Editorial, International, Politique, Société, Tribune libre

Quand SASSOU étale son antipatriotisme.

Quand SASSOU étale son antipatriotisme.

Par Jean-Claude BERI

Un mois après sa disparition dans des circonstances plus que troubles voire douteuses, le gouvernement congolais, par l’intermédiaire de son variant congolais (SASSOU), n’a fait aucun geste à la hauteur de l’illustre disparu. Comment cela était autrement, puisque les auteurs certainement de cette ignoble et macabre disparition sont planqués au palais de MPILA là où réside tous les assassins de la république.
La thèse d’un assassinat prémédité se construit faiblement avec des preuves qui ne manqueront pas de faire la démonstration de la vérité. Démontrant par la même occasion que ce pouvoir n’est pas démocratique. Pire il est aux antipodes de ce que l’humanité construit de bien et de progressiste pour la société. Son bilan depuis 40 ans est jonché de cadavres dans tous les coins et recoins de la nation. On donne la mort comme on distribue des bouts de pain. Comment peut-on enorgueillir d’un pouvoir qui plante le décor de la désolation et la privation de ce qui nous le plus cher : La vie humaine.
Le doute s’éloigne de plus en plus sur le dossier Guy Brice Parfait KOLELAS, puis que le tribunal de BOBIGNY vient d’accéder à ce qu’une plainte soit déposer par le conseiller juridique de la famille. Nous ne nous avancerons pas plus à ce stade. Laissons la justice lire le droit et à la volonté du notre seigneur de confondre les assassins.
Toutefois il me sied, en tant que congolais de m’offusquer de voir que Guy Brice Parfait KOLELAS qui a servi la nation en tant que ministre et député, qui animé la vie politique de la jeune démocratie congolaise, ne fasse l’objet d’aucune reconnaissance nationale, même du bout des lèvres. Et voilà qu’on veuille imposer aux congolais un deuil national à la suite de la mort d’un dictateur qui a brimé son peuple depuis des années. C’est une insulte à la nation congolaise, c’est une provocation de trop.
Le peuple congolais n’est pas associé à votre tambouille macabre qui n’honore que vos pratiques maçonniques pour endeuiller le peuple africain. Votre solidarité entre dictateurs sanguinaires africains n’engage nullement le peuple africain. L’Afrique ne sera pas ce continent de l’abomination démocratique, ce terrain privilégié de trafic contre nature, de l’imposition des valets-Présidents qui accentuent la perte de crédibilité de l’Afrique.
SASSOU va faire ton deuil d’IDRISS DEBY à OYO avec des femmes, enfants et tous ceux qui nuisent à la bonne marche du développement de l’Afrique et du Congo. Le Congo ne servira pas de paillasson ou les dictateurs déchus enivrés du sang des milliers d’innocents massacrés viendront trouver la paix de leurs âmes sombres.
Pour ceux qui ont encore l’œil obstrue par les étincelles du pouvoir brillant des paillette d’un bonheur illusoire doivent se réveiller. Car il est inadmissible que Deby soit plus estimable pour le Congo que les présidents YHOMBI et LISSOUBA qui n’auront eu droit à aucun hommage officiel et pourtant ont servi dignement la nation congolaise. Quelle preuve de plus vous faut-il pour comprendre la nature tordue de ce pouvoir antinational
Jean-Claude BERI

Laisser un commentaire