CORRUPTION, DETOURNEMENT, DIASPORA, Editorial, Politique, PRESSE, Société, Tribune libre

J’accuse ce gouvernement de complicité et de mise en danger de la vie d’autrui.

 COVID 19 : J’accuse ce gouvernement de complicité et

de mise en danger de la vie d’autrui.

 

Par   Jean-Claude BERI

 « Seulement la COVID 19 est maladie ingérable et complexe  et politiquement indomptable. J’accuse ce gouvernement de complicité et de mise en danger de la vie d’autrui. » JCB

 

Jean-Claude BERI

Si les thèmes de politique économique, sociale et étrangère sont régulièrement abordés avec un semblant de rigueur lors des pseudos conseils des ministres du gouvernement congolais, la question de la controverse de la vaccination contre la COVID 19 est souvent traitée avec une forme de désinvolture, d’irresponsabilité, un sens de m’en-foutisme anime les dirigeants congolais C’est à croire que le but recherché serait de faire plus de victime que de soigner les populations.

Le sujet est très sérieux, il ne mériterait pas d’être traité avec une légèreté condamnable. C’est-à-dire avec un cynisme dont le dictateur SASSOU est passé maitre en la matière. Pour se venger de son désamour permanent, du rejet quasi national de sa politique par un peuple qui se bat désormais pour sa survie. La COVID 19 aura-t-elle fourni l’occasion idéale pour ce monstre froid d’accomplir son rêve d’extermination des populations farouchement opposée à sa démarche hégémonique du pouvoir?

Alors partout ailleurs en Afrique le débat est sur la table et débattu entre experts et médecins virologues pour tirer profit de toutes les sensibilités et les orientations convaincantes pour tirer profit du ailleurs des approches vaccinales. Pourquoi le gouvernement congolais persiste –il dans une seule direction qui pourtant ne semble guère apporter l’entière satisfaction?

Alors que partout ailleurs le déploiement de la vaccination contre la COVID-19 (coronavirus) s’accélère en Afrique avec des vaccins dont la communauté scientifique mondiale a émis des recommandations qui ont requis l’adhésion des experts mondiaux. Personne, certes ne peut certifier aujourd’hui de l’efficacité à 100% des vaccins occidentaux Pfizer et autres , mais on peut d’ores et déjà dire qu’il apporte une amélioration prouvée sur le traitement des malades atteint de la COVID 19.  Pourquoi le gouvernement congolais insiste-il à ne vacciner les congolais qu’avec le vaccin russe  Spoutnik et autre chinois ? C’est quoi le deal ou la raison médicale qui pousse le gouvernement congolais à se cramponner  sur ce choix qui manifestement est contreproductif. Pourquoi le gouvernement publie -il des chiffres qui sont en inadéquations avec la réalité sur le terrain ? 

https://graphics.reuters.com/world-coronavirus-tracker-and-maps/fr/countries-and-territories/republic-of-the-congo/

Je ne suis pas en train de mettre en cause le vaccin russe et Chinois. Seulement  force est de constater que devant la recrudescence des cas de décès et des informations alarmantes émanant des hôpitaux de Brazzaville, la responsabilité de l ‘autorité morale et du gouvernement doivent être interpellé. ANATOLE COLLINET MAKOSSO et son équipe ne sont vraisemblablement pas affligés ni par les excès de victimes ni par le sort tragique des malades subissant des traitements inhumains dans les hôpitaux de Congolais.  Ils ne le sont pas davantage par les pressions de la FMI, et encore moins par l’embarras de la France, empêtrée dans ses contradictions entre principes en matière de droit à la santé et nécessité d’engorgés encore des milliers d’euros par ces prédateurs économiques qui viennent se faire dépouiller des quelques 60 milliard de FR CFA en forum pour la paix et autre recrutement bidons de la diaspora française. Pendant ce temps le trésor français est garni et les hôpitaux congolais de plus en plus démunis et déshumanisés Puisqu’il se satisfait en publiant des tableaux de ce type.

