Culture & Loisirs, DROIT, Justice, Politique, Société, Tribune libre

Un ministre qui se serait battu en public n’honore pas la république.

Un ministre qui se serait battu en public n’honore pas la république.

 

Par Jean-Claude BERI

 

Jean-claude BERI

Le gouvernement de la contre-culture qui nous conduit inéluctablement vers le chaos vient nous livrer encore une scène hollywoodienne digne des barbares primitifs des forêts équatoriales. Il y a des actes qui sont incomptables avec le statut de ministre de la République. S’adonner à ce spectacle honteux et déshonorant pour tout un pays et simplement le signe d’un délitement avancé de la morale et de l’éthique dans ce système clanique au pouvoir. Nous avions encore en mémoire la scène indescriptible d’une violente inouïe de Digne Elvis Okombi Tsalissan (ancien ministre et député ) agressant un collègue membre du collège des partis du centre au sortir de la rencontre avec la délégation du secrétariat du Conseil National du Dialogue à l’hôtel Saphir.(Octobre 2019)

Aujourd’hui ces comportements détestables et fortement condamnables seraient transportés sur la place de Paris. Si les faits sont avérés et vérifiables, ce ministre ne mérite plus ce statut. Car la république n’a pas besoin de ses talents de judoka pour être  ministre.  Acte intentionnel de provocation ou pas de la part d’un citoyen congolais, le ministre se devait de prendre de la hauteur et s’éclipser. Comment voulez-vous que les gens fassent confiance à des dirigeants qui vantent bâtir un Congo uni, une société démocratique et libre en prônant la violence barbare de la matière la plus abjecte qui soit ?

Cet acte, étant commis à Paris,  il serait de bon sens de s’attendre à des suites désagréables et aux conséquences politiques destructeurs pour ce Ministre. Manifestement, ce gouvernement à du mal à intégrer les notions de loi et respect. Ils s’invectivent entre eux, se livrent à des scènes immoraux dans le cabinet du conseiller spécial de SASSOU dans l ‘impunité totale.  Ce manque de vis, de coercition au sommet de l’État met en péril ce gouvernement. Tout le monde fais ce qu’il veut , ou il veut et quand il veut. Le ciel ne tombera,  pas tel est leur devise. Pauvre CONGO !!

En d’autres termes, on peut toujours tourner l’affaire dans tous les sens, à discourir sur le contexte ou des méthodes du Pasteur NOUMAZALAY,  à la fin,  le Juge des libertés convoquera le ministre et le Tribunal correctionnel le condamnera pour l’acte commis ( si cela est prouvé). C’est prévisible.

Au-delà de tout,  sans-parti,  pris j’adhère à cette notion qui stipule ; « les membres du gouvernement doivent exercer leurs fonctions avec dignité, probité et intégrité et veiller à prévenir ou à faire cesser immédiatement tout conflit d’intérêts et avoir une conduite morale exemplaire. »

Il est important de souligner que notre statut d’activisme, d’opposant ou autre  ne nous confère pas le droit d’harceler, d’humilier ou importuner injustement un ministre qu’il soit exemplaire ou pas. Nous avons le devoir de se conformer aux lois et aux usages en la matière pour être crédible. Ne tendons pas nous même le bâton qui nous frappe.

Jean-Claude BERI

 

Laisser un commentaire