Culture & Loisirs, Musique Congolaise, Musique internationale, PRESSE, Société

Quand le légendaire SAM MANGWANA entend refaire l’Éducation des masses avec un répertoire soigneusement élaboré

Témoignage de N.Y.S.Y.M.B  LASCONY

Quand le légendaire  SAM MANGWANA entend refaire l’Éducation des masses avec un répertoire soigneusement élaboré

PHENOMENAL  (deux jours de folie)

N.Y.S.Y.M.B LASCONY est chercheur pluridisciplinaire (documentariste, historiographe, conférencier, écrivain, poète, jazz-poetry), enseignant, originaire de la rive-droite du Congo (Brazzaville).

De la RUMBA CONGOLAISE, je n’en écoute qu’accidentellement à cause du FLÉAU des MABANGA (dédicaces) et des thèmes souvent abordés. Mes oreilles n’ont pas été préparées à entendre l’aboiement des ATALAKU qui font l’apologie des FOSSOYEURS locaux.

L’assassinat de FRANKLIN BOUKAKA a signé l’acte de décès de la RUMBA RÉVOLUTIONNAIRE. Depuis sa disparition, c’est le DÉSERT. Dans une AFRIQUE qui aspire à la pleine souveraineté, la LEGERETE est un SÉDATIF pour endormir les masses.
Beaucoup de légendes m’ont filé entre les doigts parce que je ne savais pas encore me servir de mon outil préféré, la CAMERA.
Grâce à mon frère et compatriote, EMILE BIAYENDA, fondateur des TAMBOURS DE BRAZZA, j’ai pu m’incruster dans l’arrière chambre d’une LÉGENDE pour vivre DEUX jours d’une joyeuse folie.
Formé à l’école du TOUT-PUISSANT OK JAZZ du Grand maître FRANCO, le légendaire SAM MANGWANA entend refaire l’Éducation des masses avec un répertoire soigneusement élaboré. Son directeur musical n’est autre que EMILE BIAYENDA, brillantissime batteur et percussionniste.
A 76 ans, la VOIX du géant SAM MANGWANA n’a pas pris une ride. Il est resté fidèle à lui-même en faisant de la scène une classe d’école.
Quand CHE GUEVARA n’a pas pu accomplir sa mission dans le maquis du KWANGO KWILU dans l’actuelle R.D.CONGO, il s’est rendu sur l’autre rive en RÉPUBLIQUE DU CONGO pour animer un autre maquis à DOLISIE. Un jeune homme de 20 ans avait troqué son micro contre un fusil pour rejoindre le CHE. Il s’appelait SAM MANGWANA.
L’histoire de ce musicien légendaire se confond avec celle de la LUTTE POUR L’INDÉPENDANCE des pays africains. Né à KINSHASA de parents ANGOLAIS, il a traîné ses valises en CENTRAFRIQUE, CAMEROUN, TCHAD, NIGERIA, BENIN, TOGO avant de se poser pendant un moment en COTE-D’IVOIRE.
SAM MANGWANA est un polyglotte qui chante en KIKONGO, LINGALA, BAMBARA, PORTUGAIS, FRANCAIS.
Voilà pourquoi l’AFRIQUE et le reste du monde se sont déplacés pour l’ovationner. Pendant son concert, les ressortissants des TROIS CONGO (Angola, R.D.C, Congo) n’ont cessé de scander « WUMELA ».
MATONDO MASAKILA à mon frangin EMILE BIAYENDA de m’avoir ouvert les portes.
Bisous à ma CAMERA et tout mon matériel de tournage.

N.Y.S.Y.M.B  LASCONY

Laisser un commentaire