DROIT, Medias, Politique, Société, Tribune libre

Jean Stanislas KITOKO sur l’UDH-YUKI, une marque de l’expression de la bêtise au Congo-Brazzaville.

Jean Stanislas KITOKO sur l’UDH-YUKI, une marque de l’expression de la bêtise au Congo-Brazzaville.

Par 

Oleg Fabrice KIESSILA,  Ancien conseiller en communication et relations publiques, à la direction de campagne de Guy Brice Parfait KOLELAS.

___________________________________________________

Oleg Fabrice KIESSILA,
Ancien conseiller en communication et relations publiques, à la direction de campagne de Guy Brice Parfait KOLELAS

Réponse de Mr Oleg Fabrice KIESSILA à Monsieur Jean Stanislas KITOKO

Voici que le très regretté leader de l’UDH-YUKI n’est pas encore mis sous terre en vue d’un repos éternel mérité, que le journaliste du Troubadour, dans son numéro 161 du 30 Avril 2021, s’adonne à coeur joie à le trainer dans la boue. Il ne s’interdit pas non plus, dans ses deux articles qu’il signe dans ce journal, à le présenter à la vindicte populaire, ainsi qu’il le fait pour son parti politique. Ceci est inacceptable pour la plupart des ceux qui s’inscrivent dans la pensée politique du docteur Guy Brice Parfait KOLELAS.

Je suis très indigné de ce manque de respect et de cette inconsidération à l’égard de la mémoire de ce grand Homme d’Etat.

Monsieur Jean Stanislas KITOKO, il y a bien des sujets urgents sur lesquels votre plume devrait s’exprimer en ces temps de grande calamité où la situation du Congo est préoccupante au plus haut niveau. Elle cherche des solutions idoines.

De l’amateurisme à l’ingouvernabilité, il y a beaucoup à faire. Hélas, cela ne vous intéresse guère ni ne vous émeut. Pour vous, le plus important, c’est de tout faire pour faire disparaître de la conscience collective, la grandeur du très regretté docteur Guy Brice Parfait KOLELAS. Ensuite, de jeter dans les oubliettes son parti politique. Je soupçonne que ceci est déjà programmé si ce n’est déjà acté. Ceci ne surprendrait pas plus d’un Congolais.

Je dois, par conséquent, d’emblée vous dire, que vous vous trompez éperdument à ce sujet. Que cela vous plaise ou pas, le docteur Guy Brice Parfait KOLELAS est entré par la grande porte dans l’histoire, mais aussi dans le cercle très fermé des Martyrs au Congo-Brazzaville. Comme le président Marien NGOUABI, le Cardinal Emile BIAYENDA, le président Alphonse MASSAMBA DEBAT, le président Pascal LISSOUBA, Jean Jacques YHOMBI, Fulbert YOULOU et bien d’autres, morts sur le champ de bataille. Comment donc l’oublier s’il n’y a pas derrière une intention malhonnête ? Quoiqu’il en soit, votre tentative est vouée à l’échec.

Monsieur Jean Stanislas KITOKO, vous auriez bien fait de vous illustrer autrement, mais cela n’est pas votre préoccupation. Non, l’excellence ne vous intéresse pas. Si bien que, lorsque l’amateurisme s’arrime à la médiocrité, il est difficile sinon impossible que la raison s’exprime. Et lorsque le métier de journalisme se confond à l’activisme, il n’est pas surprenant que le tout, foute le camp. Vous en faites la preuve car vous ne faites pas ici du journalisme stricto sensu, mais plutôt de l’activisme débridé en journalisme. Ici, la profession de journalisme est en mal car vous en faites mal usage. Le journalisme, monsieur Jean Stanislas KITOKO, consiste en toute impartialité, d’informer le peuple afin de maintenir les équilibres. C’est si basique. Je suis surpris que vous n’en fassiez pas bon usage.

