Economie, FINANCE, Politique, Société

EXECUTION DU BUDGET 2019 DE L’ÉTAT CONGOLAIS : « PEUT ON RÉDUIRE LES DÉPENSES PUBLIQUES » ?

EXÉCUTION DU BUDGET 2019 DE L’ÉTAT CONGOLAIS :

« PEUT ON RÉDUIRE LES DÉPENSES PUBLIQUES » ?

Par VERLIN RICHARD

Le 29 décembre 2020 avait été votée la Loi n° 64-2020, portant loi de règlement définitif du budget de l’Etat, exercice 2019.
Cet article vous en donne les grandes lignes mais surtout soulève quelques interrogations sur les dépenses publiques au Congo, et fait une hypothèse sur la réduction des dépenses publiques en cette période électorale qui s’ouvre.
Le budget de l’Etat exécuté en 2019 donne des résultats suivants :
Recettes recouvrées : 2042 219 892 883 FCFA
Dépenses effectuées : 1604 279 876 277 FCFA
Excédent budgétaire : + 437 940 016 606 FCFA
Déficit de trésorerie : – 1 024 189 000 000 FCFA
Question 1 : à quoi a servi cet excédent budgétaire ?
Cet excédent budgétaire a été transféré dans le compte du trésor public pour financer une partie du déficit de trésorerie. En effet, ce déficit de trésorerie est dû par une importante charge de trésorerie de 1142 189 000 000 CFA dont 550 000 000 000 FCFA de remboursement de la dette publique. Autrement dit l’excédent budgétaire de 437 940 016 606 a servi à rembourser une bonne partie des 550 000 000 000 FCFA de la dette publique. Et, l’Etat devait donc trouver d’autres sources de financement pour financer le reste du déficit du déficit de trésorerie :
(+ 437 940 016 606 – 1024 189 000 000) = 586 248 983 394 FCFA.
Question 2 : comment l’Etat a-t-il financer ce gap de financement de 586 248 394 FCFA ?
En s’endettant sur le marché obligataire à travers les BTA (bons de trésors assimilables). En 2019, le Trésor public congolais a levé 61,5 milliards de FCFA en bons de trésor (BTA). Et, le reste à financer en sollicitant l’aide des bailleurs de fonds institutionnels. Le Ministère des finances y gagnerait en transparence en publiant le résultat des émissions de bons de trésor de l’année, et surtout si les bailleurs de fonds sollicités ont répondu à cette sollicitation.
Question 3 : comment l’Etat a-t-il dépensé en 2019 ?
Les dépenses publiques au Congo obéissent à une nomenclature précise répartie de la sorte :
1- Service de la dette : 241 798 398 949 FCFA. Plus de 241 milliards de FCFA, juste pour le remboursement des intérêts de la dette publique.
2- Personnel : 349 329 293 218 FCFA. Il s’agit du personnel du Parlement, de la Présidence, de tous les ministères, soit 36 postes de dépenses publiques. L’enseignement primaire et secondaire représente 22% de ce budget en personnel (c’est le 1er budget en personnel de l’Etat). La défense représente 15% (c’est le 2ème budget en personnel de l’Etat).
3- Dépenses de biens et services : 147 585 782 148 FCFA. Il s’agit des achats de biens et services effectués par tous les ministères et institutions, sauf la Présidence. La défense représente 59 % des achats de biens et services. Autrement dit en 2019, l’Etat a acheté en 2019 plus de biens et services pour sa défense nationale.
4- Dépenses de transfert : 536 558 546 768 FCFA. Les dépenses de transfert, ce sont des transferts « argent » que font la Présidence, le Parlement, tous les ministères et institutions aux ménages, aux entreprises, aux collectivités territoriales… Le ministère des Hydrocarbures représente 47 % des dépenses de transfert de l’Etat. C’est donc le 1er ministère qui a transféré le plus en 2019. Le Gouvernement y gagnerait à indiquer les bénéficiaires de ces dépenses de transfert, et les parlementaires y gagneraient en crédibilité en contrôlant l’exécution de la dépense publique, notamment sur les dépenses de transfert.
5- Dépenses d’investissement : 243 842 692 247 FCFA. Il s’agit ici des dépenses d’investissement effectuées par tous les ministères et institutions, sauf la Présidence. Le ministère de l’équipement et entretien routier représente 29% des dépenses d’investissement. C’est donc le 1er budget d’investissement. Les congolais sont-ils satisfaits des équipements du pays ? Les routes sont-elles entretenues ?
Question : EST IL POSSIBLE DE REDUIRE LES DEPENSES PUBLIQUES AU CONGO ? OUI.
Pour réduire les dépenses publiques, il existe plusieurs méthodes, et il y en a que les financiers connaissent bien, la méthode Bottom-UP (méthode ascendante) ou Top down (méthode descendante). L’analyse des dépenses publiques du Congo suivant sa nomenclature permet avec la méthode Top Down de réduire les dépenses publiques de l’Etat, et notamment des dépenses de fonctionnement de l’Etat, en premier. Ce sont des dépenses de personnel, de biens et services, de transfert. Sachant que le service de la dette pour le réduire, il ne faut pas avoir de dettes, ou alors avoir une dette soutenable. Quant aux dépenses d’investissements, il faudrait plutôt les augmenter mais surtout les orienter vers les dépenses d’investissements ayant un effet positif sur la croissance.
Par conséquent, en réduisant le nombre de ministères et d’institutions, l’Etat économiserait des sommes considérables pouvant lui permettre de ne plus avoir à financer des déficits de trésorerie qui pour le Congo sont structurels.
Sur le budget personnel : +21 milliards de FCFA d’économies, soit 10 ministères à supprimer. L’objectif est d’avoir au + ou – moins 20 ministères et supprimés tous les conseils consultatifs, soit 594 millions de FCFA d’économies sur les dépenses de transfert.
Cette réduction entrainerait automatiquement la réduction des dépenses des biens et services, et des dépenses de transfert.
Parmi les candidats à l’élection présidentielle du 21 mars 2021, lesquels vont proposer aux congolais la réduction des dépenses publiques ?
Cette question sur la réduction des dépenses publiques devrait être au cœur de la campagne électorale.
Vivement que commence la campagne !
@26/02/2021 Par Verlin Richard

Laisser un commentaire