincre sans combattre en constituant un environnement hostile à l’alternance et favorable au PCT et défavorable à ses adversaires.

A six jours du premier tour, les signes avant-coureurs de la victoire de Claudine Munari dès le premier tour poussent le camp du PCT, en association avec le sous-préfet, à organiser une tricherie sans précédent. Les équipes sont en alertes afin de démasquer ce plan machiavélique et de présenter à l’opinion locale les preuves de ces actes frauduleux.

Heureusement, cela n’a pas échappé à la vigilance des sages de MOUYONDZI qui ont vite fait de remettre les choses à leur place. Cette campagne doit se dérouler dans la sérénité et la transparente.

Après le contact chaleureux des masses populaires,  par la reine de MOUYONDZI, MUNARI s’est pliée à l’invitation des sages de MOUYONDZI qui ont tenu à repréciser le caractère sacré et unitaire des filles et fils de MOUYONDZI. Tous les candidats ont été instruits dans la paix et que MOUYONDZI doit et restera une terre de paix et d’accueil.

Seulement tout ceci n’est pas le calendrier caché du PCT. Comme cela se pointe sous nos regards complaisant, le PCT impose ses candidats et ne tient pas compte de l’avis des populations. Le PCT décidé de passer à la vitesse supérieure en ayant une assemblée familiale dont la tête sera tenue par les filles et fils du premier cercle familial:  (fille, fils, cousin (es), Femme et maîtresse,)  le deuxième cercle:  (constitué des courtisans, filles et fils des associés, des maitresses des leaders du clan qui veulent asseoir leurs hégémonies pour les batailles de successions futures). Allons-nous livrer MOUYONDZI à la voracité et a l’idéologie régressive du PCT ? Et c’est là ou le bât blesse.

Partout dans le pays une vague de contestation : démoraliser les forces adverses ; les dissuader ; distiller le doute sur leur action, quitte à les terroriser pour miner leur capacité et leur volonté de combattre ; briser le lien de confiance entre les populations et les candidats non PCT ; perturber le processus décisionnel en imposant sa loi par la force. MOUYONDZI, DOLISIE, KELLE, POINTE-NOIRE, OUESSO, LEKANA, dans toutes ces localités, et bien d’autres le PCT veut passer en force.

Et si en y ajoutent les mesures actives inspirées de l’Union soviétique : désinformation ; contrefaçons ; sabotage ; discrédit et déstabilisation de des autres candidats ; provocations ; opérations de fragilisation de la cohésion sociale ; recrutement « d’idiots utiles » (admirateurs naïfs préfets, sous-préfets, chef de quartiers, etc.) ; assassinats et actions violentes. Les opérations d’influence sont mises en œuvre par des entités relevant du PCT, de l’Etat, de forces armées congolaises.

On craint que MUNARI puisse subir la loi du fatwa-PCT consistant à éliminer physiquement un adversaire coriace et incontrôlable. Si MUANRI acceptait d’être dans le plan du PCT, c’est-à-dire mettre en place une assemblée aux ordres pour préparer un nouveau destin des NGUESSO, la candidature de MIKOLO ne s’imposerait pas. Car MIKOLO ne sert que le PCT et son mentor oligarque du clan, surtout pas les intérêts de MOUYONDZI. Sauf tremblement de terre MIKOLO ne peux pas gagner la bataille de MOUYONDZI, d’autres officines néfastes à la démocratie feront gagner MIKOLO. C’est là l’enjeu de ces élections, MOUYONDZI laisserait- il lui voler sa victoire ?

Le chef de l’opposition ( UPADS) , dont la popularité s’est érodée sous l’autel de la prostitution politique, n’est plus qu’une poule d’Hitler  (1)

Jean-Claude BERI

———————————————————————–

(1) L’HISTOIRE DE LA POULE D’HITLER

Dans une de ses réunions, Hitler a demandé qu’on lui apporte un poulet.
Il l’a attrapé fort avec une des mains pendant qu’il la plumait avec l’autre.
La poule, désespérée de la douleur, a voulu fuir, mais elle n’a pas pu.
Ainsi, Hitler a pris toutes ses plumes en disant à ses collaborateurs :

« Maintenant, regardez ce qui va se passer ».

Hitler a lâché la poule sur le sol et s’est éloigné d’elle.
Il a pris une poignée de grains de blé, a commencé à marcher dans la pièce et à jeter les grains de blé au sol, tandis que ses collaborateurs voyaient, hantés, comme la poule, effrayée, douloureuse et saignant, courait après Hitler et essayait de saisir quelques miettes, en tournant dans la pièce.

La poule le suivait fidèlement partout.

Alors Hitler a regardé ses acolytes, qui étaient tout à fait surpris, et leur a dit :
 » Ainsi, facilement, on gouverne les idiots.
Vous avez vu comment le poulet m’a suivi, malgré la douleur que je lui ai causée ?_

Je lui ai tout pris…, les plumes et la dignité, mais elle me suit quand même en quête de remoulages. »
» Ainsi c’est la plupart des gens, ils suivent leurs gouvernants et politiciens, malgré la douleur que ceux-ci leur causent et, même lui ôtant la santé, l’éducation et la dignité, par le simple geste de recevoir un avantage bon marché ou quelque chose à se nourrir par un ou deux jours, le peuple suit celui qui lui donne les miettes du jour. » .

 

 

 

 

Laisser un commentaire