Tout de même, comprenez que le docteur Guy Brice Parfait KOLELAS serait décédé le 21 mars 2021 dans des conditions les plus louches qui soient à en croire le rapport d’autopsie en première instance. Son décès aurait été constaté à l’arrivée sur le tarmac de l’aéroport du Bourget, Paris en France le 22 mars 2021 vers 1h40. Cette date est indiquée par des données scientifiques. Ce n’est pas Maître W. BOURDON qui le dit, plutôt le rapport de l’autopsie réalisée que vous vous refusé de scruter de façon impartiale. L’heure et le lieu n’y sont visiblement pas mentionnés dans tous les détails. On se demande bien pourquoi ? Ce n’est nullement la volonté d’une quelconque récupération politicienne ou une imaginaire instrumentalisation de cette mort inopinée que l’UDH-YUKI voudrait mettre en avant. C’est plutôt la volonté de comprendre les causes réelles de la mort du leader de l’UDH-YUKI qui animent les membres de sa famille biologique tout comme ceux de sa famille politique. Comme l’aurait indiqué Maître W BOURDON dans son communiqué du 22 mars 2021, qu’au regard des conditions et des circonstances qui ont précédées le décès et dans lesquelles il s’est déroulé, il est bien normal que la lumière soit faite. C’est le droit inaliénable de toute famille, qui émet des doutes, de faire appel à des experts en vue de dissiper lesdits doutes afin de faire éclater la vérité. Ça ne devrait donc pas faire autant de vagues, monsieur Jean Stanislas KITOKO ! Je comprends à présent pourquoi la date du décès devient soudain problématique, voire mythique pour vous. C’est le spectre des effets qui impliquent l’article 70 de la constitution du 25 Octobre 2015. Soyez rassuré, le docteur Guy Brice Parfait KOLELAS sera inhumé dès lors que tout doute sera levé. Cela prendra le temps qui vaudra.

Je vois que même mort, le leader de l’UDH-YUKI vous hante. Sa famille biologique et politique feront tout pour que sa mémoire demeure intacte dans la conscience collective.

Sur la collecte organisée sur la place de Paris, vous en faites une bien malheureuse récupération. Comme très souvent, les membres de l’UDH-YUKI, fédération de France organisent, une cagnotte lorsqu’un des membres vient à nous quitter. C’est une tradition. Ce n’est donc pas surprenant. Il est très indélicat pour vous de parler de cette cagnotte car vous n’en débitez que de la tartufferie. Vous vous fiez aux racontages. A ce qui se dit dans la rue pour construire un bien vil papier. C’est bien dommage !

Par ailleurs, sachez que, de son vivant, le docteur Guy Brice Parfait KOLELAS, s’est toujours investi en faveur de la Paix, de la stabilité et de la concorde nationales. Il n’a jamais nullement été un vas-t-en guerre. Moins encore un belliqueux. Humaniste chevillé au corps, il avait toujours privilégié le dialogue, l’apaisement à la violence même lorsqu’il était poussé dans ses derniers retranchements. Jusqu’au bout, il est demeuré dans ce droit chemin. Il a toujours parlé au peuple en toute vérité. Alors, d’où vient-il monsieur Jean Stanislas KITOKO, cette forme de messianisme débordant que vous collez au leader de l’UDH-YUKI pour exprimer sa popularité auprès de ses compatriotes ? Je dois vous rappeler, que l’UDH-YUKI est un parti politique qui a une assise nationale. Il ne se limite pas singulièrement au Pool comme vous le faites croire, mais il va au-delà de ce département pour embrasser le Congo dans toute diversité. C’est d’ailleurs ce qui a fait sa force lors de sa tournée dans le cadre de la campagne présidentielle. Le leader de l’UDH-YUKI était reçu en héros. Il y a une cette communion entre lui et le peuple. Pour vous en convaincre, je vous invite à visiter les images des meetings sur PAKOTV.

Pour le reste, sachez que les scrutins du 17 et du 21 mars, se sont déroulés dans des conditions les plus honteuses qui soient. La démocratie ne s’exprime plus au Congo depuis 1997. J’en ai la preuve car j’ai fait la tournée de quelques bureaux de votes, le constat est ahurissant. Il est sans appel. Il y a des bureaux de vote sans délégués de l’opposition, ou ceux-ci s’ils n’ont pas été chassés ils n’étaient pas autorisés d’accéder dans les bureaux de vote pour tel ou tel autre motif fallacieux. Ou encore les bureaux n’étaient simplement ouverts. Sur ce, vous devriez être modeste car il y a beaucoup à dire. Sur la base des fiches jaunes que l’UDH-YUKI avait pu récolter, la commission électorale du parti, après compilation avait, sur accord du bureau politique, mis à la disposition du peuple congolais les vrais résultats non inventés de cette présidentielle. Il n’y a dans cette démarche eu que la volonté de la vérité. Rien d’autre. Aucun calcul politicien. D’ailleurs, pourquoi les résultats de cette élection jusqu’à la prestation de serment du président de la République n’ont jamais été publiés département après département, bureau de vote après bureau de vote ? Pouvez-vous le dire aux Congolais ? Je vous invite au défi de les publier, et vous verrez la vérité vous éclabousser la figure.

