ASSOCIATION LOI 1901, CORRUPTION, DETOURNEMENT, DIASPORA, DROIT, Economie, Editorial, Education, FINANCE, FORMATION, Justice, Medias, Politique, Société, Tribune libre

Qu’est ce qui fonctionne vraiment au Congo-Brazzaville ??

Qu’est ce qui fonctionne vraiment au Congo-Brazzaville ??

Par      Jean-Claude BERI

 

 

 

Jean-Claude BERI, communicant, activiste et libre penseur,  Lyon

L’embellie des douze premières années fastes du retour sanglant du dictateur SASSOU, la priorité a été accordé à la prédominance des antivaleurs, vols, pillages, détournements, favoritisme clanique. Le temps était à la fête englué dans des schémas dont l’impasse était sans équivoque la seule issue prévisible. Pourtant vous scandez partout avoir redressez le pays, sauver le peuple de la misère, redresser l’économie bref… Dites au peuple aujourd’hui qu’est ce qui fonctionne vraiment au Congo-Brazzaville. 

Discourir sur l’échec de ce pouvoir est une perte de temps, mais seulement on se doit de mettre à la disposition du peuple des éléments leur permettant de faire de bons choix demain.  Comme le disait Victor Hugo déjà  il y a 172 ans « Alors que la misère est toujours de ce monde et que certains continuent de mourir sous les décombres de leurs logements délabrés,  Vous n’avez rien fait tant que le peuple souffre » .

« Messieurs, comme je vous le disais tout à l’heure, vous venez avec le concours de la garde nationale, de l’armée et de toute les forces vives du pays, vous venez de raffermir l’État ébranlé encore une fois. Vous n’avez reculé devant aucun péril, vous n’avez hésité devant aucun devoir. Vous avez sauvé la société régulière, le gouvernement légal, les institutions, la paix publique, la civilisation même. Vous avez fait une chose considérable… Eh bien ! Vous n’avez rien fait !

Vous n’avez rien fait, j’insiste sur ce point, tant que l’ordre matériel raffermi n’a point pour base l’ordre moral consolidé ! Vous n’avez rien fait, tant que le peuple souffre ! Vous n’avez rien fait, tant qu’il y a au-dessous de vous une partie du peuple qui désespère ! Vous n’avez rien fait, tant que ceux qui sont dans la force de l’âge et qui travaillent peuvent être sans pain ! Tant que ceux qui sont vieux et ont travaillé peuvent être sans asile ! Tant que l’usure dévore nos campagnes, tant qu’on meurt de faim dans nos villes, tant qu’il n’y a pas des lois fraternelles, des lois évangéliques qui viennent de toutes parts en aide aux pauvres familles honnêtes, aux bons paysans, aux bons ouvriers, aux gens de cœur ! Vous n’avez rien fait, tant que l’esprit de la révolution a pour auxiliaire la souffrance publique ! Vous n’avez rien fait, rien fait, tant que dans cette œuvre de destruction et de ténèbres, qui se continue souterrainement, l’homme méchant a pour collaborateur fatal l’homme malheureux ! »  Discours de Victor Hugo prononcé à l’Assemblée Nationale le 9 Juillet 1849

« Vous n’avez rien fait. »

Sur le plan politique, la situation est toujours critique et le climat invivable. Les institutions sont sous ordres et téléguidés par la seule volonté d’un clan qui organise, prévoit et exécute tout. Pire encore on assiste une récupération politique d’un ancien homme politique malade et presque dépourvu de ses moyens simplement pour l’empêcher de dire la vérité au peuple. Voyez-vous ils sont capables de déplacer un malade qui bénéficie des soins appropriés et l’amener là où tout manque. Un politique crédible avec SASSOU c’est un politique mort. Tous ceux qui ont œuvré avec SASSOU sont dans le collimateur. La vérité doit être la vérité selon SASSOU pas autre son de cloche n’est accepté.

Les prisonniers politiques ne le sont que par pure méchanceté d’un homme inapte et démuni intellectuellement qui confond la gestion d’un pays et la gestion d’un village. Le Congo traverse une crise politique où les diverses institutions se retrouvent écartées du pouvoir par le cercle clanique qui décide tout sur tout. On organise des forums pour la paix a l’étranger mais chez soi on muselle les voix dissidentes. La politique au Congo c’est suivre le projet de la pérennisation du Pouvoir des SASSOU de père en fils.

Depuis 2001, les membres de l’opposition sont auréolés de leur expérience dans une opposition démocratique avec une partie d’entre eux qui est allée en prison ou s’était exilée. Aujourd’hui, cela fait 20 ans que cette opposition fait partie de toutes les coalitions gouvernementales. Ils sont accusés par la population d’être à l’origine de la paralysie des institutions, de conflits d’intérêts et de malversation.

