CORRUPTION, DETOURNEMENT, DIASPORA, Editorial, Justice, Medias, MUST, Politique, Société, Tribune libre

Pourquoi je soutiens Claudine MUNARI ?

Pourquoi je soutiens Claudine MUNARI ?

Par  Jean-Claude BERI 

 

Jean-Claude BERI, communicant, activiste et libre penseur – Lyon

Tout mon combat repose sur la restauration de la démocratie, la primauté d’une éthique républicaine, la primauté de l’excellence au travail consentie par un effort. D’où vient que la médiocrité, le favoritisme, le nivellement de la société par le bas, la primauté des clans sur le reste de la société soit la règle dominante de gestion de la société congolaise ? Pas si longtemps, quelqu’un me l’a rappelé, quand j’ai été opposé à Claudine MUNARI. Effectivement je n’ai toujours pas été d’accord dans certaines de ses prises de positions. Je suis un esprit libre, mais plongé dans la communion des idées et le processus de développement intégral du Congo. Pour ce faire Claudine MUNARI est dans le vrai, la vérité dans le bon sens devant toute cette falsification ambiante déversée par le PCT a MOUYONDZI.

Comme bon nombre de citoyens l’ont pu remarquer que le mensonge, la falsification et la manipulation, même habillé d’un habit blanc ne résiste jamais à la force de la vérité. Or le PCT revisité par Lydia MIKOLO est ce diseur de mensonges qui porte atteinte de ce fait même qu’il tient un discours en porte à faux avec la vérité collective à la cohésion du corps social qui se trouve par lui menacé dans son intégrité. Il est clair, que le  PCT,  par sa politique dévastatrice,  place la République en porte à faux devant les congolais, par des agissements qui poussent à  penser que la République doit être  méprisée dans ses valeurs comme dans le fonctionnement de ses institutions démocratiques.

Les mauvais chiffres du chômage sont là pour témoigner que depuis 49 ans que le PCT ne s’est pas seulement trompé de prévision : il se trompe de politique économique et sociale. D’année après année, le bilan du chômage s’alourdit faisant du PCT un parti du chômage.

Curieusement un bon matin, MOUYONDZI se réveille avec des tracteurs de BOUYA, mais ils étaient ou avant ? Claudine MUNARI exhorte les populations de MOUYONDZI de compter d’abord que sur eux-mêmes, sur le travail de la terre, sur leur solidarité mutuelle légendaire, de préserver la paix sociale de la prédation des pilleurs et « profaneurs » de la paix sociale.

Claudine MUNARI apporte un discours de vérité, qui met les mouyondziens(es), en ébullition,  car elles ont trouvé en elle « la boussole »  qui leur manquait. C’est un discours chanté partout dans tous les contrées de la circonscription unique de MOUYONDZI. Sans tee short, sans les 2000 f cfa, sans les écrans plasma,… elle convainc avec le cœur.

Après sa mise en isolement forcée par le pouvoir en place, elle revient au sommet de sa popularité. Son style unique, son hostilité aux artifices d’une gouvernance « parentocratique » , elle souhaite rendre la dignité et la fierté aux populations de MOUYONDZI » . « Il ne suffit pas de se réclamer du « poupou » pour les convaincre »

Puis je être instrumentalisé par des personnes qui ont perdu tout sens de l’honneur et du respect ? Non, je ne pense pas  et je continuerai à soutenir les bonnes causes ou elles se situent.  Le PCT a –il raison emprisonner MOKOKO et OKOMBI, alors qu’ils n’ont fait que dire la vérité aux peuple que Mr SASSOU avait triché et s’auto-proclamé président ?  KOLELAS méritait-il son sort alors qu’il n’a fait que montrer la voie de la vérité au peuple ? Augustin KALLA KALLA  méritait-il certainement le traitement inhumain qui vous lui avait infligé ? 

Aujourd’hui, les fatwas sur la mort annoncée de MUNARI sont devenues le débat quotidien des congolais. Pour quoi le PCT s’érige-t-il le droit de programmer la mort des citoyens (es),  lorsque ceux –ci s’opposent pacifiquement à sa politique néfaste et pernicieusement diviseur.

Vous me demandez de dire à MUNARI, de stopper avant qu’il ne soit trop tard. Qui suis-je pour le faire ?  Claudine est une femme politique qui a un cerveau qui fonctionne pensez-vous pouvoir intimider tout le monde ? L’instant présent vous donne la possibilité d’être au-dessus de tous, le serait–il aussi demain ?

Le PCT a toujours eu peur de la démocratie, du combat des idées, de l’effort consentis pour gagner son pain. Le Pire aujourd’hui ce n’est plus seulement l’abîme du PCT, son échec, sa défaillance, sa déroute, sa ruine n’est pas plus à craindre que le fourmillement des « petit PCT » qui n’attendent que le bon moment pour être calife à la place du calife. Le mammouth, le pachyderme est arrivé au bout de son parcours car chaque chose à une fin avec son lot d’échec et de destruction de l’économique congolaise. Seulement ses rejetons commencent à avoir des dents si longues que leurs morsures commencent à semer le doute dans l’esprit des congolais. Il est à craindre que l’on passe de l’échec du PCT 1 à la programmation d’un futur échec du PCT 2. C’est aux congolais d’en décider, vous avez le destin de votre avenir dans vos mains maintenant. Qu’on ne s’y trompe pas l’échec actuel de notre démocratie, la faiblesse grave de notre économie n’est pas imputable aux congolais, c’est l’échec, d’un parti, d’un clan, d’un gouvernement, d’une politique hasardeuse et semée d’antivaleurs symbolisé par le PCT depuis 49 ans.(1)

MOUYONDZIENS, MOUYONDZIENNES le choix vous appartient

Une longue marche est devant vous, la marche de la prise de conscience, une marche pour la vie, pour sortir ensemble de cet abrutissement instauré comme politique d’enfermement qui dure depuis trop longtemps, qui vous afflige, vous paralyse et semble nous condamner tous à n’être que spectateurs résignés par tant de tragédies.  Le peuple est serait-il trahi de voir de nouveau sa vie piétinée par des actes insupportables, des actes qui souillent nos valeurs ancestrales, qui souillent l’âme de notre terre, qui défient nos humanités qui met sur la balance notre avenir. C’est un déshonneur peuple la plus grande défaite du PCT :  C’est de séquestrer l’espoir.

C’est ça qui est la vérité. Je ne change pas : Je suis MOKOKO, OKOMBI , KOLELAS et MUNARI , tuez-les tous mais vous ne vaincrez pas

Jean Claude BERI

(1)

LE PCT, symbole d’un échec  permanent.

Laisser un commentaire