DECES, Justice, Medias, Politique, PRESSE, Société

La mort de Guy Brice Parfait Kolelas : « Le cœur a ses raisons que la raison ne connait pas »

La mort de Guy Brice Parfait Kolelas : « Le cœur a ses raisons que la raison ne connait pas »

Par  Marcel  ABIGNA Membre d’honneur des Assises

 

Le monde entier et le peuple congolais en particulier viennent d’écouter en directe sur son lit de mort le testament puissant d’un homme politique piégé et empoisonné par ses adversaires, ce message a une résonnance particulière auprès des hommes et des femmes de foi, car venant du cœur  siège de la semence divine que Dieu a placé en chacun d’entre nous. Le philosophe et  homme de science français Blaise Pascal à travers son expérience de grand chrétien  nous signale que Dieu s’est révélé en lui dans  le cœur dans la fameuse nuit du feu ;  cette expérience de Pascal nous oriente vers l’expérience qu’a vécu notre frère GBPK qui, en ce moment-là ce n’était plus la raison qui  s’exprimait mais la vérité divine. Dieu a parlé à son cœur  et il a rendu public ce message que lui a dicté  la  providence divine pour que nous ne baissions pas la garde pour la conquête de notre liberté.

En effet à ces heures de crise que connait notre pays le Congo, ceux qui n’ont pas la foi se demandent s’il y a un Dieu dans le ciel qui s’occupe des choses humaines, ils semblent nous dire : où est donc votre Dieu ? Qu’est devenue cette providence ? Ils seraient tentés de ne plus croire qu’à la fatalité. Pour nous  Chrétiens  le Seigneur est le grand principe de force qui soutient l’univers : c’est par lui que les cieux exécutent leur admirables mouvements, c’est par lui aussi que, dans l’ordre moral, les caractères revêtent de force et de courage pour supporter les luttes de la vie.

Pour nous, nous croyons qu’il est un Dieu dans le ciel, qui préside au gouvernement des choses de ce monde, et que les plus grands évènements, comme les plus petits, sont prévus par son infinie sagesse. Nous savons  qu’il est des heures dans la vie de l’humanité, ou les peuples ont besoin de purification et de solennel avertissement, parce que les notions du bien et du mal se sont obscurcies, et que la rouille de l’iniquité a recouvert l’or des âmes. Alors, à des moments que la providence a prévue, et ordinairement, quand le mal est arrivé à son comble, le suprême Ordonnateur permet de ces vêtements, qui se dressent tout à coup comme la mer en furie barrent le passage au cours  ordinaire des choses, purifiant comme l’onde amère de l’océan, qui irait partout chasser l’élément impure et  mauvais dont le contact a souillé l’œuvre de Dieu.

Mais écoutons le prophète Isaïe : «  Malheur à vous qui trainez une longue suite d’iniquité avec les cordes de la vanité…Malheur à vous, qui dites que le mal est bien et que le bien est mal, qui donnez aux ténèbres le nom de lumière et à la lumière le nom de ténèbres. C’est pourquoi, continue le Seigneur, il y aura des langues de feu qui se rependront partout et qui consumeront les choses humaines comme de la paille, car ils ont foulé aux pieds la loi du Seigneur, et ils ont blasphémé la parole de Dieu »

Que dire ; plus de 40 ans que le sang des fils et filles du Congo  coule sur son sol et on s’y habitue à la culture de la mort, les forces de la matière ont pris le dessus  sur les forces de l’esprit et le mal avec et comment renverser la situation ? à tous les combattant de la liberté faisons notre cette  loi la plus mystérieuse de la Providence rappeler ici par Mgr Landroit  « Quand le Seigneur décrète l’expiation des crimes de l’humanité, il choisit ordinairement les victimes les plus innocentes : depuis l’effusion du sang d’Abel jusqu’à l’immolation au calvaire du Christ, depuis les apôtres jusqu’aux saints et aux hommes divins de notre époque, cette loi reçois son application, et partout nous retrouvons l’innocence dont la douleur et le martyre sont la rançon du monde »

Pourquoi la victime innocente du Calvaire chargée de payer les iniquités de l’univers ? Il faut rappeler que certains hommes de l’histoire récente ont participé à la grande œuvre du salut et de la rédemption de leurs  peuples. Nelson Mandela a écopé 27 ans de prison pour libérer son peuple de l’Apartheid, concernant ce que l’on a appelé les printemps arabes il a fallu la mort d’un vendeur de pain pour déclencher les révolutions arabes ; comme on le constate toujours la providence choisit toujours une victime innocente.

Chers combattants de la liberté patriotes et démocrates du Congo constituons par la foi et l’amour  les victimes volontaires de notre si malheureuse patrie le Congo. Formons en nous un faisceau de toutes nos souffrances anciennes et nouvelles partant, de la mort des présidents Marien Ngouabi, Massamba Débat,  du Cardinal Biayenda, des 13 cadres tués dans le foulée dont Samba Dia Nkoumbi ; le crash du  DC10 d’UTA dans le désert du Ténéré ; des disparus du Beach, des victimes de l’explosion du 4 mars et la mort à ciel ouvert de notre frère GBPK ; Offrons à Dieu ces sacrifices immenses, si profondément douloureux ; et nous contribuons à sauver l’avenir de notre pays le Congo, et à payer sa rançon à la justice de Dieu.

Portons en nous l’étendard de deux vertus théologales cher aux chrétiens : la foi et l’espérance. Cette foi promulguée avant l’ère chrétienne par l’illustre philosophe athénien Platon qui déclare ; « ce qui nous unit à Dieu c’est l’amour, la vérité et la foi. La foi est l’unique cause de l’initiation ». Saint Augustin pour sa part nous dit : « ne sors pas dehors, mais rentre en toi-même ; c’est dans l’homme intérieur qu’habite la vérité ; en dernière analyse le cœur est le centre de la connaissance divine ».

Nos criminels qui ont donné la mort à GBPK semblent se réjouir de leur crime et de leur forfait mais ils ignorent qu’en tuant physiquement GBPK  ils n’ont pas tué la dignité de ce dernier et quez celle-ci ne meurt jamais il appartient à l’éternité, inconsciemment ils ne  savent pas qu’ils sont condamnés d’avance; la vérité GBPK nous l’a donné en ces mots « levez-vous comme un seul homme (unité) et battez-vous pour le changement ( la libération du Congo se fera par nous-même) il y va de l’avenir de vos enfants »,

Marcel  ABIGNA Membre d’honneur des Assises

Un commentaire

  1. Pingback Mai – Afrique Subsaharienne | Revue de presse Emancipation

Laisser un commentaire