Politique

Jean Dominique Okemba sur les traces de Théodore Obiang Nguema

Jean Dominique Okemba sur les traces de Théodore Obiang Nguema

NOTRE AVIS :

Les jeux politiques venimeux priment alors que la situation économique et sanitaire est préoccupante dans les pays. Le rejet des politiques venant d’une même gibecière est devenu aigu. On peut tenter d’amener les Congolais sur des sentiers identitaires, guerriers ; in fine, ils demanderont des réponses à leurs problèmes de factures. On peut essayer de demonter qu’on a les plus grands féticheurs du pays , a la fin le peuple ils exigeront que leur vie quotidienne s’améliore. Ce combat ou on s’écharpe à coups de petites phrases,, d’arrangements grossiers. Loin, très loin des préoccupations des Congolais.  Les congolais ne veulent NI DE JEAN DOMINIQUE OKEMBA , NI DE CHRISTEL DENIS SASSOU NGUESSO.
Pour le citoyen lambda , qu’il soit du Nord , du Sud l’obsession est ailleurs. Il veut une réponse a l urgence sanitaire sociale et economique à son quotidien, un espoir pour son futur. Il veut remplir son couffin et souhaite que l’ascenseur social soit réparé afin qu’il puisse s’envoler dans les étages du progrès pour les générations futures. Les exigences des Congolais sont à mille lieues des guerres de clans, des chamailleries politiques et autres « puputch » dans les parlements du village des féticheurs
——————————————————————————————

REÇU ET PUBLIE COMME TEL.

Texte:
Jean Dominique Okemba sur les traces de Théodore Obiang Nguema

La sortie médiatique auprès de certains chefs coutumiers de Jean Dominique Okemba a mis en lumière les ambitions cachées de ce dernier pour défenestrer son oncle de président.
L’analyse de ce discours, inédit, nous renseigne sur le plan de celui qui dirige les services de renseignement du Congo ce, depuis de nombreuses années.
Il sied de rappeler qu’être neveu du chef de l’État ne l’empêche pas de faire un coup d’État; on se souviendra que proche de chez nous, en Guinée Équatoriale, le Président Théodoro Obiang Nguema, n’hésita pas à destituer son oncle au pouvoir en 1979;
La plupart des coups d’Etat qui se font à travers le monde , est le plus souvent le fruit de ceux qui détiennent les leviers soit des services de renseignements, de l’armée.

Au Congo, on sait très bien qui à le contrôle de ces services.

Pour mieux décrypter le discours de celui que l’on appelle par certains, par le général marmiton, il nous faut scruter et mettre en lumière les appuis des uns et des autres.  Sans le cacher, Okemba vient de révéler à l’opinion nationale qu’il à des hommes et qu’il est général ! Un aveu qui prouve à suffisance que ce dernier s’est constitué une bande de fidèles au sein de nos forces armées. D’ailleurs, le général Norbert Dabira au cours de son procès n’avait il pas avoué que Okemba était plus généreux que le chef de l’État ? Et qu’il assurait l’intendance de plusieurs cadres ?

Des appuis de Jean Dominique Okemba .
Il y a le général Boukaka, chef d’État major des Fac, le commandant de la gendarmerie, le général jean François ndenguet, le général Philippe obarra pour ne citer que ceux ci, les colonels Serges Oboa( dit colonel monzele), Akouangue, Ndinga Geoffroy et plusieurs autres officiers qu’ils entretient à coups de fonds spéciaux de la présidence et des structures étatiques telles que Congo Telecom ( d’où le limogeage d’Akouala), du dg du port de pointe noire, du dg des impôts (l’actuel lui a fait allégeance); à ces sources de revenus, il faut noter sa proximité avec Jean Alfred Onanga, ancien dg des douanes qui demeure le président du conseil d’administration de la Bch et bien entendu , la Bgfi où plusieurs transactions sont faites à l’insu de Denis Sassou Nguesso.
Il faut dire que Okemba utilise la même technique utilisée par son oncle pour écarter Ngouabi puis Yhomby du pouvoir. A l’époque, Sassou avait le contrôle des services de renseignements et avait un trésor de guerre mis à sa disposition par le Trésor public. Ce qui lui permit de soudoyer plusieurs jeunes tels que Jean Jules Okabando, oba apounou et d’autres pour destituer Yhomby.