Si ce gouvernement couvre cette situation grave de santé publique, ce n’est pas par manque de moyens, mais parce qu’il est motivé par sa détermination de créer, avec le projet de conservation du pouvoir par le clan SASSOU, une situation de dominance permanente – qu’il s’imagine contrôler à long terme.  La capacité d’influence et de nuisance de ce pouvoir est indéniable, Seulement la COVID 19 est maladie ingérable et complexe politiquement indomptable. J’accuse ce gouvernement de complicité et de mise en danger de la vie d’autrui.

Je partage avec vous ce témoignage rapporté  par un des lecteurs de DAC PRESSE

« Ici, les choses ne font que s’empirer. Depuis l’instauration de l’opération coup de poing, que des pleurs dans les familles. Finalement, ces vaccins tuent. Tiens, un de mes anciens collaborateurs, sur instruction de son patron, est allé se faire vacciner. 2 jours après, il a commencé à vomir du sang, saigner par les narines. Finalement, après 2 semaines d’hospitalisation, il est décédé. Des cas comme ça, on peut les citer par centaines. Je ne me ferai pas vacciné, en tout, tant que je resterai ici. Je ferai les test RT-PCR, lorsqu’il s’agira de voyager pour l’Europe. Que des ruelles ornées de palmes. Bref, prions dieu, afin qu’il nous protège. ….. »

Faut-il être un expert en sociologie ou en infectiologie pour conclure ne fusse que partiellement que le refus de la vaccination des Congolais n’est pas que culturel ?  Il serait peut-être  aussi dû a l’incompétence d’un gouvernement qui est incapable de comprendre et surtout  de redresser la barre des décès. Empêtrés dans son mutisme légendaire, le gouvernement par son inaction irréfléchie renforce le camp des indécis et une opposition forte contre la vaccination se fait de plus en plus pressante appuyée par la sociologie des décès et le poids de la tradition  qui se renforcent .

Les freins à la vaccination en Afrique sont multiples et encore plus au Congo-Brazzaville ou le règne du monde mystique est encore beaucoup trop présent dans le quotidien des gens . Les inquiétudes concernant la sécurité, les effets secondaires et l’efficacité sont monnaie courante et doivent être traitées avec une dose d’informations convaincantes et disponibles en temps réel. Or, ce gouvernement ne communique pas mais impose le VACCIN comme seul rempart à la COVID 19, foulant ainsi aux pieds toutes les autres considérations inhérentes a la conscience collective des congolais . Alors,  même la communauté scientifique est largement partagé sur la question.

Au Congo les personnes qui ne font pas confiance à au  gouvernement congolais faillible et destructeur sont dix fois susceptibles de ne pas vouloir se faire vacciner. Ces personnes qui pensent que leur président SASSOU  qui selon elles les trompe tous les jours ne fait pas du bon travail de garant de la santé des congolais.

Il faut que le gouvernement apporte une variété de choix pour les populations tout en apportant un message fort de pédagogie. Il est inadmissible de voir les lycées de Brazzaville rejetés en bloc la vaccination sous prétexte que c’est un poison pour les assassiner, comme SASSOU affectionne  tuer les gens avant et pendant les fêtes de fin d’années. Les ratés de ce pouvoir  qui sont multiples  condamnent même les bonnes intentions. Si le gouvernement changeait de braqué en achetant les vaccins les plus répandant et les plus recommandables , notre devoir serait d’encourager la vaccination de nos sœurs et frères.  Moi-même je suis vacciné ainsi que toute ma famille. Or actuellement ce n’est pas le cas, le Congo-Brazzaville ressemble plus a un champs expérimental de Vaccination avec son lot de malheur.

Il est important qu’une stratégie de communication cohérente et efficace, adaptée aux défis soulevés par l’apparition de variants tandis que des opinions forts divergentes sur la COVID-19 et les vaccins continuent d’inonder le monde médiatiques .  Surtout faire confiance à nos médecins. Pour vaincre la COVID 19 c’est d’abord suivre les conseils de nos experts et que les politiques mettent les moyens là où il faut.

Jean-Claude BERI

Laisser un commentaire