Editorial, Medias, Politique, PRESSE, Société

Interview de Mme Claudine MUNARI à MAG le BAZAR « L’unité ne nous coûte rien , mais nous apporte tout » 

Libre opinion

Interview de Mme Claudine MUNARI à MAG le BAZAR « L’unité ne nous coûte rien , mais nous apporte tout »

Dac e news

Le choix de MAG LE BAZAR de s’entretenir avec Mme Claudine MUNARI a suscité des espoirs et interrogations nourries, quelques jours après le fiasco de MADINGOU.  On l’a cru au fond du trou après son passage à MADINGOU, Mme MUNARI serait en passe de gagner son pari sur son choix  politique.

Les propos de la Présidente du MUST auront certainement provoqué des ulcères chez certains et chez d’autres l’apaisement venant d’une femme politique mature et assagie.

Dans l’urgence, son interview a donné la priorité au Congo en refusant d’occulter les sujets les plus sensibles du point de vue de l’organisation des élections libres,  transparentes et apaisées pour mars 2021.

C’est la question qui tétanise  la majorité au pouvoir.  SASSOU lui-même se serait lancé dans une sorte d’opération de déminage.

Le pouvoir en place (la majorité) diffuse des éléments de langage en vue de soutenir une position intenable consistant à maintenir des élections à la date prévue avec un fichier de 2014 entièrement rejeté par l’opposition. Le pouvoir veut vite préparer les esprits à l’expression présidentielle attendue en Mars 2021 alors que les conditions dictées par le thème de sa propre convocation de MADINGOU ne sont pas remplies. Il a également utilisé la division et la manipulation pour semer la discorde au sein de l’opposition. Rien qu’a voir la méthode choisie pour « octroyer le quitus a certain parti » on comprendra parfaitement le piège tendu par le pouvoir. Au lieu de combattre cette félonie du pouvoir, on s’acharne sur notre propre camp.

Sur ces questions Madame MUNARI a utilisé un vocabulaire très proche du peuple et politiquement affirmé en tant que force de l’opposition. De l’avis général, rien dans la Constitution n’interdit au président, après avoir constaté l’absence du consensus de MADINGOU, d’autoriser la tenue des élections en Mars 2021. Quel que soit le scénario retenu, le sentiment qui prévaut au sein de la classe politique est que le Congo court un risque d’instabilité si la question centrale de fichier électoral n’est pas tranchée.

La radicalité des uns ou la mollesse des autres ne  réglerait aucun problème de fond et certainement aggraverait les problèmes politiques et le malaise social.

Même pour ceux qui ne la portent pas vraiment dans leur cœur, doivent se résoudre à reconnaître qu’il est de l’intérêt de l’opposition à s’unir pour aider le pays à peser davantage dans la prise des décisions qui nous engage. Nous devrions éviter de poser trop souvent la question de l’existence d’une opposition forte,  radicale , faible, passive…mais plutôt faire notre travail.

A ce sujet,  MUNARI  ne se  fait aucune illusion sur la difficulté des négociations ( si négociations il y a)  à venir avec ce pouvoir.  Il y aura toujours des moments de tension. Et à maintes reprises, on fera toujours ce même constat que notre opposition tombe toujours dans le piège tendu par le pouvoir  face aux défis du moment.

Si le pouvoir de Brazzaville s’agite, ce réveil de l’opposition ne doit pas être un simple sursaut ou soubresaut mais le début d’un véritable mouvement vers un véritable changement vers la construction d’une nouvelle société apaisée et libre.

« L’unité ne nous coûte rien , mais nous apporte tout » 

Nous vous laissons suivre l’interview de Mme Claudine MUNARI

Dac e news

 

Laisser un commentaire