Autres appuis de Jean Dominique, le ministre de l’intérieur, Raymond Mboulou qui ne jure que par ce dernier.
Il sied de signaler que pour tout contrôler, Okemba avait convaincu Sassou de dissoudre la maison militaire de ce dernier. En réalité, nous renseigne de sources proches de ce dernier, Okemba n’avait pas le contrôle de l’amiral pierre Ngombe et de ces de services. Une fois dissoute, plusieurs officiers de cette structure furent écartés de la présidence sans droits, permettant à Okemba de verrouiller totalement le système de renseignement de Sassou pour son plus grand bonheur.
Serges Oboa et Akouangue, deux jeunes colonels manipulables à souhait dont le goût pour l’argent et les femmes sont connus de tous. D’ailleurs, ces colonels acquis, lui ont ouverts grandement la porte pour prendre le pouvoir.

Mais, pour prendre le pouvoir, il faut choisir le bon moment.

Le faux coup d’Etat de Dabira n’est qu’une partie de son plan dont le but était d’écarter nianga mbouala,un adversaire peut manipulable à qui, plusieurs éléments de la Gr et de la dgsp vouent un respect sans faille du fait de ces faits de guerre.
Il faut rappeler que le décès des généraux Adoua et Avoukou lui sont imputés et sont restés au travers de plusieurs militaires.
Pour terminer, outre ces soutiens militaires, Okemba s’est constitué toute une armada des courtisans dans les milieux politiques tant de l’intérieur que de l’extérieur.
D’ailleurs, les attaques contre le fils du président, Denis Christel Sassou Nguesso, est l’oeuvre de ce dernier. Il organise des réseaux afin de vilipender ce dernier qui constitue pour lui, le seul danger pour ne pas être remplacer son oncle !
Selon de sources proches, Okemba a mis le président de la République sous écoute et est donc au parfum de tout ce qui se fait au palais présidentiel ( visiteurs…). Son ascendance mystique sur le chef de l’État est pour lui, un atout pour l’écarter du pouvoir.

Tous les ingrédients sont réunis pour qu’il prenne le pouvoir.
Sans pour autant qu’il se rende compte, Okemba vient d’avouer devant témoin qu’il est prêt à relever son oncle et cet aveu, se passe devant le grand frère dernier ; Maurice Nguesso étant considéré par plusieurs comme un vieux sénile plus enclin à l’argent qu’à une analyse fine des aveux de Jean Dominique Okemba.
Pour terminer il sied de noter que les obseques de Maguy Nguesso a oyo ( en réalité fille de sasssou nguesso lui même) a mis en lumiere les dissensions au seuind de cette famille. tout le monde le sait que okema entretenait une liaison amoureuse amoureuse avec derniere de longue date. les deux tourtereaux d ailleurs ne s’en cachaient pas au point de dire a plusieurs observateurs et membres de la famille que jean dominique okemba n etait qu un imposteur et n a pas de liens directs avec le président contrairement à ce qu il a donne comme impression aux gens jusque là.
Enfin , s interroge t on , pourquoi le vieux PORO PORO s’ était opposé à ce que sassou nguesso prenne JEAN DOMINIQUE OKEMBA,? le vieux n ‘était t-il pas lucide ? N avait il pas perçu que ce dernier était qu’ un manipulateur et ambitieux hypocrite qui ferait du mal a son fils.

Les jours qui suivent nous annoncent de grands bouleversements sur l échiquier de notre système sécuritaire et politique.

Le fils d OYO

Laisser un commentaire