Education, FORMATION, Medias, Société

Une Grande Ecole du Numérique au Congo … Pour qui, comment, pourquoi ?

Une Grande Ecole du Numérique au Congo … Pour qui, comment, pourquoi ?

Par  Verlin RICHARD

 

Le gouvernement congolais avait annoncé la construction d’un Campus Numérique répondant aux normes internationales et aux exigences standards des nouvelles technologies d’information et de communication (NTIC).

En effet lors du conseil des ministres du 18 Août 2020, il a été examiné et débattu le Projet de décret portant affectation au ministère de l’Enseignement technique et professionnel, de la formation qualifiante et de l’emploi, d’un terrain non bâti situé au quartier Mbama, La Corniche, arrondissement 2 Bacongo, département de Brazzaville, afin d’y construire une Grande Ecole Numérique répondant aux normes standards exigées par les grandes sociétés multinationales du numérique, « GAFA » demandeuses de jeunes développeurs congolais.

Il s’agit en réalité de relocaliser, l’Ecole numérique (GENC) déjà existante sur ce nouveau terrain faisant face à la Corniche de Brazzaville. Cette relocalisation serait en fait le souhait du Président de la République, Denis Sassou N’Guesso, de faire cette nouvelle construction un symbole d’ouverture de la capitale sur le fleuve Congo.

Rappelons que cette GENC a été Inaugurée le 17 octobre 2016, et compterait 350 intégrateurs web formés depuis lors.

À supposer que le Congo compte à ce jour 350 intégrateurs Web formés : « comment se fait-il que tous les ministères, toutes les administrations publiques et hospitalières n’ont pas de sites internet ?

Et les quelques sites qui existent ne donnent pas du tout envie d’y naviguer, où l’on trouve des publications non actualisées ou rien du tout. Mais par contre, les galeries photos sont bien mises à jour.

Cette question soulève des interrogations sur cette Grande École du Numérique : pour qui, comment, pourquoi ?

Pour qui ? Pour les GAFA.

Comment ? En formant les jeunes congolais.

Pourquoi ? Pour répondre à la demande des multinationales du numérique, les GAFA, qui ont besoin de jeunes développeurs congolais.

Donc l’Etat congolais décide de construire une Grande École du Numérique pour former les jeunes congolais qui devront travailler auprès des multinationales du numérique, les GAFA.

Or, l’enjeu pour un pays de construire une Grande école du numérique dépasse la seule satisfaction des multinationales du numérique.

L’enjeu d’un tel projet pour le Congo, ne doit pas être la satisfaction des GAFA demandeuses des jeunes congolais, l’enjeu d’un tel projet devrait être avant tout pour satisfaire les demandes des agents économiques du Congo, et surtout les demandes du peuple congolais.

La construction de cette Grande école du numérique doit donc satisfaire le besoin de démocratie du peuple congolais, et cela suppose de démocratiser le Numérique, en établissant un socle de compétences communes afin de ne pas créer des inégalités entre les citoyens, entre les générations, afin que le plus grand nombre de congolais y accède.

Cette Grande école du numérique devrait donc permettre aux congolais, de construire le Congo ensemble, de favoriser les partages, de former les citoyens éclairés confiants en l’avenir du pays.

Oui, l’existence d’une Grande école du numérique au Congo est à saluer et l’on ne peut s’en réjouir. Mais, ce qui est à regretter, et qui ne semble plus étonner tout observateur de la gouvernance au Congo, car tout ce que le gouvernement congolais fait (sans doute de bonne foi) soulève toujours la question du sens qu’il donne à ses actions.

Les objectifs que visent la construction de cette Grande Ecole du Numérique (à savoir satisfaire la demande des GAFA qui seraient demandeuses des jeunes développeurs congolais), témoigne à l’envi, le manque de volonté politique de promouvoir un secteur privé, de favoriser la diversification économique. Cela montre, le choix stratégique du pouvoir en place, de faire dépendre l’économie du pays par les tiers extérieurs.

En effet, si le Congo dispose du pétrole sur lequel repose son économie, le prix du pétrole est fixé par le marché extérieur, et les acheteurs sont tous des clients extérieurs.

Et, voilà que le gouvernement se réjouit de former les jeunes développeurs congolais pour satisfaire les multinationales du numérique, des entreprises extérieures, pour ne pas dire étrangères.

Cette Grande école du numérique au Congo devrait former des jeunes développeurs congolais pour satisfaire les entreprises congolaises, et stimuler ainsi les demandes locales car le Numérique est un accélérateur de développement économique.

@02 /10/2020 par Verlin Richard

Laisser un commentaire