Enfin, monsieur Jean Stanislas KITOKO, au lieu de vous en prendre maladroitement à l’UDH-YUKI, au lieu d’obliger les cadres de l’UDH-YUKI, de rompre le silence dans ces moments douloureux afin de répondre à vos incongruités, vous feriez mieux de vous attaquer aux vrais problèmes de gouvernance qui minent notre pays. La crise de la covid19 est gérée avec amateurisme. Le Congo traine une dette de plus 120% de PIB. Une dette insoutenable. Il vient d’être éconduit par le FMI. La crise sociale bat son plein. A cela, il faut ajouter la crispation du climat politique. Au contraire, vous jugez bon de jeter presqu’à la vindicte populaire l’UH-YUKI, et d’ensevelir dans les draps de l’oubli vil le grand leader, le très regretté Guy Brice Parfait KOLELAS. Hélas, peine perdue. Que vous le vouliez ou pas, Guy Brice Parfait KOLELAS, est à jamais entré dans le panthéon très fermé des Héros, des martyrs du peuple congolais.

Par ailleurs, la volonté de l’UDH-YUKI a toujours été de lutter pour que la Paix ne règne, non pas seulement dans le département du Pool, mais sur toute l’étendue du territoire national. C’est indéniable. La paix n’est pas simplement l’absence de crépitement des armes, mais c’est un tout. Le leader de l’UDH-YUKI sur qui vous vous acharnez, en le présentant comme un messianiste, avait toujours œuvré pour la Paix, l’apaisement, l’unité nationale. C’est sur cette base qu’il s’était retrouvé à ce dialogue politique que le pouvoir en place avait organisé à la veille de l’élection présidentielle de mars 2021, à Madingou. Il avait toujours cru dans la force du dialogue. A contrario, ce n’est pas le fort du pouvoir en place qui a souvent refusé de jouer franc jeu. On a vu que Madingou avait validé le verrouillage de l’élection présidentielle.

Pour votre gouverne, monsieur Jean Stanislas KITOKO, ce n’est pas l’UDH-YUKI qui entraine le désordre au Congo ou organise les bombardements dans le département du Pool. Ce parti politique n’en a pas les moyens ni n’en a eu la moindre tentation. Il faut chercher les auteurs ailleurs. Arrêtez de le présenter donc comme un parti radical ou extrémiste. Il respecte la République et ses règles. C’est son ADN. La population du Pool est libre, elle n’est pas sous l’emprise de l’UDH-YUKI. Pour preuve, il y a plusieurs partis politiques qui la convoite. Aussi, sachez-le, le Pool n’est pas en dehors de la République, elle est dans la République.

Alors monsieur Jean Stanislas KITOKO, tout en revoyant votre plume, je vous invite à vous imprégner des vraies règles déontologiques du journalisme.

Par ailleurs, je vous invite à laisser l’UDH-YUKI pleurer, en toute dignité son illustre leader. Observez pour une fois les traditions africaines. Ne versez plus, à la longue, dans des approximations qui vous rendent troubadouresque. Au mieux, taisez-vous à jamais. L’UDH-YUKI n’est pas mort. Guy Brice Parfait KOLELAS aura marqué les décennies post conférence nationale souveraine, de toute sa génération politique, de son exclusivité d’opposant mobilisateur, de son discours et ligne politique pour le véritable changement qu’il réitère dans son dernier message devenu testamentaire pour le peuple.

J’ai ainsi dit.

Oleg Fabrice KIESSILA,

Ancien conseiller en communication et relations publiques, à la direction de campagne de Guy Brice Parfait KOLELAS.

Laisser un commentaire