DIASPORA, Société

Que le Ciel nous entende.

Que le Ciel nous entende.

Par   OUABARI MARIOTTI

 

OUABARI MARIOTTI

J’interviens, ici, aux fins d’en savoir gré à Gilbert Goma qui nous donne l’occasion, depuis Paris, de tourner nos regards vers Sébastien MATIONGO.

Sébastien MATIONGO, notre illustre compatriote, un Congolais, citoyen du monde, grand esprit, homme de culture que j’ai connu, sous plusieurs formes, au fil des années.

D’abord comme brillant élève, au lycée Victor Augagneur-Karl Marx de Pointe Noire, lors de mon passage, dans cet établissement, comme Proviseur.

Ensuite, membre du Conseil Économique et Social, aux côtés de son frère et ami, Gilbert Goma, sous le mandat du Président Pascal LISSOUBA .

Également, sous la Présidence de Pascal LISSOUBA, je connais Sébastien MATIONGO, en sa qualité de Directeur Général d’une société congolaise de transit.

S’en suivront les périodes, au lendemain des violences congolaises, de 1997 où, en France, Sébastien MATIONGO partage avec moi et d’autres compatriotes les différentes séquences du combat républicain pour une alternative nouvelle au Congo.

Tour à tour, au sein de l’Erddun, de l’éphémère Fédération autonome de l’UPADS France, de l’Association Congo Ya Sika et des Assises Nationales du Congo.

Tout le long de ces étapes, Sébastien MATIONGO, toujours égal à lui-même.

D’une pertinence étonnante. Tribun donnant le frisson. Là-dessus, il avait du Robespierre dans les veines.

Attaché aux valeurs essentielles. Travailleur, d’un volontarismes sans égal, apte à rédiger des papiers communs, à la sortie des assemblées générales. Une disposition non courante.

L’humilité, le don de soi, la fraternité, l’altérité, Sébastien MATIONGO en avait à déborder.

En ces moments difficiles pour Sébastien MATIONGO dont la santé s’est fragilisée, nos pensées vont vers lui.

Avec l’ardent souhait que Sébastien MATIONGO quitte le lit d’hôpital qu’il garde depuis trois ans, recouvre une vie normale et nous rejoigne, nous, particulièrement sa famille ainsi que ses amis.

Que le Ciel nous entende.

Ouabari Mariotti

Brazzaville 30 avril 2021

Laisser un commentaire