On a aussi été témoins de situation « deux poids deux mesures » avec des oppositions qui plébiscitent « la Concertation de MADINGOU ». Tout cela a énormément crispé la population. Cette opposition est devenu le symbole de cette classe politique affairiste, qui ne parvient pas ni à gérer le pays ni à mettre en place des gouvernements stables.  Malgré tout cela rien ne fonctionne, ils sont obligés de dormir d’un œil avec la peur au ventre.

« Vous n’avez rien fait. »

Le quotidien des congolais est de plus en plus difficile Le Congo est depuis plusieurs années embourbée dans une crise sociale, politique et sanitaire. Sanitaire avec le Covid qui a explosé et qui entraine 50 à 80 morts par jour. Les hôpitaux sont dans une situation catastrophique alors que l’accès à la santé était l’un des piliers du pays, d’après ce qu’ils nous scandent.

Cette crise sanitaire est couplée d’une crise sociale et économique avec la question du chômage et de l’endettement. Ce sujet pèse de plus en plus et paralyse tous les débats politiques puisque tout tourne autour de la capacité d’endettement du pays. La dette monte désormais à 100% du PIB et les agences de notation ont encore baissé récemment la note du Congo. On se précipite de venir dépenser plus de 3 milliards de fr CFA pour un FORUM EUROPEEN DE RECRUTEMENT de la diaspora Congolaise, pour quel résultat ? Aujourd’hui plus de deux semaines après, aucun bilan n’a été produit. On se congratule entre ministres d’avoir réussi à soulager le trésor public de 3 milliards.

Depuis le début de la prise du pouvoir par le clan SASSOU, les jeunes ont été peu entendus. Quasi pas consultés. Presque ignorés. Leur éducation est passée au second plan. Leur vie sociale a été mise à l’arrêt, à un moment particulièrement critique de leur développement émotionnel et affectif. L’ébauche de révolte entamée dans les lycées observée la semaine dernière est rassurante. Malgré les contraintes qui leur sont imposées, notre jeunesse a gardé un esprit critique. Une capacité à se faire entendre. Une capacité d’agir.

« Vous n’avez rien fait. »

A quoi a servi le changement de nom SNE en E2C si les populations en général, ceux de Brazzaville et Pointe-Noire en particulier sont constamment sous les bruits sonores des groupes électrogènes matin, midi et soir. Les coupures intempestives sont devenues lot quotidien des usagers La réponse de la société E2C, la société serait en travaux. Je vous signale que ces fameux travaux ont démarré depuis de la première année municipalisation accélérée et manifestement n’ont pas de date fin de travaux. ? L’incompétence des dirigeants congolais atteint des sommets de l’absurdité.

« Vous n’avez rien fait. »

Des congolais victimes d’un accident ferroviaires, société étatique, sont livrés à eux-mêmes pour des soins de premières nécessités. Pourquoi le CFCO ne prend pas en charge ses voyageurs ? Ils osent nous parler de « vivre ensemble »

Nul besoin ici de faire l’étalage des mauvais points de ce gouvernement tellement ils sont nombreux. On eut par contre donner un conseils Le gouvernement devra reconquérir la confiance des citoyens. Face à une gestion de crise scabreuse, à des promesses non tenues, à des échéances sans cesse truquées. On assiste à un fort mouvement de recomposition du personnel politique, avec une éviction systématique d’anciens opposants. Les députés élus sont affilés aux hommes d’affaires politique du cercle, qui n’en finissent pas de fusionner les uns avec les autres. Cette classe politique n’inspire pas la confiance des citoyens congolais.

Malgré cette situation d’incurie politique et de discrédit des élites, les congolais ont aussi fait l’expérience pendant 20 ans de contre-pouvoirs au travers de manifestations et de débats dans la presse et dans les médias. La peur a changé de camp. Toutes ces expérimentations démocratiques vont peser demain dans la balance.

« Vous n’avez rien fait. »

L’école à repenser

La santé à reformer

L’armée à reformer

Les routes à construire

L’économie à redresser

Les institutions à repenser et redynamiser

La solidarité à promouvoir

L’égalité à promouvoir

L’impunité à bannir………….

« La liberté n’est jamais acquise. Au fil de l’histoire, elle a dû être conquise, ou reconquise, de nombreuses fois. »

Qu’est ce qui fonctionne vraiment au Congo-Brazzaville ??

Jean-Claude BERI

Laisser un commentaire